Il y a une vie après Twitter (heu… laquelle déjà ?)

Voilà c’est la rentrée, et comme à chaque rentrée je vous propose d’adopter une bonne résolution de rentrée : trouver un remplaçant à Twitter. Pourquoi cela ? Parce que ça fait bien trop longtemps que l’on en parle et que de nombreux signaux nous montrent que la roue est en train de tourner. Attention ne vous méprenez pas : Twitter est et reste un authentique phénomène de société (surtout dans les pays anglo-saxons) qui a révolutionné la façon de publier, consommer et propager de l’info (notamment grâce à sa simplicité et à la dimension quasi-temps réel).

Oui mais voilà toute les bonnes choses ont une fin et la blogosphère est en train de se chercher une nouvelle coqueluche. Pourquoi ? Parce que les médias sont ainsi fait : ils ont besoin de nouveauté et les blogs ne font pas exception, d’autant plus que les poids lourds de la blogosphère ont une organisation et un fonctionnement beaucoup plus proche d’un journal que d’un bloggeur indépendant (avec régie publicitaire et comité de rédaction). Est-ce important ce que la blogosphère pense ? Oui car qu’on le veuille ou non, la masse de blogueurs « spécialisés » dans les médias sociaux influence les agences qui à leur tour influence les annonceurs. Bref, il y a des phénomène de mode (souvenez-vous de Second Life) et elle est en train de changer.

Encore une fois je ne suis pas en train de prédire le déclin de Twitter, mais plutôt le déclin de sa couverture médiatique, un cercle vicieux qui fait que les gros blogs en parlent donc les petits blogs en parlent donc les journaux en parlent donc la TV en parle donc les gros blogs en reparlent… Oui mais là, ça commence à faire beaucoup (cf. Vers une overdose de Twitter). Pourquoi un tel raz-de-marée médiatique ? Parce que Twitter occupe une position ultra-dominante sur le créneau des outils de microblog. Ce service se caractérise par sa simplicité et son ouverture, ce que ne propose pas Facebook par exemple qui a plus fait le choix de l’agrégation sociale (mais j’aurais l’occasion de revenir là-dessus).

Bref, plutôt que de vous demander quel est l’avenir de Twitter, poser-vous plutôt la question de savoir si le microblog à de l’avenir. La réponse est oui, autant que le SMS (une technologie rudimentaire avec de très nombreuses contraintes mais dont le caractère protéiforme et la simplicité à aider les utilisateurs à se l’approprier). Plus qu’un service, Twitter est maintenant en train d’évoluer vers un standard de communication, un protocole autour duquel gravite un écosystème de services et applications. Il y a quelques années je comparais Twitter à la CB du web, maintenant je le compare plus volontiers à la ligne de commande du web (j’aurais l’occasion de revenir là-dessus). Malgré ce que l’on peut en dire, il y a un très gros potentiel derrière ce service et je rejoint l’avis de Robert Scoble : Why Twitter is underhyped and is probably worth five to 10 billion dollars.

Le problème c’est que Twitter est maintenant devenu un phénomène de masse (Twitter a-t-il atteint le point de bascule ?), surtout dans les pays anglo-saxons, et vous savez bien que là où il y a la masse, il n’y a plus le hype. Pire : la moyenne d’âge est plutôt élevé et même s’ils l’utilisent un peu, les « jeunes » préfèrent d’autres services où ils se retrouvent entre eux (Why Don’t Teens Tweet? We Asked Over 10,000 of Them).

Attendez-vous donc à un phénomène de report vers des plateformes plus intimistes : des services ouverts comme identi.ca et Jaiku Engine, ou des services hybrides comme TumblR ou Posterous. Encore une fois je ne parle pas d’un abandon de Twitter par ces utilisateurs, mais plutôt une défection de la part des adopteurs précoces et autres leaders d’opinions (cf. Comment le microblog a bouleversé les pratiques de blog) qui vont entrainer dans leur sillage d’autres utilisateurs.

Mais revenons à nos moutons : la nouvelle coqueluche de la blogosphère. Autant je suis persuadé que l’on a assez parlé de Twitter (ou pour être plus exacte : assez « sur-parlé » de Twitter), autant je constate un intérêt très marqué pour les applications mobiles de nouvelles génération : les plateformes sociales locales à la FourSquare (toujours pas disponible pour Paris) et les applications de réalité augmentée en situation de mobilité (Réalité augmentée, le nouvel eldorado des smartphones).

Le saint Graal de ce nouvel engouement ira très certainement à celui qui parviendra à marier plateforme sociale locale avec terminaux mobiles et réalité augmentée (Augmented reality gets social networking touch with Brightkite Layar). C’est en quelque sorte une plateforme sociale « squared » (façon Web²).

9 commentaires pour “Il y a une vie après Twitter (heu… laquelle déjà ?)”

  1. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ DD Ra > J’ai droit à une « rentrée » sur les chapeau de roue avec ce commentaire ! Non il n’est pas question de s’envoyer des fleurs mais plutôt d’avoir des échanges constructifs, et à la lecture de ton commentaire je ne suis pas certain que tu ai lu l’article en entier (surement en diagonale).

    Quelques précisions par rapport à tes reproches :
    – Ce n’est pas « moi je sais ce qui se passe » mais « je résume la teneur de ce que j’ai pu lire et ressentir sur les différents blogs pro US »
    – Ce n’est pas « mais je dis pas que c’est la fin de Twitter » mais plutôt « j’anticipe le déclin de sa couverture médiatique »
    – Non je ne pratique pas la paraphrase pour remonter en référencement (il y a des techniques bien plus efficace pour ça)
    – Nous sommes en période de transition donc je peux difficilement avoir un avis tranché et faire une prédiction précise (d’où le titre de l’article).

    /Fred

  2. Posté par Kriisiis a dit : le

    Bonjour,

    Je ne comprends pas, tu écris un article entier dans lequel tu parles du point de saturation de Twitter, du fait que Teens don’t tweet, que les internautes vont bientôt préférer les réseaux plus intimistes, que le phénomène de mode est en train de disparaître, et tu vas même jusqu’à comparer la « bulle » à celle de Second Life (qui a perdu la quasi-totalité de ses inscrits en quelques mois).

    Et au milieu de cela, tu expliques « je ne suis pas en train de prédire le déclin de Twitter, mais plutôt le déclin de sa couverture médiatique ». Du coup je ne comprends pas trop : tu parles du déclin de Twitter mais pas du déclin de Twitter ? Tu aurais probablement du plus te focaliser sur cet aspect médiatique dans ton article selon moi, car la majorité des lecteurs ne comprendrons pas de quoi tu parles.

    (J’ai lu l’article en entier, pas en diagonale.)

    Chris

  3. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Kriisiis > Bon effectivement après coup mes explications ne sont peut-être pas très claires. Donc je précise : le fait que les jeunes ne sont pas trop présents sur cette plateforme et que les adopteurs précoces vont progressivement basculer sur d’autres réseaux (du fait de la saturation médiatique) ne remet pas en cause la croissance générée par les adopteurs tardifs.

    Donc la vague médiatique va passer, la blogosphère va se trouver une nouvelle coqueluche et la croissance va se tasser (difficile pour le moment de dire quand).

    Le plus intéressant dans cette histoire n’est pas de remettre en question la véracité de l’étude sur Twitter et les jeunes mais plutôt d’essayer de sentir la tendance et de voir vers quels types d’applications les pro des médias sociaux vont porter leur intérêt.

    /Fred

  4. Posté par Le Top 5 de la semaine # 21 | Blog & Com' a dit : le

    […] Il y a une vie après Twitter sur […]

  5. Posté par quilovnic a dit : le

    Je trouve ton article assez pertinent et je suis d’accord avec toi sur le fait que les gens vont se tourner ver d’autres medias. Ce que je trouve assez bien dans le phénomène twitter, c’est que les non bloggeurs ont trouvés un moyen de s’exprimer et de découvrir que le web n’était pas que la visite de site mais que l’on pouvait y participer. J’en connais plus d’un qui se sont mis à désirer de créer leur blog ou à se tourner vers des services comme tumblr ou posterous. Je trouve que twitter a un vent de maturité des intervenants. Avant twitter, les médias associaient internet aux jeunes. Depuis quelques mois, j’entends les journalistes associer le mot adulte à internet. Ce qui est assez intéressant. Facebook aura révolutionné la façon d’utiliser le web, Twitter aura permis de changer les mentalités (en tous cas en ouvre la voie)

  6. Posté par Quels scénarios d’évolution pour Twitter > FredCavazza.net a dit : le

    […] Avec la rentrée viennent les bonnes résolutions de la rentrée. Une de mes premières résolutions est donc d’arrêter de publier des article sur Twitter, ou du moins d’en publier moins car j’ai comme l’impression que nous approchons de la saturation. Mais il faut dire que malgré son apparente simplicité, Twitter a l’incroyable faculté d’hypnotiser la blogosphère au point d’en devenir un des sujets de prédilection depuis près de 2 ans. À tel point que l’on se demande quel sujet va venir éclipser la Twittmania : Il y a une vie après Twitter (heu… laquelle déjà ?). […]

  7. Posté par Influences du jour #6 : de la génération Y à la bibliothèque 2.1 | Questions d'influence a dit : le

    […] Il y a une vie après Twitter : Medias Sociaux […]

  8. Posté par L’actualité de mes autres blogs (septembre 2009) | MKT planet - News Web Marketing - Nouvelles Technologies a dit : le

    […] Il y a une vie après Twitter (heu… laquelle déjà ?) ; […]

  9. Posté par DD Ra a dit : le

    Oui j’avais la dent dure je le reconnais… Serait-ce pour cela que je ne vois plus mon commentaire ?
    ^_^