Et toi, tu es un Social Media expert ?

Nouvelle mode sur Internet : chacun se revendique « expert » et encore plus lorsque on touche un sujet trendy comme les médias sociaux. Certains n’hésitent pas à s’autoproclamer voire même à se présenter sous cette casquette. On parle souvent voire exclusivement des médias sociaux sur ce blog (il en serait étonnant vu le titre du blog !) pourtant à aucun moment, et je pense que Fred et Bruno me rejoindront sur ce point, on entend partager un savoir ou une science infuse.

De part nos métiers et nos expériences professionnelles, on aborde les thèmes relatifs aux médias sociaux quotidiennement mais pour autant la vocation de ce blog reste le partage avec les lecteurs pour une meilleure compréhension par tous des enjeux liés aux médias sociaux. Il n’y a pas de vérité, ni de commandements figés car le monde du Social Web, et si vous nous lisez fréquemment vous pouvez le constater à la densité de l’actualité liée à ce sujet, est un monde vivant en perpétuel mouvement et changement.

Le terme expert est donc aujourd’hui totalement galvaudé alors je me dis que peut être quelques rappels s’imposent sur le sujet :

  • L’expertise n’est pas autoproclamée mais doit être reconnue. En somme on est expert pour une personne et seule cette personne peut alors attribuer ce titre à une autre personne. Scott Monty, Social Media Strategist chez Ford, écrivait récemment cette phrase qui résume bien cette notion : « Calling oneself an expert does not an expert make ; that label is usually granted by peers who recognize talent ».
  • La connaissance ne fait pas l’expertise. Je pourrai passer mes jours à me documenter sur la plomberie pour autant je doute qu’un jour je puisse devenir un excellent plombier. La connaissance ne fait pas l’expertise. Celle-ci doit se conjuguer avec l’expérience pour véritablement créer des compétences. Hors lorsque l’on parle des médias sociaux, ce n’est parce qu’on est inscrit sur Twitter et Facebook que l’on peut se proclamer expert des médias sociaux. Ma jeune expérience me fait dire qu’il en faut bien plus et que chaque jour on apprend et chaque jour on remet en cause ce qui a été fait la veille. Tous les plus grands services Internet (Google, Facebook, …) ne seraient pas devenus des success stories s’ils n’avaient pas appris et remis en cause régulièrement leur stratégie pour s’adapter à l’évolution et aux besoins du marché (concurrence et utilisateurs).
  • La diffusion d’information n’en fait pas une compréhension. Je me réfère ici à un article précédent sur la facilité actuelle, à l’ère de Twitter et autres outils de partage de contenus, de pouvoir diffuser une information : Où sont les producteurs d’informations sur les médias sociaux ? Diffuser de l’information est à la portée de tous car l’information est à portée de tous et les outils actuels permettent de la relayer rapidement et facilement.  Par contre, diffuser une information comprise et filtrée préalablement est déjà plus rare et diffuser sa propre information produite me semble aujourd’hui de plus en plus rare…

social_media_experts

Cette notion de social media expert est plus large car le but de cet article est de rattacher finalement cet exemple, que je connais bien, au phénomène plus général de la recommandation sur Internet. On parle beaucoup du pouvoir des conversations et des internautes sur leurs pairs dans l’influence ou la recommandation. J’ai souvent écrit sur le sujet, notamment sur la notion fumeuse du bloggeur influent (On reparle de l’influence des bloggeurs… et Qui influence qui ?). Je pense que la même déviance arrive avec la notion de social media expert. Pour une entreprise, il est alors important à savoir qui elle veut écouter et de qui elle reconnaitra une expertise pour pouvoir l’accompagner dans sa démarche de présence sur Internet. N’oubliez pas donc de regarder à deux fois avant d’ouvrir votre porte à une personne autoproclamée social media expert !

53 commentaires pour “Et toi, tu es un Social Media expert ?”

  1. Posté par Monsieur J a dit : le

    C’est marrant, on se faisait la même réflexion avec un collègue cette semaine. Je fais partie d’une équipe e-marketing et puisqu’il s’agit de projets basés sur le web, le moindre péquin ayant un compte facebook et regardant des videos sur Youtube se croit détenir la vérité et en droit de balancer son avis le plus vulgairement du monde.
    Est-ce que je casse les bonbons aux finaciers ? aux études de marché ? aux commerciaux ? Alors qu’on vienne pas me dire : « pour réussir un bon Buzz marketing faut ajouter la fonctionnalité « Envoyer à un ami »
    Purééééééééé.
    Voilà, ça va mieux : je retourne bosser
    :)

  2. Posté par Tweets that mention Médias sociaux » Archive du blog » Et toi, tu es un Social Media expert ? -- Topsy.com a dit : le

    […] This post was mentioned on Twitter by I Love Social Media and I Love Social Media. I Love Social Media said: RT @cdeniaud [MEDIASSOCIAUX.COM] Et toi, tu es un Social Media expert ? http://bit.ly/gqThV […]

  3. Posté par Le Papet a dit : le

    Il est toujours bon de rappeler les évidences !

    Ca fait du bien à entendre et un peu d’humilité n’a jamais blessé personne…même si elle se fait rare dans les métiers du net.

  4. Posté par Schtroumph grognon a dit : le

    Moi j’aime pas les Social Media experts !!!

  5. Posté par clement toulemonde a dit : le

    Expert en médias sociaux sonne faut pour une simple raison : les « médias sociaux » sont jeunes et si on se tient à la définition commune, sont présent depuis quoi…5 ans grand max. Peut on se définir expert d’un domaine si jeune et changeant ? Comme tu le dis,le connaissance ne fait pas l’expertise. Les experts d’aujourd’hui sont probablement les dirigeants d’entreprise ayant réussi a faire prendre le virage des réseaux sociaux sans déraper. Et « I’m no expert », mais ca se compte sur les dix doigts de la main. :)

  6. Posté par Marina a dit : le

    Ouais Cédric, ouais!

  7. Posté par Yann Lebout a dit : le

    Entièrement d’accord avec Clément ! Personne n’a réellement pu acquérir une expertise sur le web social vu son tout jeune âge (le terme web 2.0 date de 6 ans). J’ai écrit une travail de fin d’étude qui traite en partie des outils du web 2.0, que je préfère au terme médias sociaux, et je dois bien avouer qu’à part quelques articles américains, on trouve beaucoup d’études descriptives, mais peu qui peuvent réellement se targuer de fournir une analyse…

  8. Posté par Darklg Web (darklgweb) 's status on Thursday, 17-Sep-09 14:42:43 UTC - Identi.ca a dit : le
  9. Posté par Cat a dit : le

    Je me faisais exactement cette réflexion il y a peu ! On voit fleurir de plus en plus d’experts en nouveaux média, ou de spécialistes en buzz marketing… de la part de gens qui n’ont comme seule « expérience » que la création d’un blog et d’un groupe facebook ou d’un compte Twitter… c’est dommage car cela décrédibilise un peu le métier de Community Manager, qui apparaît comme une sorte de mode alors qu’il existe depuis des années, dans le jeu vidéo par exemple…

  10. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @ Cat
    Totalement d’accord.

  11. Posté par Manu a dit : le

    Ah, qu’est-ce que ça fait du bien de lire ces lignes ! Ces « experts » nous pompent l’air d’autant que dans la plupart des cas, leur unique valeur ajoutée (si VA il y a !) consiste à faire du journalisme de liens… et de façon passive en plus ! Ce sont souvent des pros de la course au followers aussi. Tenez, 2 anecdotes : j’ai lu récemment un livre qui traitait de l’E-réputation dans lequel il était conseillé de se nommer « expert », par exemple pour augmenter ses chances de trouver un travail… Et sur un réseau social, Viadéo pour ne pas le nommer, j’ai trouvé une personne qui mettait en avant le fait qu’elle avait plus de 3000 contacts !!! Comme si cela pouvait lui donner plus de crédit ! Enfin bon, moi, je déborde un peu, c’est plus tout à fait le sujet… Bravo, c’est un bon article.

  12. Posté par Alphonse Hà a dit : le

    Je suis d’accord qu’il y a trop de personnes qui se proclame « Experts en médias sociaux » et qu’il faut faire attention.

    Par contre, il faut réaliser la réalité des médias sociaux, mis à part les courriels (qui est un média social: http://www.web-strategist.com/blog/2009/07/09/email-the-first-social-network/) et les blogs, Les YouTubes, Facebook, LinkedIn, Twitter, FlickR, etc. sont des média très récent et l’industrie en général est très jeune aussi.

    Accouplé avec le fait que les entreprises aux Québec sont en retard sur le Web et que les dirigeants sont rétissant à sauter dans le bassin, combien de personnes peuvent vraiment dire qu’ils ont de l’expérience avec le marketing Facebook, YouTube, Twitter, etc. surtout au Québec? 10 personnes???

    En tant qu’industrie, nous sommes très jeune. Nous sommes à l’étape d’informer les dirigeants d’entreprise à propos des médias sociaux. La difusion et la connaissance est donc 2 moyens logiques dans notre réalité.

    En temps de ralentissement économique, les dirigeants d’entreprises sont beaucoup plus rétissant d’investir dans quelque chose qu’ils ne comprennent pas.

    Maintenant, les État-Unis commence à utiliser plus les médias sociaux en affaires et l’industrie au Canada/Québec va lentement suivre mais tel est la réalité.

    Ceci étant dit, je ne me proclame pas expert en médias sociaux mais oui je me proclame comme stratège marketing des médias sociaux (Social Media Marketing Strategist) :P

    Je suis tout à fait d’Accord avec Yann et Clément. Qui peut être un expert avec les médias sociaux 2.0 lorsque Facebook a été fondé en 2004… Ce qui veut dire qu’un expert des médias sociaux ne peut pas vraiment avoir plus que 3 ans d’expériences avec Facebook. Méchant « expert ».

  13. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    Très bien dit, ça me fait doucement sourire quand je croise des experts du personnal branding ou des médias sociaux qui ne sont actifs que depuis quelques mois.

    Les médias sociaux sont jeunes mais le potentiel de croissance est proportionnel à la masse de charlatans et de « touristes ».

    /Fred

  14. Posté par Philippe DUPUIS aka WEBENTERTAINER a dit : le

    Je suis entièrement d’accord avec le fait que l’utilisation du terme « expert » est galvaudée. C’est une utilisation marketing du terme. On n’est pas plus expert qu’influenceur, c’est à nos interlocuteurs de reconnaître (ou pas) nos qualités.
    Toutefois, on peut considérer que les spécialistes des social media sont des experts vis-à-vis de ceux (et ils sont encore nombreux en entreprise) qui n’ont pas migré vers le web 2.0 .
    D’autre part, compte tenu de la jeunesse de nos métiers, il est frappant de constater qu’il n’en existe aucune nomenclature précise : un e-marketer c’est très vague, d’autant qu’un spécialiste du SEM peut n’avoir aucune compétence commune avec un community manager, ou encore, un spécialiste du SEO n’aura aucune compétence en matière d’affiliation.
    Alors l’utilisation du terme stratège marketing des media sociaux, pour moi c’est pareil, c’est un terme marketing.
    Par conséquent, comment appeler les gens dont l’activité professionnelle consiste à mettre en place des campagnes de communication à travers les réseaux sociaux ?

  15. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @ Philippe

    Les termes de Consultant en Social Media ou Social Media Strategist recoupent à mon sens de vrais notions. Ce sont généralement les termes que j’utilise pour définir mon activité. Alors je reconnais que ca ne parle peut être qu’à une minorité de personne mais lorsque elles s’accompagnent d’explications ça va…

  16. Posté par OlivierB2009 a dit : le

    Je suis d’accord sur le fond du sujet et avec beaucoup de remarques, par contre, pour avoir pas mal naviguer ces derniers moi sur ces sujets, j’ai croisé peu de gens qui s’autoproclament experts. Ou alors j’ai eu de la chance et je n’ai vu que les bons blogs ou sites (je partage volontier les sources…) !
    Par contre dire que comme cela date de peu, il ne peut y avoir d’expert, je trouve que 4/5 ans permettent au moins d’avoir une legitimité.
    Si je peux me permettre la réflexion suivante : certains de ces personnes qui se nomment « experts » avaient une forte connaissance du travail collaboratif (qui se rapproche sur certains points des réseaux sociaux). Et le collaboratif ca date pas de l’euro! .
    Et comme dis P. Dupuis 4/5 ans par rapport à quelqu’un qui n’a pas de connaissance ca fait une grande différence.

  17. Posté par Philippe DUPUIS aka WEBENTERTAINER a dit : le

    @ Cédric

    Merci de votre réponse et je partage votre avis et prends bonne note pour Consultant en Social Media mais il est certain que sans explication, ça peut laisser perplexe.

  18. Posté par rachmaninov a dit : le

    tiens, en lisant le titre avec le mot expert, j’ai cru que c’était un nouveau papier sur Sego… C’est elle qui a commencé à mettre le terme « expert » à toutes les sauces lors de la campagne de 2007 en parlant notamment de « citoyens experts ». Peut-être était-ce déjà un bad buzz délibéré ? ;)

  19. Posté par Herve Kabla a dit : le

    Assez d’accord avec toi, je préfère m’en référer au savoir-faire des acteurs des medias sociaux en entreprise qu’à celle des consultants ou agences spécialisés.

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Yann Gourvennec et moi avons lancé Media Aces, afin que les utilisateurs professionnels puissent communiquer entre eux et partager leurs propres retours d’expérience, les positifs comme les négatifs, sans « pollution externe ».

  20. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Hervé

    Oui j’ai vu l’initiative que je trouve très bonne. Je te contacte pour que tu m’en dises plus et faire un article sur le sujet.

  21. Posté par Sylvain - Akostic.com a dit : le

    Bonjour à tous !

    J’ai l’impression que ce sujet est assez récurent sur le web. Je pense notamment au marche du SEO, il y a quelques années certains acteurs se prétendaient experts en référencement et ne proposaient que e la soumission dans les annuaires. Comme le dit Fred plus haut « le potentiel de croissance est proportionnel à la masse de charlatans ».

    Il y a quelques temps j’ai lu quelques billets sur les experts en Médias Sociaux. Dans un de ces billets, l’auteur faisait référence à la biographie d’un grand violoniste. Cet homme disait que pour devenir expert en violon, il avait pratiqué plus de 10 000 heures, et si c’était pareil pour nous ? il nous faudrait à tous (je pense) encore pas mal d’heures de pratique non ?
    Par ailleurs, un autre billet mettait en évidence le fait que personnes ne peut maitriser à l’heure actuelle les codes / usages de toutes les plateformes « sociales » donc là aussi comment légitimer une expertise des médias sociaux ?

    Comme le souligne le papet dans son commentaire, un peu d’humilité ça fait toujours du bien :)

  22. Posté par Andrei Curelaru a dit : le

    Juste quelques mots pour saluer l’article et enfoncer une porte ouverte en étant 100% d’accord avec @Sylvain

  23. Posté par Secteur Sud a dit : le

    On a le même problème avec les médias sociaux qu’avec les blogs. Les gens qui considèrent le blog ou les médias sociaux comme une finalité en soit se repèrent vite. Les médias sociaux, qu’on soit un individu ou une entreprise, restent des outils. Ils doivent apporter des solutions rien de plus rien de moins.
    Alors je comprends bien ton discours Cédric mais je reste sceptique. « Etre reconnue » d’accord mais quand on entre dans une entreprise avec une maturité du web normale (donc pas terriblement bonne ;))comme spécialiste des médias sociaux on est reconnu comme tel, c’est pas pour ça qu’on est bon. Etre reconnu par des gens déjà reconnus comme experts ? oui mais alors lesquels puisqu’il semble s’en glisser des faux? ;)

    Par contre, concernant le rapport entre expérience et connaissance, on repère quand même vite l’imposteur ; il va être coincé quand la PME PMI ou la boite B2B va venir parler des médias sociaux avec vous. Faut dire que la littérature sur la gestion et l’utilisation des médias sociaux est loin d’être saines aujourd’hui. On nous parle de grands comptes, de marques dont la notoriété est déjà acquise qui se placent sur ces « nouveaux médias » ce qui laisse supposer que les autres (donc 99% des prospects) peuvent aller se faire foutre.

    Bref, je fais mon rabats joie sur la reconnaissance (qui implique de choisir qui a le pouvoir de le faire) ce qui est délicat à trancher aujourd’hui) mais je rejoins tout à fait la conclusion de cette article, la qualité de la recommandation (dans les médias sociaux comme dans chacun des métiers ou compétences du webmarketing tel qu’il est pratiqué aujourd’hui) est reine ! Si on est bon, le client immature s’y retrouvera puisque que son manque de maturité réduit les contraintes auxquelles nous sommes confrontées (AKA la marge d’erreur est plus grande).

  24. Posté par arf a dit : le

    Je découvre ce blog grâce à Flav du blog du Modérateur et je le remercie.

    Je ne suis pas tout à fait en phase avec ce terme de « médias sociaux ». Le mot « média » m’impose de la production alors que sur twitter, fb les infos sont simplement diffusées, pas produites.
    La production est encore sur les médias traditionnels ou sur les blogs spécialisés peut être à de rares exceptions.

    Ce n’est pas pour autant que l’information ne doit pas être commentée et analysée. Ainsi annotée, elle prend de la valeur tout le long de la chaîne de diffusion.

    Le seul vrai « diffuseur social » qui pratique vraiment cette transmission est friendfeed à mon sens, avec des discussions et des réactions plus poussées. Twitter et facebook ne servant que de relais.

  25. Posté par Antoine Dupin a dit : le

    Perso, je préfére « spécialiste » comme ça, on fait pas expert, mais on se spécialise dans les MS :) Un spécialiste n’a pas la science infuse, il s’est centré sur un domaine en particulier… après les termes ça va ça vient. Demain peut être se proclameront God Master of Killer of the Social Media

  26. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @arf

    On pourrait effectivement se pencher sur la sémantique du terme medias sociaux qui est une simple traduction FR du terme anglosaxon qui s’est impose Social Media.

    Effectivement en soi le rapprochement de ces deux mots est un non sens car média siginifie canal de difusion là ou le terme social sous entend la participation de tous. Or les stats le prouvent : le social ne concerne pas tout le monde car sur les différents outils il y a différents niveaux de participation (cf échelle de participation). Toutefois, ce que j’aime dans cette notion de Social Media c’est qu’elle approche le côté horizontal des échanges (user to user) au côté vertical (entreprise vers user et user vers entreprise).

  27. Posté par Herve Kabla a dit : le

    Sans être expert des medias sociaux, je te suggèrerais bien cependant … de permettre de s’abonner aux réponses à cet intéressant article… Il y a un plugin pour cela sur WordPress!

  28. Posté par Gwenola a dit : le

    Je te rejoins sur cette difficulté à dissocier les suiveurs des véritables leaders de contenu dans le domaine des médias sociaux.

    l’engouement autour de ces nouveaux métiers laisse la place a tous les profils plus ou moins experts et plus ou moins honnetes à assumer leur niveau de compétence.

    je m’interroge en tant qu’annonceur sur les « critères « qui font un bon community manager/ ou un bon consultant en médias sociaux.

    La facilité à trouver l’information sur le sujet permet très rapidement d’acquérir une culture…mais pas forcément un savoir faire.

    je pense que les experts autoproclamés devraient valoriser davantage les résultats/bénéfices obtenus.

  29. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Gwenola

    C’est comme pour tout : « dis moi ce que tu as fait, et je te dirai ce que tu vaux »…

  30. Posté par Frédéric DOMON a dit : le

    Merci Cédric,
    Toi aussi, tu fais une experoverdose ?

    Aujourd’hui, il est relativement simple de monter son site, son blog, de faire un peu de personnal branding pour se présenter « Expert en » .
    C’est particulièrement vrai dans le domaine qui nous intéresse ici.

    Comme le dit justement @sylvain, qui peut se targuer d’avoir une parfaite expertise d’un tel environnement polymorphe ?

    Pour répondre aux besoins de mes clients, je crois à la constitution d’une équipe de partenaires pointus sur chacun des aspects abordés. Et pour le coup, le choix des partenaires nécessite une vraie expertise ;)

    Sinon, vous pouvez lire aussi: Quel type de consultant êtes-vous ? http://tinyurl.com/n3g4tq (via @fbrahimi)

  31. Posté par Bruno CLEMENT a dit : le

    Salut Cédric,
    ça me rappelle une conversation lors d’un dej récent tout ça ;-).

    Évidemment je partage à 200% le fond de cet article, mais j’aimerais apporter un peu de philosophie à ce débat via 2 proverbes qui m’accompagnent depuis toujours dans ma vie professionnelle et personnelle , et que je soumet à la sagacité de nos lecteurs ;-)

    1- « Un expert est quelqu’un qui a fait toutes les erreurs…Une fois ! »

    2- « L’expérience ne sert qu’a éclairer le passé ».

    Excellent week-end à tous.

    Bruno

  32. Posté par Besoin de votre aide svp!! a dit : le

    Bonjour,

    Je rédige actuellement mon mémoire de fin d’études. Il concerne la gestion de crise et les médias sociaux.

    Dans un premier temps, merci pour cet article et pour ce blog en général qui m’ont été d’une grande utilité. Les analyses y sont particulèrement pertinentes!!

    Dans un second temps, j’aurai besoin de votre aide à tous afin de remplir un petit questionnaire en ligne(cf lien, il ne prend même pas 5 minutes)!

    Je serai ravie de partager les résultats avec vous dès que j’aurai fini…

    Merci d’avance!!

    http://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dE1QRS1LU3dWSDMxWU52UG5pU1h3dGc6MA..

  33. Posté par Déco a dit : le

    @ Bruno Clément, penses aux royalties pour JPC …

  34. Posté par Ludovic a dit : le

    bonjour Cédric,

    bravo pour cet article courageux, qui fait plaisir à lire, et qui ne m’étonne pas trop en fait… J’avais déjà pu noter dans quelques un de tes précédentes articles un certain « agacement » vis a vis de tous ces experts des media sociaux à peine sortis de l’école, ou ne justifiant d’aucunes expériences probantes. ;-)

    J’ai l’impression que les pro du web traditionnel (je pense particulièrement aux agences) ne sont pas en reste pour alimenter cette situation, en catapultant des juniors (et parfois même des stagiaires !) au rang d’expert attitré des réseaux sociaux, ou de Community Manager auprès de leurs clients qui n’ont pas le recul ou les connaissances pour juger de la « supercherie ».
    Aujourd’hui, une agence qui n’à pas un expert des média sociaux à sortir en réunion client, ou dans son organigramme, c’est une agence has been…

    Faut pas s’étonner de retrouver ensuite tout ces ptits jeunes sur FB, Viadeo, Linked, ou sur leur blog avec l’étiquette « Expert des media sociaux » dans leur CV…

    C’est vrai que ca peut énerver car ça brouille un peu la visibilité des vrais experts sur le marché, mais je suis convaincu que ces derniers s’en sortirons toujours car ils ont ce que les autres n’ont pas, et tu le synthétise bien dans ton article : une expérience réelle à valoriser, et un réseau professionnel qui n’est pas fictif.

    Bonne continuation.

  35. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Ludovic
    Merci pour ton commentaire et je te rassure, je ne suis pas « agacé » personnellement mais à la lecture des commentaires sur ce post, je vois que je ne suis pas le seul à faire ce constat. Oui un poste de Community Manager (si la nomination est bonne) n’est pas réservé à un junior ou un stagiaire. La plupart des rôles sont en fait des animateurs d’outils (au même titre de ce que l’on avait déjà avec les animateurs de forums). Entre un modérateur, un animateur, un community manager et un social media strategist, il y a bien des différences aussi bien au niveau des missions, des compétences que de l’expérience demandée.

  36. Posté par Community manager a dit : le

    Je me sens personnellement visé par cet article. Mais cet article a tout a fait raison. L’expertise est reconnue par les autres et pas auto-proclamée.

    Je suis présenté comme « expert en animation de communautés », aussi bien à des réunions que dans des documents liés aux communautés, là où je travaille. Et je trouve ça très prétentieux. Je le fais parce que mon chef de projet me l’a ordonné, de manière à « faire classe » devant les entités à qui nous proposons nos services. Je lui ai fait part du fait que je n’aimais pas du tout, parce que ça fait très prétentieux, mais il m’a forcé à l’écrire quand même. Et ça m’énerve parce que du coup ça fait « le petit jeune sans expérience qui se la pète » et décrédibilise complètement ma réputation. Je ne suis d’ailleurs pas le seul dans ce cas au sein de mon équipe.

  37. Posté par Frédéric CAVAZZA a dit : le

    @ Community manager > Je ne pense pas que l’article te concerne directement dans la mesure où tu ne décides pas de ton intitulé de poste. L’article fait plus référence aux experts auto-proclamés.

    Courage, encore quelques années et tu assumeras à merveille ton titre d’expert ;-)

    /Fred

  38. Posté par Clement Toulemonde a dit : le

    @gwenola: Pour avoir des résultats tangibles, et les mettre en avant; il faut déjà identifier les bon métriques : quoi mesurer, et comment…
    C’est un sujet a part entière, mais ces métriques restent difficile à identifier, justement du fait de la jeunesse des ‘Médias sociaux’. Surtout qu’en général les entreprises souhaitent être dessus mais ne savent pas vraiment pour quelle raison (autre que ne pas être à la masse).

    @Community Manager : je comprends tout à fait ton sentiment. Comme le souligne Ludovic [j’essaye de ne pas prendre pour moi le portrait des juniors qu’il a fait], la tentation des agences de catapulter des juniors en expert est grande. Bon courage ! Il faut que tu continue d’expliquer à ton boss pourquoi ‘expert’ n’est pas approprié: file lui le lien de ce billet ;).

    Que ce soit au sein même d’une agence, ou chez le client, il faut constamment faire attention à ne pas survendre les médias sociaux. C’est toujours difficile, surtout quand on est passionné !

  39. Posté par Alex a dit : le
  40. Posté par Powanono a dit : le

    J’aime bien votre article car il résume pas mal de problématique dans le champs médiatique, et plus particulièrement champs médiatique web (si on peut l’appeler comme ça).
    Bref qui est expert et qui ne l’est pas. De même que les spécialistes de l’image (faux sémiologue et sémiologue au rabais) pullulent à la TV, le social media expert se pose là. Mais au delà de l’aspect prétentieux de la chose, c’est aussi pour rassurer ou récolter les clients et se vendre. C’est finalement aux clients de se renseigner un tant soit peu sur l’expert en question pour voir le bien-fondé de ce qu’il avance.

  41. Posté par Stephanie Booth a dit : le

    Tu abordes le problème que connaissent bien les pionniers et autres vieux de la vieille: quand quelque chose commence à devenir « tendance » ou à être populaire, et que tout un chacun cherche à avoir sa part de gâteau (en s’auto-proclamant expert, parmi d’autres stratégies) — comment faisons-nous (j’assume ce nous) pour nous différencier de tous les « viennent-ensuite » un peu opportunistes qui jouent peut-être mieux le jeu de l’auto-promotion?

    C’est la question que je me posais cet été dans « What Do We Call Ourselves » (http://climbtothestars.org/archives/2009/06/09/what-do-we-call-ourselves/) — quand le mot « expert » a été vidé de son sens, ou que l’expression « social media consultant » signifie « je sais ouvrir un compte Twitter et je blogue depuis six mois »… qu’est-ce qui nous reste?

  42. Posté par Julie Le Vacon a dit : le

    A mon tour d’enfoncer une porte ouverte ! Effectivement je suis tout à fait d’accord avec toi… certains comportements m’agacent !

  43. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    Pour poursuivre la discussion sur le sujet, je viens de publier un article complémentaire : http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2009/11/20/15865588.html

  44. Posté par Social Expert | Social Advertisign a dit : le

    […] Image trouvée sur MediaSociaux. […]

  45. Posté par Les 20 stratèges américains du Social Business a dit : le

    […] en conviendrez ! Ensuite, sur un domaine aussi jeune que les médias sociaux, j’ouvrirais sur le billet de Cédric Deniaud intitulé « Et toi, tu es un Social Media expert ? &raq…, lequel fera encore et toujours débat. Sont-ils vraiment des experts ? Ont-ils commis suffisamment […]

  46. Posté par FredColantonio a dit : le

    Très belle réflexion !

    Je rejoins Fred Cavazza : le web a amplifié la visibilité, l’audience et aussi le bruit (inhérent à toute communication).

    Normal donc qu’on assiste à ce que tu décris, Cédric.

    Ce qui compte, c’est la réputation. Et elle prend du temps à s’acquérir. Soyons rassuré : le temps fera le tri :)

  47. Posté par Confirmation: US Teenager – Moins de Blogs, plus de réseaux sociaux (Source: PEW – Social Media Today) « I am a Bridge (Hugues Rey Blog) a dit : le

    […] d’information sur les médias sociaux ?) et de la reconnaissance de son expertise (Et toi, tu es un Social Media Expert ?). En ce sens, le blog reste de loin aujourd’hui le meilleur moyen d’allier les deux. […]

  48. Posté par AMARC - Association pour le MAnagement de la Réclamation Client » AMARC - Association pour le MAnagement de la Réclamation Client » Et toi, tu es un Social Media expert ? a dit : le

    […] Lire l’intégralité de l’article sur le blog SensSociaux.com. […]

  49. Posté par 5 mythes sur les médias sociaux | Blog du Forum net-day a dit : le

    […] ou quand de pseudo-experts vendent leur grande expertise… issue de la lecture de quelques blogs (Et toi, tu es un Social Media Expert ?). > Lire la suite sur mediassociaux.com Articles similaires :Corporama : un agrégateur de […]

  50. Posté par L’expertise à la française ? Quand le web devient fou | Le blog d'Antoine Dupin a dit : le

    […] le souligne Cédric Deniaud : « L’expertise n’est pas autoproclamée mais doit être reconnue. En somme on est […]

  51. Posté par William a dit : le

    Bonjour, je reviens sur ceci :
    diffuser sa propre information produite me semble aujourd’hui de plus en plus rare…
    La télé, les pubs, le harcèlement tous dans le mm moule nous a conditionné pour cela. Et que nous réserve le Web—> Jouer au lancer de boule de neige par écran superposés ? Après la première Web génération de narcissiques que sera la deuxième génération ?

  52. Posté par Launay a dit : le

    ah lala! encore des puristes qui croivent que pour ce nouveau métier il faut se doter d’un bac + 5 sinon ça décridibilisee le métier! encore une mentalité à la française qui fait que nous sommes en retard sur les autres pays! La france arrive en 17è position au niveau dévelloppement du business web. pas étonnant avec des mentalités telles que la vôtre! et si on laissait la chance à ces « novices » qui n’ont que des comptes sur des médias sociaux mais sont passionnés? Leur mettre les pieds à l’etrier et voir comment ils évoluent?

  53. Posté par BabaOo a dit : le

    Curieusement, ont peut pratiquement dire l’équivalent pour le milieu des musiciens professionnels.

    Toutefois en musique, le diplôme n’a pas généralement autant de poid que l’appréciation des collègues, ou du public.

    La notion « d’expert » en musique n’existe pas ou en tous cas, on n’en fait guère un plat. Hormis dans certains réseaux très sécialisé..et encore.