Social shopping : « Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook »

Cette phrase n’est pas de moi, mais de Julien Codorniou, ancien de la maison Microsoft, passé récemment chez Facebook, pour développer notamment les partenariats en Europe. Je tire cette phrase d’une interview diffusée sur le site  L’expansion.fr :  Aucun site e-commerce n’a su tirer parti de Facebook en Europe. Il est vrai que les exemples commencent à se multiplier avec aujourd’hui un nombre de ventes qui restent extrêmement confidentiels. Nous en sommes aux balbutiements. Même si Julien dresse volontairement un tableau plus noir qu’il ne l’est de la situation, les exemples aux États-Unis sont bien souvent fantasmés et la maturité des internautes dans leurs usages n’est pas la même.

Cela ne veut pas dire pour autant que le commerce sur Facebook est mort, bien au contraire même et la récente fusion en France entre Boosket et 24heures témoignent de l’intérêt des acteurs traditionnelles pour ces nouvelles solutions. Cependant, l’enjeu n’est peut être pas dans un premier temps de reproduire tout ou partie de son catalogue e-commerce sur sa page Facebook mais plutôt de voir comment socialiser son site e-commerce. Je tire déjà la sonnette d’alarme depuis quelques temps autour de cet aveuglement du « tout Facebook » :

Pensez d’abord Social Merchandising

Si je reprends le cercle du Social Shopping (ci-dessus), c’est tout ce qui a attrait au Social Merchandising. L’idée est plutôt d’améliorer l’expérience d’achat sur un site plutôt que de vouloir multiplier sa présence marchande sur de nombreux sites au détriment de l’expérience. Dès 2008, je définissait le Social Shopping comme le fait d’appliquer une dimension sociale au e-commerce. Car oui, aujourd’hui, ce qui fera venir un internaute sur un site, ce n’est plus seulement le prix ou la praticité d’acheter sur Internet, mais aussi l’expérience et la prise en compte personnelle du client (Quelles sont les attentes des cyberacheteurs ?).

Depuis déjà quelques temps, Amazon et TripAdvisor par exemple l’ont bien compris en ayant intégré de manière pertinente le social graph Facebook. Sur Amazon, ainsi, vous pouvez retrouver les wish lists de vos amis dont l’anniversaire arrive bientôt et ainsi vous assurez de leur offrir le cadeau rêvé. Ça, c’est pour la théorie, dans la pratique finalement, dur de savoir si la personne n’a pas déjà acheté le cadeau. Une application Facebook créé par Amazon est ainsi la solution pour permettre cette connexion entre les souhaits et les achats effectués.

Autre exemple, c’est celui de TripAdvisor avec le widget TripFriends vous permettant de retrouver les avis de vos amis (Les avis consommateurs sur les sites e-commerce : regardons l’exemple de TripAdvisor). Et oui, les internautes en ce qui concerne l’influence se recentrent sur leurs premiers cercles concentriques et recherchent à nouveau une vraie expertise légitime (Vers une remise en cause de l’influence présumée des réseaux sociaux ?).

La question n’est donc pas de savoir s’il faut lancer ou pas une boutique sur Facebook mais comment rendre l’expérience d’achat plus personnalisée. Dans ce sens, Facebook veut prendre un temps d’avance avec des sites partenaires afin que, ce coup-ci, sans avoir au préalable à s’identifier sur le site avec votre profil Facebook, le site soit déjà personnalisé. Cette fonctionnalité proposée par Facebook s’appelle la Personnalisation Instantanée.

Pour le moment, Facebook joue la discrétion mais nul doute que ces partenariats vont se multiplier et que Facebook, dans la lutte vers le social commerce, risque de prendre encore un avantage sur ses principaux concurrents que peuvent être notamment Google (Un pas de plus de Google vers le social search avec +1 Button) ou bien encore Twitter (Facebook vs Twitter : le grand combat du graphe social).

10 commentaires pour “Social shopping : « Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook »”

  1. Posté par verygoodservice a dit : le

    Bon example de la puissance du reseau Facebook avec le produit conseil voyage – Les recommendations FB ont bien plus de valeur que celles de beaucoup d’autres reseaux car les gens se connaissent deja au quotidien. FB est une plateforme de communication et non une plateforme de rencontres comme twitter

  2. Posté par Marketing & Tourisme a dit : le

    Bien d’accord.
    Super analyse !
    Merci.

  3. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @VeryGoodservice #Marketing @ Tourisme Merci !

  4. Posté par Timothée de Laitre a dit : le

    Entièrement d’accord avec toi Cédric, j’en avais même fait un post il y a presque un an : quand bien même Facebook peut être un bon relais de certains produits proposés sur les sites d’e-commerce, il est d’abord primordial et il semble plus logique dans un premier temps d’optimiser l’existant, le site du e-commerçant oui-même, en le « socialisant ».

    Post sur le sujet, en espérant que ça apporte à la réflexion :

    http://timdl.posterous.com/tendance-2010-2011-la-colonisation-sociale-de

  5. Posté par Ma veille de la semaine | Chasseuse de tendances a dit : le

    […] Socialiser son site/Intégrer sa boutique sur Facebook, l’essentiel : améliorer l’expérience d’achat #socialshopping http://bit.ly/fIqS8a […]

  6. Posté par Raph a dit : le

    Il parait clair qu’utiliser Facebook pour améliorer l’expérience d’achat parait beaucoup plus raisonnable que d’essayer d’implémenter une boutique sur Facebook où l’ergonomie et les possibilités seront nécessairement soumis au bon vouloir de Facebook…

  7. Posté par Cobaye Conso a dit : le

    Personnellement je suis totalement contre l’investissement publicitaire sur Facebook où les membres ont 12 000 autres choses à faire que de s’occuper des pubs, mal mises en valeur qui plus est.

    Pourtant il existe quelques réussites de webmarchand sur Facebook, peu de poids lourds, mais quelques sites, qui a défaut de générer beaucoup de ventes via FB, ont néanmoins réussi à se faire connaitre grâce au réseau. Je pense notamment à MyFab ou à de plus petites compagnies comme Gelaskins.

  8. Posté par Les incontournables de la semaine du 18 Avril 2011 | La Blogule de STONEPOWER - Agence Digitale Marseille a dit : le

    […] Social shopping : « Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook » […]

  9. Posté par Medias sociaux + E-commerce : les clés du succès du Social Commerce « MediasSociaux.fr MediasSociaux.fr a dit : le

    […] très tôt toutes ses limites (Les 5 raisons de l’échec des boutiques sur Facebook et Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook), même si Facebook notamment via Facebook Open Graph ou dans les passerelles possibles avec les […]

  10. Posté par Les clés du succès du Social Commerce | Cédric DENIAUD | Stratégie et transformation digitale a dit : le

    […] très tôt toutes ses limites (Les 5 raisons de l’échec des boutiques sur Facebook et Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook), même si Facebook notamment via Facebook Open Graph ou dans les passerelles possibles avec les […]