L’influence entre internautes continuera-t-elle ces prochaines années ?

L’un des problèmes d’Internet aujourd’hui est la densité de contenus offerts gratuitement à tout internaute. Les moteurs de recherche étaient la première porte d’entrée historique vers ces contenus, qui nous permettaient de trouver notre bonheur. Mais depuis quelques années, cette règle quasi unique a changé. Bienvenue dans un monde social !

Avec les médias sociaux, notre navigation et notre recherche de contenus changent : elles deviennent sociales

Sociales parce que :

  • Facebook est devenu le 2ème moteur de recherche derrière Google et devant Bing et Twitter est devenu pour nombre de métiers un outil d’informations et de veille, avant d’être un réseau social (s’il pouvait être catégorisé comme tel).
  • On surfe de contenus en contenus selon des catégorisations faites par les internautes. Des outils comme Pearltrees (qui vient de dépasser les 100 000 inscrits) ou Scoop-it sont à mettre dans cette catégorie de sites, qui réaggrègent du contenu déjà existant sur laToile, mais selon une classification différente de celle d’un moteur d’un recherche ou d’un portail d’informations / blog généraliste ou vertical.
  • On surfe sur des contenus en fonction de la recommandation faite par les internautes. L’annonce récente de Google +1 Button est à mettre en perspective avec cette tendance. C’est aussi le cas avec LinkedIn Today que je vous ai présenté dans . Le média social replace donc bien l’humain au centre comme un média… mais un média qui partage du contenu.

C’est ainsi que l’on pourrait dresser le panorama à date. Dans ce cadre, les plateformes d’avis se multiplient, les plateformes dites de curation tout autant, les réseaux sociaux se lancent dans la voie des contenus sociaux…

Les internautes veulent entendre la voix du Directeur !

La question pourrait être différente si finalement l’internaute se détournait de tous ses avis et contenus crées par ses pairs pour se recentrer vers des contenus plus fiables et plus experts.

trustbarometer_edelmanC’est une tendance qui commence à émerger et qui n’est probablement pas à négliger. Quand tout le monde parle, on a tendance à se recentrer sur les références installées. Les médias, par rapport à l’information, ont une vraie place à prendre sur la certification et l’expertise dans l’information apportée plutôt que de jouer la course aux buzz qu’ils auront perdu de toute manière, le schéma de diffusion de l’information commençant par les médias chauds que sont Twitter ou Facebook par exemple.

Compte tenu de la diversité des avis, et de la densité de contenus, nous pouvons maintenant facilement trouver sur une même page une information et son contraire. Dur de s’y retrouver. Les sites se lancent tous plus ou moins dans des solutions permettant de mieux filtrer ses contenus soit en :

  • certifiant des avis pour éviter les faux avis. Par exemple, c’est l’une des promesses d’un site comme Sampleo (Test de produit + Publicité + Avis = Sampleo) ou c’est également ce que propose dépuis déjà quelques temps Amazon avec les Approved Purchase. Tout le monde peut laisser un avis sur un produit mais les personnes qui ont au préalable acheté ce produit sur le site sont différenciés afin d’apporter plus de crédit à leur avis.
  • rapprochant le réseau d’amis de l’internaute des avis laissés sur un site. Le module Facebook sur le site TripAdvisor (Les avis consommateurs sur les sites e-commerce : regardons TripAdvisor) est certainement l’un des meilleurs exemples à date, avec également les playlists de vos amis sur Spotify.

tripadvisor_facebook

Il n’y a pas d’influence sur les réseaux sociaux… en ce qui concerne l’achat

La bataille de Google et Facebook pour l’influence reste pour le moment une victoire de Google. En tout cas, c’est ce qui ressort d’une étude récente de Goldman Sachs sur le sujet.

search_engines_shopping_march_2011

Autre étude récente qui confirme ce point; celle de Lightspeed Research.  Les avis de consommateurs ont beau être très consultés par les cyberacheteurs, les recommandations postées par leurs amis sur Facebook les intéressent nettement moins, y apprend on.

Article précédemment publié sur CedricDeniaud.com

5 commentaires pour “L’influence entre internautes continuera-t-elle ces prochaines années ?”

  1. Posté par greg a dit : le

    Je te laisse te replonger dans le discours d’Eli Pariser sur la personnalisation persuasive qui (Ted Speech que tu trouveras sur mon blog) qui explique comment Amazon a fait des tests A/B sur chaque individus pour comprendre ce qui influence chacun.
    Il y a finalement plusieurs types d’influence : avis d’expert, avis d’amis, avis d’amis facebook, promotion et chacun à son mode de fonctionnement psychologique.
    Je crois donc que la confiance dans les amis Vs les experts tiendra encore longtemps, simplement certaines personnes y sont sensibles et d’autres moins…

  2. Posté par Frédéric a dit : le

    Bonjour Cédric,

    L’influence est-elle guidée ou télé-guidée ? Suivant le choix du terme, elle peut avoir plus ou moins d’impact, selon moi. Que cela soit dans la vie de tout les jours ou dans celle du net.
    S’il existe des personnes en position d’influencé, cela signifierait-il qu’il existe des influenceurs ? La réponse est certainement comprise dans la formulation de la question….

    Vous remerciant de l’ensemble vos articles, que je trouve très enrichissant.

    Courtoisement,
    Frédéric.

  3. Posté par [09/07] Revue de presse | Les conférences du Sud a dit : le

    […] Médias Sociaux L’influence entre internautes continuera-t-elle ces prochaines années ? – http://bit.ly/nRN4RK […]

  4. Posté par هل سيستمر تأثير الشبكات الاجتماعية ومستخدمي الإنترنت على بعضهم البعض خلال السنوات القادمة ؟ | مدونة الإعلام الاجتماعي a dit : le

    […] L’influence entre internautes continuera-t-elle ces prochaines années ? […]

  5. Posté par André Goli a dit : le

    L’influence est déterminante, mais sa limite en est le nombre de commentaires laissés par les usagers… Dans le cas de nombreux commentaires, l’information apparait plus crédible. Néanmoins, à partir du moment où les commentaires sont peu nombreux, on est en droit de se poser la question de la véracité de leur contenu…. En effet, quand je surfe sur le net pour sonder les commentaires sur tel ou tel produit ou serivce, je me méfie toujours des commentaires élogieux uniques ou peu nombreux. Cela pourrait-etre le fruit de faux commentaires laissés par la marque… Donc méfiance…… Dans ce sens, des commentaires, oui, mais en nombre suffisant pour être crédibles…