L’avenir de Google+ se dévoile

Voilà presque un mois que Google a lancé sa plateforme sociale Google+ : Google lance sa plateforme sociale unifiée Google+. Beaucoup d’agitation et de spéculations autour de cette nouvelle plateforme qui a fait grand bruit. Il faut dire que le programme de déploiement par invitation a généré beaucoup d’attente et de frustration. Visiblement tout ceci devrait rentrer dans l’ordre, car le service serait accessible librement à partir du 1er août (à confirmer).

L'écran d'accueil de Google+

Je pense ne pas me tromper en disant que Google a réussi son pari, car Google+ a connu une croissance spectaculaire :

Croissance de Google+ comparée avec Twitter et Facebook

Nous en savons maintenant un peu plus sur l’audience de Google+ avec plus de 20 millions d’utilisateurs, chiffres confirmés par Google et d’autres instituts sérieux comme comsCore : Google+ Off to a Fast Start with 20 Million Visitors in 21 Days. Chose intéressante, la croissance est plus rapide dans le reste du monde qu’aux États-Unis :

Croissance de Google+ dans le monde et aux US

Mais il convient néanmoins de relativiser, car l’Amérique du Nord représente tout de même la part d’audience la plus importante :

Audience de Google+ comparée par pays

La France est donc, selon ces statistiques, le huitième marché avec un déséquilibre évident des utilisateurs masculins (via FindPeopleOnPlus) :

Statistiques de l'audience de Google+ en France

Ces statistiques se fondent sur moins d’1/4 du nombre total d’utilisateurs, mais sont à mon avis particulièrement représentatives de la tendance. Ceci étant dit, et au vu de la croissance, ce déséquilibre devrait progressivement disparaitre.

Après un mois d’utilisation, nous avons une vision un peu plus précise de ce qu’est Google+ et surtout de ce à quoi il va nous servir. Première chose importante : Google+ est très différent de Facebook et de Twitter, les autres plateformes sociales de référence (Google Plus, Facebook and Twitter compared in an infographic) :

Comparaison entre Facebook, Twitter et Google+

Je pense  que Google+ est en fait beaucoup plus proche de FriendFeed que de n’importe qu’elle autre plateforme dans la mesure où l’on peut y faire beaucoup de choses, beaucoup plus de choses qu’avec les autres services : publication de messages courts et articles, partage de liens, photos et vidéos, checkins, recommandation de contenus… D’ailleurs certains ont fait le pas comme le célèbre blogueur Kevin Rose (qui a décidé d’abonner son blog : How To Build An Audience On The Internet: The Kevin Rose School Vs. The Fred Wilson School) ou Robert Scoble qui y voit un très gros concurrent à Twitter (Google+ has made Twitter boring, here’s what Twitter should do about that).

Dans la pratique, je peux vous confirmer que Google+ est une plateforme très versatile où l’on peut avoir des interactions sociales très diversifiées dans un environnement productif et cohérent (notamment grâce à l’utilisation des cercles). Mais le plus important à mon sens est l’attention toute particulière qui est donnée aux contenus au travers des Sparks et qui fonctionne comme un redoutable levier concurrentiel (cf. 3 Reasons Why Relevant Content Matters).

Google a donc sorti les gros moyens pour faire de Google+ un succès. Et ce n’est que le début, car l’enrichissement de la plateforme risque de se faire beaucoup plus rapidement que prévu avec notamment de nombreux rachats et nouveaux services :

De nombreux indices laissent également à penser que les jeux seront très prochainement intégrés à la plateforme : How Google Plans To Trump Facebook In Games. Bref, les choses s’accélèrent et il va falloir s’attendre à une course à l’armement avec Facebook et les autres plateformes sociales.

En revanche, là où les choses ne vont pas très vite, c’est pour l’accueil des marques sur la plateforme (Quelle place pour les annonceurs dans Google+). Le moins que l’on puisse dire est que Google avait largement sous-évalué l’intérêt des marques pour Google+. Outre des expérimentations opportunistes (The first campaign ever on Google+), de gros annonceurs s’intéressent de très près à la plateforme et aimeraient bien pouvoir y être représentés de façon officielle.

Michael Dell a ainsi exprimé un vif intérêt pour Hangout, le chat vidéo, dans le cadre de ses équipes de vendeurs et d’assistance (5 Emerging Trends on Google+). De même, Ford a créé une page officielle pour essayer de faire pression sur les équipes Google.

Le profil de Ford sur Google+

Pour le moment cette page est encore en ligne, mais Google a déjà prévenu et sanctionné d’autres annonceurs (dont Ikea et Samsung) qui tentent de s’imposer. Le message est pourtant clair : Les annonceurs ne sont pas encore les bienvenus sur la plateforme, il ne le seront pas avant quelques mois. La raison de ce « retard » est que les équipes veulent visiblement bien faire les choses et qu’ils souhaitent lancer une offre à la fois complète et cohérente avec les autres produits de la gamme (AdWords, Analytics…) : Google Plus Business Profiles Are Coming Q3, Analytics and All.

Outre la présence de marques à titre représentatif, de nouveaux usages sont déjà en train de se profiler. Il fait dire que Google+ propose une base très complète que l’on peut aisément exploiter dans d’autres contextes que la sociabilisation entre particuliers (Quels usages internes pour Google+ ?). Certains voient ainsi Google+ comme le parfait outil pour les journalistes (Can Google+ beat Twitter and Facebook as a tool for journalists?), d’autres comme un outil de collaboration interne (How Google+ could become an essential business tool).

Au final, la première impression que donne Google+ est la bonne : Ce n’est pas un réseau social, mais une plateforme sociale qui va servir à lier tous les services de google entre eux. Là où l’intérêt des réseaux sociaux augmente avec le nombre de membres, la valeur de Google augmentera avec le nombre de membres ET le nombre de services qui y seront greffés. Ça tombe bien, car Google offre de nombreux services dans sa Galaxie : Gmail, YouTube, Blogger, Maps, Picasa, Shopping, Music…

Google est donc en train de rattraper son retard avec un plan de domination parfaitement bien orchestré qui évite la confrontation frontale avec Facebook ou Twitter et propose une offre plus « bas niveau » (typiquement un truc d’ingénieur).

Paradoxalement, cette approche pourrait également gêner Google dans ses plans de domination, car la culture d’ingénierie semble trop forte au sein des équipes pour pouvoir réellement comprendre les subtilités des sciences sociales. C’est en tout cas la raison invoquée par Paul Adams, l’auteur du remarquable The Real Life Social Network, qui avait été embauché l’année dernière par Google pour travailler sur ce projet et qui a depuis donné sa démission pour travailler chez… Facebook : Why I left Google. What happened to my book. What I work on at Facebook.

Ce qui est certain, c’est que la bataille pour la domination de la sphère sociale vient de prendre une tournure tout à fait différente avec l’arrivée de Google+. Cette plateforme devrait vraisemblablement connaitre de gros changements d’ici la fin de l’année. Mais nous aurons de nombreuses occasions d’en reparler. En attendant l’ouverture pour tous, voici mon profil : Frédéric Cavazza, n’hésitez pas à vous inscrire et à tester la plateforme.

33 commentaires pour “L’avenir de Google+ se dévoile”

  1. Posté par Olivier M a dit : le

    Intéressant mais as-tu les chiffres du taux de croissance ? Car tu dis que G+ croît plus vite dans le reste du monde qu’aux Etats-Unis, or c’est le contraire qui ressort du graphique sur lequel tu t’appuies.

    Le 7/7/2011 : Worldwide environ 5M dont U.S. environ 1M.
    Le 19/7/2011 : Worldwide environ 20M dont U.S. environ 5M.

    Donc le nombre d’utilisateurs U.S. est passé, à vue de nez, de 1 à 5M : x5.
    Le nombre d’utilisateurs dans le reste du monde est passé, à vue de nez, de 4 à 15M : x3,75.

    La croissance aux U.S. semble donc plus forte que dans le reste du monde, ce qui paraît tout de même plus cohérent avec ce qu’on observe par ailleurs (dont part de marché de Google dans les moteurs de recherche).

  2. Posté par jcm a dit : le

    En effet une croissance fulgurante mais qui fait redouter un avenir sombre pour le Web.

    « Internet perd sa liberté à vitesse grand V » http://www.atlantico.fr/decryptage/internet-google-facebook-liberte-securite-donnees-multinationales-nouveau-reseau-149449.html

    Google contrevient-il à la Déclaration Universelle ? http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/google-contrevient-il-a-la-98052

    Rien de véritablement réjouissant…

  3. Posté par Richard a dit : le

    Merci votre article clair et précis comme d’habitude. Pour compléter le sujet, je ne peux que vous inviter à regarder une interview vidéo de Google. Au programme : Google+ et la stratégie social media du moteur de recherche.

    http://delapubmaispasque.fr/2011/07/25/googleinterview/

  4. Posté par BritBrit Chérie a dit : le

    Je me demande si la croissance spectaculaire ne tient pas à 2 faits :
    – Les gens sont désormais des habitués des réseaux sociaux qui font aujourd’hui partis de leur façon de « consommer » internet
    – L’énorme buzz créé a suscité l’intérêt et la curiosité => Tout le monde a voulu voir de quoi il s’agissait.

    Maintenant, l’ingénierie ou pas, je crois que c’est surtout dans la manière que s’apropieront Google+ qui décidera ou non de la mise à mort de FB. Et Twtter dans tout ça ?

  5. Posté par BritBrit Chérie a dit : le

    Bon, à la fin de mon message, j’ai raté une lettre sur 2. Je m’en excuse platement.

  6. Posté par Julien a dit : le

    post sympathique.

    cependant, il faut arrêter de répandre le graphe des fameux 24jours qu’a mis Google+ a atteindre 20M d’utilisateurs et de le comparer aux autres.

    cela ne signifie absolument pas que google+ est meilleur ou quoi que ce soit d’autre.
    la donnée « éducation des users aux social networks » est omise.

    Si twitter apparaissaient maintenant, il en serait probablement de même pour lui.

    Seth Godin explique très bien cela dans son livre « viral marketing »

    La radio a mis environ 20 ans pour atteindre 20M
    Mais bon, comparer la radio à google+ serait mortellement délirant : )

  7. Posté par Olivier M a dit : le

    C’est pas plutôt Twitter qui est mis à mort ?

  8. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    @ Olivier > Ha non pas du tout, pour le moment Google+ est un épiphénomène qui va rapidement se propager en dehors de la sphère techno-blogesque, mais cette plateforme est encore loin d’annoncer la mise à mort de qui que ce soit. Bon OK, peut-être Friendfeed…

  9. Posté par Justin a dit : le

    Chose importante. Twitter et Facebook n’avaient pas une base d’utilisateur pour se lancer au départ. Ils ont construit leur platform à partir de rien. Alors que Google est déjà mondialement connu avec des millions d’utilisateurs des produits comme gmail, google docs etc. Donc cette croissance spéculaire est pas du tout surprenante.

  10. Posté par Olivier M a dit : le

    @Fred je suis d’accord avec toi mais ce que je veux dire, c’est que pour l’instant c’est quand même plus utilisé comme un Twitter avec plus de textes et des images et vidéos, que comme un Facebook avec des status inutiles (donc indispensables).

    Dans tous les cas, on est encore dans une phase geek, c’est sûr.

  11. Posté par Olivier M a dit : le

    (statuTs)

  12. Posté par Antoine Dupin a dit : le

    J’ai lu une analyse intéressante sur la croissance de Google+ où ils interprétaient justement un côté « pas naturel ». En effet, quand on voit la courbe de Facebook et Twitter, l’on voit quelque chose de cohérent, une montée en puissance, là on assiste à un fort pic dès le départ, d’où l’interrogation sur le devenir de Google+, est il un phénomène, donc un fort engouement dès le départ qui trahirait au final une curiosité éphémère pour un produit, ou va t il reprendre une croissance cohérente ?

  13. Posté par LaurentCW a dit : le

    Le manque de temps va rapidement imposer aux utilisateurs de choisir le ou les outils sociaux qui, pour eux, sont les plus « efficaces » pour communiquer avec leurs amis/relations.

    Google+ peut devenir une très bonne porte d’entrée sur les médias sociaux si Google autorise la reprise des flux externes (twitter, facebook, linkedin, viadeo, flickr, etc.) directement dans G+. Certaines applis commencent à apparaître mais Google acceptera t’il d’ouvrir G+ aux « concurrents » ?!?

  14. Posté par Chris a dit : le

    C’est étrange que personne n’utilise les fonctions de partage avancés sur Facebook.
    Il est en effet possible de créer des listes et des groupes d’amis et de publier uniquement pour ces groupes et listes. Ainsi les publications ne sont visible que pour les membres de ces groupes et listes.

    Certes, Facebook, n’a jamais communiqué sur ces possibilités, mais elles existent et ne sont pas très compliqué à mettre en œuvre, même si c’est moins « fun » que de bouger des rectangles dans ces cercles.

  15. Posté par 2goldfish a dit : le

    Article très synthétique et intéressant, bravo, je vais juste parler du passage qui m’a fait tiquer cependant, parce que c’est comme ça la vie, désolé : je ne crois absolument pas que Google a sous estimé l’intérêt des marques pour G+, ou en tout cas, ce n’est pas pour ça que tout n’est pas déjà fait pour les accueillir.

    Les annonceurs ont mis plusieurs années à venir sur Facebook, et sans doute au moins plusieurs mois pour Twitter, et ça n’est pas une mauvaise chose. Facebook a su en particulier résister longtemps aux sirènes de la monétisation, préférant se concentrer sur l’expérience utilisateur et l’expansion de leur nombre. Résultat, aujourd’hui les annonceurs leur mangent dans la main. Quoi qu’on en dise, l’arrivée de la pub sur une plateforme quelle qu’elle soit, c’est une nuisance, et ça peut être particulièrement destructeur dans une phase initiale d’expansion. C’est ce qui a détruit Myspace (pas tant la quantité de pub que son influence sur les décisions de développement).

    Aujourd’hui, de toute façon, créer une campagne G+ pour un annonceur, à part pour se vanter d’être le premier à l’avoir fait, c’est inutile, stupide et inneficace. On ne connait pas les utilisateurs de G+, et surtout on ne connait pas leurs usages, et ceux ci ne sont même pas encore vraiment fixé; Tout le monde expérimente pour savoir ce qu’il va faire de ce nouvel outil et il ne faudrait surtout pas laisser les annonceurs intervenir dans ce processus. Une fois les usages plus établis, ils seront alors exploitables, éventuellement, mais on parle là d’un objectif à long terme.

    La pire erreur que pourrait faire Google serait de céder aux pressions des annonceurs. Fort heureusement, Google reste une entreprise en position de force face à ses clients et devrait tenir le cap.

  16. Posté par coco a dit : le

    Je suis d’accord avec Laurent. Le manque de temps…………… Voilà bien ce qui guette les utilisateurs de réseaux sociaux.

    Personnellement, je travaille. Alors le reste du temps, je n’ai pas le temps de me connecter à tous ces « trucs » tout le temps.
    Quand à mon téléphone portable, j’ai arrêté TOUS les réseaux sociaux dessus car ça me rendait fou :-(

    La solution d’un Google + qui contiendrait tous les flux me semble intéressante et porteuse. Un peu comme pour l’email. Peu importe d’où vient le mail et de quel outil. L’important est que je puisse le recevoir et le lire.
    Tous ces réseaux sociaux « déconnectés » plus ou moins les uns des autres, sont clairement durs à gérer. Même pour un PowerUser.
    Alors en parlons même pas de ce que peux en faire ma grand-mère…………………

  17. Posté par JpCouturier9977 a dit : le

    Très belle analyse du buzz estival qu’est Google+… mais, pour y être depuis le début, je trouve qu’on y parle à 90% … de Google+ et de ses rapports à Facebook ou Twitter !

    Bref, j’ai peur qu’on y tourne en rond plus qu’autre chose…

    Wait and see

    Jp

  18. Posté par FunkyKris a dit : le

    Merci pour cette article qui résume très bien les choses…à suivre !

  19. Posté par Olivier M a dit : le

    @Chris : je pensais comme toi au début mais il faut bien reconnaître que les cercles sont plus faciles à gérer que les groupes Facebook. A la fois pour ajouter/supprimer les membres et pour poster.

  20. Posté par Tutoriaux webmasters a dit : le

    Longue vie à Google + !

    J’adhère à fond…

  21. Posté par time to reach 20 millions : Google+ | COLLECTIVE MEMORY a dit : le

    […] lire l’article : l’Avenir de Google. […]

  22. Posté par Maximilien a dit : le

    La progression qu’a connu Google+ m’a choqué en comparaison avec celle de Facebook et de Twitter. Du reste, pour ça Google+ a réussi son pari mais va t il réussir à créer un véritable besoin pour le grand public ? Hormis les acteurs du web, cela va t-il servir à quelque chose d’autre que de la simple veille ou la réalisation de vidéo conférence ?

  23. Posté par A ne pas manquer aujourd'hui | News-Community a dit : le

    […] L’avenir de Google+ se dévoile (Par Frédéric Cavazza, MediasSociaux.fr) […]

  24. Posté par Zerach a dit : le

    (En passant, la compilation de tous ces graphiques me laisse un peu sceptique quant au droit d’auteur :D Désolé, déformation professionnelle !)

    Le départ est très bon, mais reste voir si G+ arrivera à convertir les casuals qui se servent de FB pour montrer « les photos du petit » ou mettre leurs photos de vacances entre deux parties de FarmVille. Car convertir les geeks, ça Google l’a déjà fait : G+ offre une expérience tellement plus agréable et respectueuse de nos droits et libertés que le concurrent en bleu ! Mais je suis curieux de savoir ce que ça donnera quand le grand public viendra y faire un tour (sans parler de la curiosité qui ne manque pas de m’habiter dès qu’il est question des fonctionnalités à venir, comme l’intégration des marques, etc).

    En tout cas, ce qui est sûr, c’est que ça ne fait pas de mal à Facebook d’avoir un concurrent sérieux pour venir lui voler dans les plumes.

    PS/ Actuellement, sur G+ j’ai l’impression qu’il y a beaucoup d’inscrits, mais peu de véritable contenu. Dommage, car même en n’ayant que quelques amis qui jouent vraiment le jeu, je dois reconnaître que G+ est infiniment plus agréable…

  25. Posté par نظرة على مستقبل Google+ | مدونة الإعلام الاجتماعي a dit : le

    […] L’avenir de Google+ se dévoile […]

  26. Posté par Veille de la semaine du 25/07 | Chasseuse de tendances a dit : le

    […] L’avenir de #Google+ se dévoile http://tinyurl.com/42264zl […]

  27. Posté par nageoire a dit : le

    Papier excellent mais je doute de la fin de « Twitter » au contraire je pense que chacun des outils aura sa place pour une requête ciblée …!

  28. Posté par 26 Ressources Indispensables Pour Comprendre Et Utiliser Google Plus | Emarketinglicious.fr a dit : le

    […] L’avenir de Google+ se dévoile, Médias Sociaux […]

  29. Posté par Sélection en référencement #43 - Google | Universem a dit : le

    […] le site tout en pouvant faire passer un message marketing spécifique. A découvrir sur Abondance.L’avenir de Google+ se dévoile : Lancé il y a quelques semaines avec fracas, Google+, le réseau social de Google a atteint 20 […]

  30. Posté par Google, toujours et encore + | Digital Trends a dit : le

    […] toujours et encore + voici en exclusivité les services et nouveautés qui ont été dévoilés sur la toile ces derniers jours et qui risquent d’apparaitre très bientôt sur la plateforme […]

  31. Posté par Google Plus : Echec et Mat | My Community Manager a dit : le
  32. Posté par Google innove dans l’eTourisme ! Quelle place pour les organismes officiels du tourisme ? « etourisme.info a dit : le

    […] les subtilités des sciences sociales” et justifiant ainsi son départ pour… Facebok CQFD (Source). Comment parler de l’empreinte de Google dans le tourisme en ligne sans évoquer le système […]

  33. Posté par Google Plus : a vos marques, pret… ne partez pas ! : Dans les coulisses d'une agence Web a dit : le

    […] Après une ruée vers l’or il y a 3 mois à coups d’invitations en béta privé et d’images volées, les pionniers du web n’ont pas tardé à dessiner les contours du nouveau bébé Made In Google. […]