La géolocalisation : un usage encore timide en France

“Combien parmi dans la salle connaissent Foursquare ?” Autant aujourd’hui, lorsque j’interviens dans des conférences ou salons, j’aime poser cette question pour Facebook, Twitter (et peut être bientôt Google+), autant Foursquare passe totalement à la trappe. Il faut dire que le service peine à percer chez nous, mais le constat est généralisable. Alors qu’il a fallu quelques jours à Google+ pour atteindre les 10 millions d’utilisateurs (et maintenant déjà plus de 20 millions au 22 juillet dernier dont 500 000 en France), Foursquare peine à les dépasser. Il faut dire que l’arrivée de Facebook Places il y a quelques mois semble avoir considérablement ralenti la croissance du service.

Source : Onlineschools.org

Dès la fin d’année dernière, les premières voix n’hésitaient à prédire le “crush” de Foursquare face à Facebook Places : Facebook Places will crush Foursquare. Il semble loin le temps où Facebook avait proposé le rachat de Foursquare pour 125 millions de dollars. Foursquare semble toutefois avoir les reins solides grâce à une levée de fonds récente de 50 millions de dollars qui laisse le temps au service de se développer.

Quel usage en France de la géolocalisation ?

Je tire tous les chiffres tirés ci-après d’une étude réalisée par IFOP en novembre dernier. Globalement le constat est clair : les Français ne connaissent pas les services de géolocalisation – hors systèmes GPS embarqué sur les mobiles ou utilisés en voiture – puisque le taux de notoriété de service comme Foursquare ou même Facebook Lieux est assez faible… et ils les utilisent encore moins.

Quelques chiffres pour s’en convaincre :

  • 68% des possesseurs d’un système de géolocalisation ne l’utilisent pas pour trouver une boutique ou un point de vente.

  • 21% des personnes sondées connaissent Facebook Places, et seulement 3% pour DisMoiOu, 2% pour Foursquare et 1% pour Gowalla.

  • Les personnes utilisant un service n’utilisent quasiment pas Facebook Places (67% ne l’utilisent pas) préférant DisMoiOu (68% l’utilisent) ou bien encore Foursquare (53%).

  • 72% des personnes sondées ne font encore peu confiance à ces systèmes, ce qui représente le principal frein à leur adoption.

Le bénéfice aujourd’hui d’utiliser Foursquare semble mince à de nombreux utilisateurs qui en arrivent à se lasser du service, à l’instar de Twitter pour qui la lassitude bien souvent ne dépasse pas le stade de l’inscription et le manque d’intérêt constaté à l’utilisation du service. Autre élément saillant de l’étude est que globalement les opérations de communication s’appuyant sur des dispositifs de géolocalisation n’intéressent pas les mobinautes qui préfèrent des choses plus “utiles” : se repérer, repérer des lieux et recevoir des bons plans culturels ou événementiels.

L’autre menace qui plane au dessus de la tête de Foursquare, au delà du seul Facebook Places, sont d’autres concurrents plus verticaux et spécialisés. Par exemple, tout ce qui concerne la restauration. On ne compte plus les applications sur mobile ou les sites Internet qui comme DisMoiOu, FoodSpotting manient habilement avis d’utilisateurs en temps réel et localisation de lieux.

Cela laisse donc clairement une place à mon sens aux acteurs verticaux en place à savoir des applications type FoodSpotting pour la restauration qui sauront combiner de manière pertinente mobile, local et social. Le fameux SOLOMO (SOcial LOcal MObile) qui est le thème choisi cette année par Loïc et Géraldine LE MEUR pour l’événement du Web’12 en décembre prochain à Paris.

Foursquare n’a sûrement pas su développer son service avec des partenaires comme l’a pu faire Twitter (Twitter et son écosystème), ni couper l’herbe sous le pied aux services de géolocalisation verticaux en les rachetant (peut-être une tactique dans l’avenir ?)

Quelle porte de sortie pour Foursquare ?

Après avoir parlé sur ce blog il y a quelques jours de la stratégie de Twitter face à Google et Facebook, on se rend compte que la question est identique pour Foursquare et que ces concurrents sont également ceux là, mais aussi les outils verticaux. Le panorama des médias sociaux 2011 de Fred ne m’a jamais semblé aussi vrai quand on voit la difficulté pour de nombreux services de se faire une place au soleil face à Facebook et Google.

Dans une certaine mesure, la question se posera probablement dans quelques mois pour Instagram (Instagram en plein boom) puisque Facebook travaille actuellement sur le lancement d’un service concurrent à Instagram : Is Facebook creating an Instagram killer ?.

Pour en revenir à Foursquare, la société semble travailler dans deux sens :

  • le renforcement de l’offre pour les entreprises : Foursquare il y a quelques mois maintenant à étoffer son offre à destination des entreprises en offrant depuis janvier la possibilité à une entreprise de se créer une page et en multipliant les communications sur les cas d’opérations à mener via Foursquare.

  • l’intégration d’offres commerciales et notamment celles de partenaires. Ainsi, vous pourrez retrouver les offres de Groupon directement intégrées dans Foursquare (Foursquare to offer daily deals from Groupon, Gilt and Others). Autre initiative combinée ce coup-ci avec American Express qui permet aux possesseurs de cartes de pouvoir recevoir des offres dédiées sans avoir à télécharger de coupons.

Enfin la dernière rumeur qui circule depuis déjà quelques mois serait un intérêt prononcé de Groupon pour Foursquare : Should Groupon acquire Foursquare ? Difficile aujourd’hui d’en savoir plus sur le fondement de ces rumeurs. Quoiqu’il en soit la porte de sortie de Foursquare semble clairement être l’intégration de deals. Facebook lors du lancement de Facebook Places, l’avait bien compris en associant ce lancement aux lancement de Facebook Deals que des sociétés comme BNP Paribas ou bien encore McDonald’s ont utilisé en France (résultats des opérations non communiqués). Le principe par exemple : après 3 check-ins avec Facebook Places dans un même McDonald’s, ce dernier vous offrait un Double Cheese ou un McFlurry.

Foursquare, prochain acteur majeur sur le marché des deals ? A suivre…

20 commentaires pour “La géolocalisation : un usage encore timide en France”

  1. Posté par phil a dit : le

    Bonjour,

    Mon avis personnel :
    - je ne souhaite pas être géolocalisé par n’importe quelle appli à tout bout de champs.
    - sur un mobile, la fonction de géolocalisation (GPS sur le mien) est très consommatrice d’énergie, elle est donc activée qu’avec parcimonie.

    phil

  2. Posté par JpCouturier9977 a dit : le

    Très bon article comme toujours… mais cette fois ci je mettrais un bémol : je ne pense pas que l’acquisition de Frousquare par Groupon soit une très bonne chose… en tout cas pour Foursquare !
    Groupon traine de plus en plus une mauvaise réputation (aussi bien auprès des commercants que sur internet) et cela ne va guère aller en s’améliorant au vu de leurs campagnes web, comme je le décris sur mon blog : http://jpcouturier.fr/?p=124
    Foursquare aurait tout intérêt à faciliter la création des comptes et des opérations pour les petits commerçants qui eux peuvent y voir un vrai avantage !
    Un poil plus de précision pour la géolocalisation des checkin et Foursquare pourrait s’avérer être un outil marketing redoutable.

    Jp

  3. Posté par Aurélie Duclos a dit : le

    Pour ma part, je ne suis pas contre être géolocalisée par des applis qui ont un intérêt autre que simplement déclaratif – OK pour la géolocalisation qui me permet de trouver des restaurants à proximité, d’avoir la météo, etc. Mais signaler ma position de manière volontaire et sans autre but (Foursquare), je ne vois pas trop l’intérêt si ce n’est de permettre à mes contacts de me suivre à la trace, ce que je ne souhaite pas. Quant à permettre aux autres de le faire (cf Facebook places) : encore moins !

  4. Posté par L'essentiel 2.0 (2 août) | News-Community a dit : le

    [...] La géolocalisation, un usage encore timide en France (Par Cédric Deniaud, Médiassociaux.com) [...]

  5. Posté par Powanono a dit : le

    Très bon article sur les constatations les limites de ce système.

    Peut-être Foursquare a atteint sa masse critique. Se géolocaliser demande un engagement fort de la part de l’internaute et une totale confiance dans les données que nous transmettons à la plateforme. Quid d’une nouvelle plateforme à l’utilisation contestable? Certains internautes ont déjà peur de l’utilisation Facebook.

    Par contre, les solutions avancées semblent toujours les mêmes. Je veux dire par là que ce sont exactement les mêmes solutions avancées pour Twitter. En gros, deux volets : une offre pour les entreprises adaptées à leurs besoins et le développement du marché publicitaire (local pour le coup).
    En gros, nous ne savons pas vraiment comment rentabiliser ce genre de plateforme et leurs évolutions et leurs adaptations se fait au pifométre.

    Espérons que tout cela ne mène pas à une bonne grosse bulle spéculative explosée.

  6. Posté par Michaël Tartar a dit : le

    Le Podium de la Relation Client 2011 (BearingPoint / TNS Sofres) dédié à la relation client nomade mettait en exergue ce paradoxe (chiffres sur le marché français) : 50% des possesseurs de téléphone permettant la géolocalisation acceptent de l’utiliser, alors que un tiers des non utilisateurs rejettent la géolocalisation pour éviter une exploitation à des fins commerciales. Le cœur du problème semble être la sensibilité du consommateur à l’utilisation qui est faite de ses données personnelles (dont ses données de géolocalisation). Les entreprises qui veulent développer ce type de services doivent donc comprendre cette sensibilité, être transparent sur l’utilisation qui est faite des données et intégrer en amont les aspects juridiques. Foursquare pourrait ainsi aider ses partenaires à développer des services géolocalisés en leur faisant bénéficier de leur expérience. Nous pouvons aussi nous demander si PagesJaunes n’est finalement pas mieux positionner dans notre pays pour développer des services géolocalisés, n’est-ce pas ?

  7. Posté par Anne a dit : le

    Intéressant article

  8. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Michael Tartar Il est vrai que Urban Dive de Pages Jaunes est un service à suivre de près… De plus, la communication pub actuelle de Pages Jaunes se positionnant comme un acteur local vous simplifiant la recherche de bonnes adresses en temps réel à côté du lieu où vous vous trouvez témoigne de cette nouvelle vague de communication de l’entreprise

  9. Posté par ykw a dit : le

    Et si Foursquare avait tout intérêt a surtout remettre du “fun” dans son service ?

    Force est de constater que l’utilisateur ne retire que peu (voir aucun) d’intérêt a son action, les mayorships ou les points gagnés ne rapportant généralement rien et remettant en question l’utilité du service.
    Comme indiqué précédemment, la confiance en l’exploitation de ces données pose également problème : comment par-exemple des utilisateurs méfiants vis-a-vis de Facebook partageraient ainsi des informations encore plus “sensibles” ?

    Réinsérer la sensation de jeux et de récompenses (les badges ne suffisent pas) serait surement une porte de sortie si Foursquare ne veut pas se faire dépasser par des concurrents qui ont fait le choix eux de la spécialisation (ex : Quype).

  10. Posté par Sophie Trinquand a dit : le

    il n’y a pas que Foursquare en matière de géolocalisation. Localmind http://www.localmind.com/ me semble compléter Foursquare, particulièrement pour les citadins; mais je n’ai pas l’impression que ce soit encore très répandu en France.

  11. Posté par Veille de la semaine du 08/08 | Chasseuse de tendances a dit : le

    [...] #géolocalisation : un usage encore timide en France http://tinyurl.com/3ky7xac ForeCast et JoyLocal, ou lorsque la #géolocalisation franchit un nouveau palier [...]

  12. Posté par Md a dit : le

    Bonjour et merci pour cet article,

    Je viens de lire un article du JDN indiquant que Facebook mettrait fin au service de géoloc Facebook places. Donc tous les espoirs sont permis pour Foursquare.
    Bonne journée.http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/facebook-ferme-facebook-places-0811.shtml

  13. Posté par Jibou a dit : le

    Bonjour Cédric,

    Je viens de lire ton article et en grand fan de Foursquare, je me dois de protester. Tu écris : “Il faut dire que l’arrivée de Facebook Places il y a quelques mois semble avoir considérablement ralenti la croissance du service.”, c’est complètement faux.

    1/ Facebook Places est sorti il y à un an, mais c’est chipoter.

    2/ La croissance de Foursquare a tout simplement bondit depuis l’arrivé de Places (peut-être pas en France, mais dans le monde…). Quelques faits :

    - Facebook Places a été lancé le 18 Aout dernier : http://techcrunch.com/2010/08/18/facebook-location/

    - Le 29 juin 2010 Foursquare avait presque un an et comptait 1.8m d’utilisateurs (+150 000 / mois) : http://blog.foursquare.com/2010/06/29/751153312/
    - Le 22 novembre, 5 mois plus tard, Foursquare avait passé la barre des 4.5m d’utilisateurs, soit +2,7m (+540 000 / mois) avec l’arrivé de Places entre deux :
    http://blog.foursquare.com/2010/06/29/751153312/
    - Et comme tu le sais, le 20 juin (7 mois plus tard), Foursquare passait le cap des 10m d’utilisateur (+5,5m soit +785 000 /mois)

    Alors “l’arrivée de Facebook Places il y a quelques mois semble (ndlr: peut-être) avoir considérablement ralenti la croissance” de Foursquare… mais c’est loin d’être le cas.

    Jibou

  14. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Jibou comme le précise le titre de l’article, j’essaie de recentrer le débat sur la France et l’usage. Je suis 100% d’accord avec les chiffres et la croissance de Facebook. Je ne dis pas que Foursquare ne croit pas ou est en perte de vitesse mais aun rythme de croissance bien en deça de d’autres services leader dans leur catégorie (c’est ce qu’exprime clairement le premier schéma de l’article). Deux choses à mon sens explique une croissance forte mais qui aurait pu l’être plus : un usage encore timide sur certains marchés dont la France et une concurrence d’un acteur comme Facebook qui limite la croissance.

    Par rapport aux chiffres que tu donnes, ce sont les chiffres des syndicats qui ne communiquent, comme Twitter, que sur un nombre d’inscrits et nombre de checkins, mais à aucun moment sur un nombre d’utilisateurs actifs. Or on sait que Twitter à ce titre à un taux d’activité d’un tiers seulement. Je ne connais pas celui de Foursquare, mais je doute sincèrement qu’il soit au dessus des 50%.

  15. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Jibou

    Comme le précise le titre de l’article, j’essaie de recentrer le débat sur la France et l’usage. Je suis 100% d’accord avec les chiffres et la croissance de Foursquare que vous donnez. Je ne dis pas que Foursquare ne croît pas ou est en perte de vitesse mais a un rythme de croissance bien en deçà de d’autres services leader dans leur catégorie (c’est ce qu’exprime clairement le premier schéma de l’article).

    Deux choses à mon sens explique une croissance forte mais qui aurait pu l’être plus : un usage encore timide sur certains marchés dont la France et une concurrence d’un acteur comme Facebook qui limite la croissance.

    Par rapport aux chiffres que tu donnes, ce sont les chiffres des “syndicats” qui ne communiquent, comme Twitter, que sur un nombre d’inscrits et nombre de checkins, mais à aucun moment sur un nombre d’utilisateurs actifs. Or on sait que Twitter à ce titre à un taux d’activité d’un tiers seulement. Je ne connais pas celui de Foursquare, mais je doute sincèrement qu’il soit au dessus des 50%.

    Je suis également un utilisateur régulier de Foursquare. Pour autant, je préfère regarder le développement des services sociaux comme un rêveur éveillé et voir ce qui se cache derrière certains chiffres pour voir si un usage se développe fortement ou si les chiffres donnent une illusion de fort développement.

  16. Posté par Jibou a dit : le

    Re bonjour,

    Dans ce cas, autant pour moi, je me suis fourvoyer dans mon premier commentaire.

    Néanmoins, permets moi de protester un poil plus.

    Dans un premier temps, tu me dis vouloir recentrer le débat sur la France. C’est bien joli, mais comme tu l’as souligné, nous manquons de chiffres. Plus précisément, nous manquons cruellement de chiffres français. Je conviendrais que Foursquare ne semble pas très implanté en France, mais si l’on veut comparer les autres “services leaders”, faisons le jusqu’au bout. Quels étaient les états de Facebook ou Twitter 2 ans après leur lancement ?

    Néanmoins, je ne crois pas que cela soit souhaitable. Les réseaux dont parle le premier schéma de ton article sont certes sociaux, mais n’ont pas grand chose à voir. Pour la plus part, leurs fondements sont complètement différents. Enfin, Onlineschools.org accompagne le schéma par la légende suivante : “smaller contenders like Foursquare are winning more users at a steady pace”. Le schéma illustre l’arrivé de Foursquare sur le marché et non un rythme de croissance en deçà des autres services. Faire cette comparaison à des moments différents de leur existence est un peu absurde.

    Tu l’auras compris, je ne suis pas d’accord avec ton article. Foursquare, tout comme la géolocalisation, est encore jeune. “Personne”, en France, ne connaissait Facebook en 2006 ou Twitter en 2009.

    Le nombre d’applications utilisant l’API Foursquare est en forte augmentation; je citerais Tweetdeck ou Instagram par exemple.

    Contrairement à toi, je pense que Foursquare a de très beaux jours devant lui (en France et dans le Monde). A l’instar de Facebook, je pense que Foursquare sera bientôt utilisé par de très nombreux services verticaux et spécialisées pour bénéficier de leur API de géolocalisation.

    Enfin, concernant les deals, j’avoue avoir des réserves. Je ne pense pas que cela soit une solution d’avenir, mais néanmoins, si ça devait l’être, et pour répondre à ta question, oui, Foursquare en serait évidement un acteur majeur !

    Je crois qu’il ne nous reste plus qu’à laisser le temps faire son travail pour voir laquelle de nos prophétie se réalisera ;)

    Jibou

  17. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @jibou

    On ne peut pas comparer Foursquare aujourd’hui à Twitter en 2009 ou Facebook en 2006. Sinon, on compare Google+, 24jours après son lancement au lancement de Facebook dans le même laps et on a plusieurs millions de personnes d’un côté et quelques centaines / milliers de l’autre… Pour autant dans la bataille, sur qui miserais-tu ?

    Les services qui utilisent l’API Foursquare est un indicateur effectivement du développement du service au sein d’une communauté et permet sans nul de favoriser la démocratisation de Foursquare. De là en favoriser l’adoption durable, c’est autre chose (je renvoie ici au cas précédent de Twitter).

    Comme le précise mon article, à aucun moment je dis que Foursquare est voué à l’échec ou que je ‘y crois pas. Bien au contraire ! Je suis le premier à l’utiliser fréquemment et j’ai pu parler des opérations pertinentes à y mener depuis bientôt 2 ans…

    Quand je parle de “porte de sortie”, je parle d’agilité du service à s’adapter à un marché. On voit aujourd’hui”hui que le rapprochement avec les deals / couponning est une voie stratégique intéressante sur laquelle s’engage Foursquare.

  18. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @jibou

    On ne peut pas comparer Foursquare aujourd’hui à Twitter en 2009 ou Facebook en 2006. Sinon, on compare Google+, 24jours après son lancement au lancement de Facebook dans le même laps et on a plusieurs millions de personnes d’un côté et quelques centaines / milliers de l’autre… Pour autant dans la bataille, sur qui miserais-tu ?

    Les services qui utilisent l’API Foursquare est un indicateur effectivement du développement du service au sein d’une communauté et permet sans nul de favoriser la démocratisation de Foursquare. De là par contre à en favoriser l’adoption durable, c’est autre chose (je renvoie ici au cas précédent de Twitter).

    Comme le précise mon article, à aucun moment je dis que Foursquare est voué à l’échec ou que je ‘y crois pas. Bien au contraire !

    Je suis le premier à l’utiliser fréquemment et j’ai pu parler des opérations pertinentes à y mener depuis bientôt 2 ans… Quand je parle de « porte de sortie », je parle d’agilité du service à s’adapter à un marché. On voit aujourd’hui »hui que le rapprochement avec les deals / couponning est une voie stratégique intéressante sur laquelle s’engage Foursquare.

    En résumé : il faut donc dresser que le constat que le marché de la géolocalisation de développe et que Foursquare a une place de choix à y jouer. Pour autant, les usages restent encore timides sur certains marchés (dont la France) et la concurrence grandissante d’acteurs verticaux, d’acteurs d’offres locales et de réseaux généralistes risquent de freiner le leadership “attendu par certains” de Foursquare sur ce marché.

  19. Posté par Jibou a dit : le

    Cher Cedric,

    Ton article ne parle effectivement pas “d’échec de Foursquare”, néanmoins, il ne dépeint pas un avenir radieux au service. Tu parles de Foursquare comme un “service (qui) peine à percer”, pour qui l’offre de rachat de Facebook semble loin, pour lequel ses utilisateurs “arrivent à se lasser du service”, à la notoriété “assez faible”, au bénéfice utilisateur “mince pour de nombreuses personnes”, à son incapacité de développer des partenariats et enfin à un univers concurrentiel important représenté par des services plus spécifiques.

    Il est vrai qu’à un moment dans l’article tu précise que “Foursquare semble avoir les reins solides”. Néanmoins, j’espère que tu pourras admettre qu’en lisant tout cela, on puisse penser que tu ne crois pas trop à l’avenir de Foursquare.

    Jibou

    PS : #HorsSujet concernant G+, j’avoue y avoir cru deux ou trois jours… j’ai, comme beaucoup, de gros doutes depuis :p

  20. Posté par Foursquare croit de +230% en un an. OK. Now what? « Christophe Lauer a dit : le

    [...] représentent les services de géolocalisation pour une marque ou un commerce en France ? Le blog MediasSociaux.fr a publié pendant l’été dernier un billet dans ce sens. Il comporte un sondage assez intéressant, qui remet les idées en place (sans mauvais jeu de mots [...]