Google complète son offre d’outils avec le rachat de Wildfire

Saviez-vous que nous étions en plein mercato pour les outils de social marketing ? Après la vague de rachats de ces derniers mois, Google se lance à son tour et finalise l’acquisition de Wildfire : Wildfire is Joining Google. Une très bonne opération pour Google qui met la main sur une suite complète d’outils de social marketing pour “seulement” 250M de $ (rappelons que SalesForce a déboursé 700M $ pour Buddy Media).

Une acquisition qui tombe à pic, car les offres publicitaires des grandes plateformes sociales comme Facebook ou Twitter sont de plus en plus sophistiquées, et que la tendance s’accélère, notamment avec le nouvel outil de ciblage lancé par Facebook ce matin (Facebook to introduce additional targeting for page posts, including age, gender, relationship status and education).

Rappelons pour mémoire que l’appétit de Google dans ce domaine ne date pas d’hier, car ils ont commencé bien avant les autres en rachetant des produits de niche comme MeasureMap, FeedBurner ou Postrank. Il n’empêche qu’après plusieurs tentatives, Google concrétise enfin l’acquisition d’une suite d’outils de référence pour venir compléter ses solutions (Plus de sophistication pour les offres de social analytics, Google en embuscade). Mais ne vous y trompez pas, il n’est pas tant ici question de social analytics que d’une offre complète. Le but de la manoeuvre pour Google est ainsi de gagner du temps (les équipes auraient pu développer des outils équivalents) et surtout d’envoyer un signal fort au marché (annonceurs et investisseurs) pour leur faire comprendre qu’ils ne se contenteront pas des restes.

L’offre de Wildfire se compose ainsi de différents modules :

  • Ads, pour définir, planifier et piloter des campagnes sur les réseaux sociaux ;
  • Analytics, pour mesurer le résultat des campagnes et optimiser les investissements ;

    L’interface de Wildfire Analytics
  • Messages, pour gérer les publications sur différentes plateformes et différents comptes ;

    L’interface de Wildfire Messages
  • Monitor, pour écouter ce qui se dit sur une marque ou un produit ;
  • Pages, pour personnaliser vos pages sur Facebook ;

    L’interface de Wildfire Pages
  • Promotions, pour gérer vos programmes de viralisation de coupons de réduction.

    L’interface de Wildfire Promotions

Pour vous donner une idée du service rendu par ces outils, je vous propose cette petite visite guidée :

Certains commencent déjà à spéculer les raisons réelles de ce rachat :

Si la deuxième raison me parait légèrement portée sur la paranoïa, la première raison pourrait nous laisser des doutes quant à la pérennité des outils de Wildfire. Nous pourrions ainsi craindre que Facebook coupe l’accès à ses APIs pour éviter de se faire espionner par Google. Un scénario peu probable dans la mesure où Wildifre n’est qu’un outil intermédiaire (Wildfire Only Sells Ads Through Its Partner Adaptly, So Will Google Buy Them Too?).

Bref, avec cette acquisition, Google dispose maintenant d’une offre qui tient largement la route pour accompagner les annonceurs dans leur appropriation des médias sociaux avec des outils industriels. Il n’est cependant pas encore possible de dire que Google a rattrapé son retard, car encore faut-il que ces outils soient intégrés sur la plateforme Google avec ses propres outils (il a fallu plus d’un an pour intégrer Feedburner), et qu’Analytics monte en gamme pour proposer des indicateurs plus qualitatifs que quantitatifs, sur le même modèle que le Campaign Performance Monitor proposé par Dachis Group.

Les indicateurs qualitatifs de Dachis Group

Difficile pour le moment de prédire quel sera le prochain service de social analytics ou de community management system à se faire racheter. Par contre, je suis persuadé que Microsoft ne peut pas rester sans réagir. La logique veut donc que la firme de Redmond se réserve la prochaine acquisition. Et pourquoi pas une société française comme Alerti, Boosket, Tigerlily ou Sociabliz

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont fermés.