L’avènement des applications sociales mobiles

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous devez très certainement être familié avec le concept de SoLoMo (Social + Local + Mobile) et aux innombrables opportunités qu’il offre. Jusqu’à présent, les applications de social location comme Foursquare étaient les seules à tirer parti des trois leviers, mais les usages autour de cette plateforme se sont tassés (euphémisme). Mais comme c’est toujours le cas, un créneau ne reste jamais libre très longtemps, et une nouvelle génération d’applications sociales mobiles a émergé en très peu de temps. Nous assistons donc aujourd’hui à une authentique bataille de chiffres autour de la soit-disants plateforme dominante. Une bataille d’autant plus intéressante, que les applications asiatiques sont en train de distancer les applications occidentales.

À l’origine de cette tendance, il y a les ancêtres (Yahoo! Messenger, MSN Messenger, ICQ…) qui ont popularisé les usages de messagerie instantanée. Puis nous avons vu arriver une série d’applications mobiles de group chat comme GroupMe ou Beluga (racheté par Facebook), qui ont évolué en des applications de partage comme WhatsAppKik ou SnapChat (qui permet de partager des vidéos ou photos éphémères). Ces applications rencontrant un grand succès auprès des jeunes, les grands acteurs se sont empressés de relancer ou repackager les leurs : Skype pour Microsoft, Hangouts pour Google et BB Messenger pour RIM. Même Orange s’est lancé timidement sur ce créneau avec Libon. Pourquoi un tel engouement pour les applications de messagerie instantanée sur mobile, alors que nos smartphones sont de plus en plus puissants et offrent des fonctionnalités bien plus sophistiquées ? Tout simplement car ces applications remportent un succès phénoménal en Asie, et que ce succès leur permet de s’attaquer maintenant aux marchés occidentaux. Peut-on parler de manoeuvre défensive ? Oui je pense.

Parmi les applications sociales mobiles les plus populaires en Asie, nous distinguons :

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que l’avènement de ces quatre applications mobiles dépassant les 100 millions d’utilisateurs est un sacré signe de l’appétence du marché. Nul doute que ces applications mobiles vont savoir capitaliser sur leur base d’utilisateurs dans leur pays d’origine. Par contre, la conquête de l’Ouest risque d’être plus compliquée, à moins de bénéficier de moyens financiers importants. C’est justement ce qui fait la force de WeChat (né Weixin) qui a été lancé par Tecent, la maison-mère de QQ (entre autres).

Outre les fonctions classiques de messagerie de groupe, VoIP et partage de photos / vidéos, WeChat propose des fonctionnalités tout à fait inédites :

  • Moments, qui permet de partager des photos et vidéos éphémères (qui s’effacent au bout de quelques secondes) ;
  • Shake et Look Around, qui permettent d’interagir avec d’autres utilisateurs à proximité ;
  • Drift Bottle, qui sert à envoyer un message à un inconnu (comme de jeter une bouteille à la mer) ;
  • Web WeChat, pour poursuivre une conversation initiée sur un smartphone sur n’importe quel ordinateur (et inversement).

Comme vous pouvez le constater, l’application est plutôt sophistiquée et favorise la mise en relation avec des inconnus (10 Awesome Features from WeChat That You Don’t Wanna Miss). De plus, elle propose une plateforme pour les applications tierces et jeux (comme Facebook) et des pages officielles pour les marques : Starbucks Gets Even More Social in China, Lets Fans Follow in WeChat App.

L'utilisation de WeChat par Starbucks
L’utilisation de WeChat par Starbucks

Outre la richesse fonctionnelle, ce qui semble particulièrement plaire aux utilisateurs est de développer des interactions sociales éphémères, contrairement à tout ce que l’on peut faire sur Facebook ou Twitter qui laisse des traces (Les échanges éphémères pour avoir l’impression de reprendre le contrôle de ce dont on est dépossédé ?). Sur ce point-là il semble que le choix d’ouverture de Facebook joue en sa défaveur, car les utilisateurs lui préfèrent des alternatives plus “discrètes” : Study says teens are ditching Facebook for Snapchat, 4chan, Wanelo and Kik et Korea-only KakaoHome outpaces Facebook Home with 500,000 downloads in its first 9 days.

WeChat est-il donc le futur Facebook ? Heu… non pas tout à fait dans la mesure où Facebook est cinq fois plus gros et où l’on peut tout à fait utiliser les deux plateformes parallèlement (l’une ne remplaçant pas l’autre). Ceci étant dit, il serait tout à fait opportun pour les marques d’exploiter les opportunités locales et contextuelles de cette plateforme, notamment les Drift Bottles et les Moments.

Encore une fois, je ne pense pas qu’il faille parler de remplaçants de Facebook ou Twitter, mais plutôt d’une évolution dans les usages et surtout d’un phénomène de renouvellement naturel des supports : les internautes migrant d’une plateforme à une autre simplement pour l’attrait de la nouveauté (The Future Of Mobile-Social Could Spell The End For Social Networks). Assurément une tendance à suivre de près…

4 commentaires pour “L’avènement des applications sociales mobiles”

  1. Posté par Pascal Faucompré a dit : le

    Sachant qu’Android prend largement le dessus sur les smartphones, que Google met le paquet sur Google+ et notamment Hangout, en ce moment, toutes ces applications ne sont-ils pas des phénomènes de mode qui risquent de se faire éclipser ou avaler par le mastodonte du marché ?

  2. Posté par thierry geufroi a dit : le

    effectivement, je penses que GOOGLE sera toujours en position de gagner car il est capable de developper/copier/s’inspirer de services éventuellement déjà en place ou encore d’integrer/racheter ces “rising stars” ?
    Avec au bout d’une bout un service general plus grand car proposant une mirielle d’autres services interconnectés, ne faisant qu’un pour l’utilisateur.
    ce n’est pas une vision pessimiste je pense que c’est relativement objectif…
    Je crois en revanche que sur les marchés asiatiques dans lesquels les sites US sont pas trop utilisés pour x raisons, de tels services locaux ont plus d’espace de developpement non ?
    La suprématie de google ne ve pas dire que hors google la creation n’as pas de place mais que les nouvelles offres de services quelles qu’elles soient ont pour finalité d’étre rachetées par un plus gros non ?

  3. Posté par Mes prédictions pour 2014 « FredCavazza.net FredCavazza.net a dit : le

    […] pendant que WeChat, Line, Kakao ou Nimbuzz partaient à la conquête de l’Asie (L’avènement des applications sociales mobiles). Certains pourraient me demander “Pourquoi un tel succès ?” et je leur répondrais […]

  4. Posté par Les applications mobiles font de l'ombre aux grandes plateformes sociales « MediasSociaux.fr MediasSociaux.fr a dit : le

    […] y a 6 mois je vous parlais de l’avènement des applications sociales mobiles, j’étais loin de me douter à l’époque de l’ampleur qu’allait prendre ce […]