Pinterest : dernières nouveautés et chiffres

pinterest-logo

Pinterest, vous connaissez sans nul ce service social de partage de photos qui lancé en 2010 a depuis lors bien grandi pour se faire une place au soleil des médias sociaux au niveau mondial. Même si on parle beaucoup, il faut bien avoir à l’esprit en France que le site n’a pas dépassé encore le million d’inscrits (850 000 selon les derniers chiffres) et est donc loin du podium des sites sociaux les plus utilisés. Il est vrai par contre sur des secteurs ciblés (food, mode, luxe…), le site s’impose comme une référence et une source d’inspiration pour nombre d’autres sites allant de The Fancy que j’avais eu l’occasion de présenter il y a bientôt 2 ans (TumblR + Social Shopping + Wish list + PPR = The Fancy), en passant par Shopivore ou Polyvore (cf : Il y a Pinterest… mais aussi les autres) et même eBay (eBay s’inspire de Pinterest pour mieux vendre).

Quelques chiffres à avoir en tête

  • 70 millions d’utilisateurs inscrits à travers le monde, soit plus de deux fois moins qu’Instagram (alors que Pinterest a été lancé publiquement 6 mois plus tôt en 2010 que Instagram);

  • Parmi ces comptes, 500 000 sont des comptes rattachés à des entreprises;

  • Une sur-représentation des femmes parmi cette base inscrite qui représentent plus de 80% des inscrits;

  • 80% des pins sont des repins, ce qui prouvent que la plateforme est certes à utiliser, favorise le repartage du contenu, mais du coup multiplent également lors de recherches le fait de trouver et tomber sur les mêmes contenus;

  • Autre chiffre à avoir en tête, mais qui est bien moins connu, mais bien plus intéressant si vous vous intéressez au e-commerce : 48% des top retailers ayant des produits promus par eux-mêmes ou les internautes sur Pinterest redirigent vers des pages expirées. En effet, le turnover des produits ou leur indisponibilité temporaire (et parfois alors leur retrait du site) n’est pas répercuté sur des outils comme Pinterest où la recherche, via le moteur ou les hashtags, peut rapidement créer de la déception chez des internautes trop souvent redirigés vers des pages inexistantes sur des sites marchands.

Une monétisation en marche : Web Analytics, Promoted Pins et Product Pins

Même si les chiffres présentés sont ambivalents et permettent de comprendre que l’on peut difficilement parler d’un phénomène Pinterest en France, et que le site a encore de nombreux problèmes à régler. Le premier d’entre eux est clairement la monétisation mais pour Pinterest rien ne presse. Il faut avouer que leur dernière levée de fonds en date en février 2013 de 200 millions de dollars permet de voir venir… surtout que la précédente datait seulement de mai 2012 et leur avait déjà permis de récolter plus de 100 millions de dollars principalement auprès du géant Japonais du e-commerce : Rakuten (notamment propriétaire de PriceMinister).

Pinterest préfère pour le moment poser ses bases avant de lancer toute démarche de monétisation trop forte qui pourrait déporter son audience féminine vers des sites précédemment cités (The Fancy, Polyvore, …). L’une de ses bases fut en mars dernier le lancement d’un outil de Web Analytics lié à sa plateforme. Cet outil permet pour les comptes professionnels à destination des entreprises (qui avait été lancé quelques mois auparavant, en novembre 2012) d’avoir accès à un ensemble de statistiques, propres à rassurer tout bon marketeur.

Deuxième phase dans cette montée en puissance vers une monétisation du service : les Promoted Pins en test depuis le mois dernier. A l’instar de Twitter et de ses Promoted Tweets, il s’agit d’afficher aux utilisateurs en fonction de leur comportement sur la plateforme (Pins effectués) des visuels proposés. Nous pouvons ajouter à cette nouveauté, les Product Pins qui permettent pour ces images épinglées d’apporter plus d’information (prix, disponibilité, …)./p>

Devenir un réseau social dominant ?

Malgré ses nouveautés prouvant tout l’intérêt de Pinterest pour le e-commerce, Pinterest sait que pour devenir un réseau social dominant il lui faudra installer plus largement une population d’internautes qui ne voit pas l’intérêt de partager des images dénichées sur Internet. On sait que Twitter a réussi en partie cet élargissement en trouvant sa voie dans le domaine de la Social Télévision (lire La Social Télévision : nouveau champs de bataille entre Twitter et Facebook ?), dans une moindre mesure dans la Musique (lire Twitter Music : pourquoi Twitter lance-t-il son service d’écoute et de partage de musique ?). La solution trouvée par Twitter est de proposer le partage d’articles sous la forme de Rich Pins. A l’instar de service de curation d’articles comme Scoop-it ou Paper-li, il s’agit ici d’intéresser une cible de personnes partageant de plus en plus d’articles.

Pour devenir puissant, il faut également avoir une démarche locale. Pinterest a ainsi officialisé il y a quelques semaines seulement sa présence commerciale en France avec l’arrivée de Stéphanie Tramicheck, ancienne de Etsy, plateforme de Do It Yourself référente. Clairement le but est de préparer la montée en puissances des futures offres commerciales, en se plaçant comme une évangéliste auprès des annonceurs, des agences, et de la communauté des plus fervents utilisateurs (notamment certaines catégories de blogueurs).

Ancienne de Etsy ? Mais Etsy lui aussi à une volonté de s’étendre dans le domaine de la curation de contenus, forte de son succès et de la communauté active adressée. Avec ses 60 millions de visiteurs uniques mensuels, Etsy propose depuis un certain des Brand Pages mais a récemment revu leur design et fonctionnalité pour leur donner une dimension visuelle renforcée et surtout permettre facilement à n’importe quel inscrit de “republier” le visuel sur sa propre page.

La question est clairement de savoir si avec toute cette concurrence à la fois dans le domaine de la curation visuelle, que désormais celle de la curation d’articles, Pinterest pourra, malgré sa valorisation actuelle à plus de 2.5 milliards de dollars, réussir son passage à un service monétisé qui continue à avoir une croissance notable. On sait que Facebook aussi s’intéresse de plus en plus à la curation visuelle et au e-commerce et la question est clairement de savoir si Pinterest, à l’instar de Foursquare dans la géolocalisation, restera un service challenger ou passera dans la catégorie des leaders comme Twitter ou TumblR.

Les commentaires sont fermés

Les commentaires sont fermés.