Pourquoi Facebook achète WhatsApp pour 16 milliards de dollars ?

WhatsApp, jeune société américaine de 55 employés, a cédé aux milliards proposés par Mark Zuckerberg, alors que jusqu’à alors Facebook s’était heurté au refus de WhatsApp une première fois (refus que la plupart des médias ont totalement oublié) et Snapchat (Pourquoi Facebook propose de racheter Snapchat pour 3 milliards de dollars ?). Il faut savoir que certains médias très sérieux en 2012 titrait que si WhatsApp se vendait à Facebook, cela serait leur plus grosse erreur (Why selling WhatsApp to Facebook would be the biggest mistake of Jan Koum’s and Brian Acton’s lives)

Parmi les 10 plus gros rachats de l’Histoire

Si tout le monde estimait déjà à l’époque que dépenser 1 milliard pour Instagram qui ne comptait alors que 13 salariés était une somme en dehors de toute logique économique rationnelle (Ce qu’il faut comprendre du rachat de Instagram pour 1 milliard de dollars), on est bien loin du nouveau record dépensé par Facebook, pour une entreprise qui ne compte que 55 salariés. Parmi les plus gros rachats de l’histoire des nouvelles technologies :

  • Compaq racheté par HP pour 25 milliards $ en 2001 (pour une société qui faisait déjà 40 milliards de CA / an)

  • Skype par Microsoft pour 8.5 milliards de $ en 2011

  • Motorola par Google pour 12.5 milliards de $ en 2011 mais revendu finalement tout récemment à Lenovo pour moins de 3 milliards.

  • Nokia par Microsoft pour 7.2 milliards de $ en 2013

  • Nestscape par AOL pour 4.2 milliards de $ en 1998, lors de la 1ère bulle Internet

  • Geocities par Yahoo! pour 3.6 milliards de $ en 1999… pour un service finalement fermé moins de 10 après aux Etats-Unis

  • Nest par Google pour 3.2 milliards, rachat effectué il y a quelques semaines seulement

  • DoubleClick par Google pour 3.1 milliards de $

  • Youtube par Google pour 1.6 milliard de $

Quand on compare ces montants, nécessairement, on peut voir les rachats de Youtube et DoubleClick par Google comme de très très bonnes affaires (à savoir si Nest sera une aussi bonne affaire), et les investissements de Microsoft plus incertains, tout comme ceux de Yahoo!. Un risque pour Facebook est de suivre le chemin de Yahoo! en rachetant des services vu à l’époque comme très puissants et comme l’avenir du Web (Del.icio.us, FlickR, Geocities, …)… pour le résultat que l’on connait aujourd’hui.

L’audience mobile n’a pas de prix !

Si on doit retenir une raison et une seule, c’est qu’un service qui comptera probablement dans 12 / 18 mois plus de 1 milliard d’utilisateurs sur mobile dans le monde cela n’a pas de prix. Facebook a une grande force pour lui : son algorithme publicitaire qui a fait ses preuves. Son ambition demain est de déployer cet algorithme sur un ensemble de services à forte audience, tout en laissant ces services relativement indépendants. Il n’y a donc pas de volonté de Facebook de suivre le principe de Google de créer un écosystème de services digitaux fortement liés, mais bien de garder des services autonomes pour éviter de faire peur et de faire fuir une population jeune.

Si WhatsApp atteint courant d’année prochaine le chiffre de 1 milliard d’inscrits, il aura été plus rapide que Facebook pour atteindre ce cap, alors que Facebook avait déjà connu une croissance très rapide, à partir de son ouverture publique et internationale.

L’autre raison pour Facebook est de s’équiper face à ses autres concurrents, qui ne sont pas que Google, mais que sont également des leaders comme Tencent (propriétaire entre autres de WeChat) – plus d’informations dans  Tencent, ce géant de l’Internet chinois que vous ne connaissez pas encore. WeChat a un modèle aujourd’hui qui va largement au delà de l’échange de “SMS nouvelle génération” si je résume la catégorie de service dans lequel on peut classer ces différents services mobiles. En effet, WeChat propose un service e-commerce notamment via des achats in-apps (bien connu de nombre de jeux mobiles) ainsi qu’un système de paiement (WeChat gets serious about in-app purchases and e-commerce with its latest update).

Dernière raison directement lié au modèle Freemium et d’abonnement de WhatsApp : Facebook n’achète pas des utilisateurs mais des clients abonnés d’un service. Alors certes 1$ par an par abonné représente une somme marginale mais il s’agit d’une monétisation future pour Facebook qui ne sera pas tournée uniquement autour de la publicité, ce qui est une vrai nouveauté pour Facebook.

Ca représente quoi 16 milliards ?

On parle de 16 milliards mais dans les faits c’est 19 milliards que Facebook pourrait dépenser : 3 milliards de bonus pour les 55 salariés de WhatsApp sous forme d’actions, 12 milliards en échanges d’actions et 4 milliards en numéraire. Pour vous donner un ordre d’idée c’est :

  • 20 fois le prix que Rakuten vient de dépenser pour racheter la société mobile d’appels téléphoniques, Viber

  • 4 fois le prix que BlackBerry s’est vendu en 2013 à un fonds d’investissement

  • Le prix de 2 sous-marins nucléaires (et oui ca coute cher un sous marin nucléaire neuf)

  • La moitié du chiffre d’affaires de Saint Gobain

  • Un quart du montant de la dette de la France… en 1978

  • Plus de 100 plus  que l’oeuvre d’art vendue la plus chère au monde (un triptyque de Francis Bacon vendu pour 142 millions de dollars)

Des questions demeurent

  • Sur des pays asiatiques, ce n’est pas WhatsApp qui fait fureur mais d’autres services du même genre comme Line, NimBuzz ou bien WeChat. WhatsApp n’est donc pas le meilleur choix pour se faire une place sur ces marchés.

  • Idem en Afrique où des services comme 2Go ou Mxit ont une longueur d’avance.

  • Est-ce que les jeunes qui est clairement la population ciblée (audience) recherchée par Facebook pour contrer la baisse de son usage par ces derniers resteront-ils sur WhatsApp ?

  • Se “rabattre” sur WhatsApp n’est-il pas un moyen de laver l’affront de l’échec du rachat du Snapchat ?

  • Les deux fondateurs de WhatsApp sont des anti-pub farouches, étant passés précédemment chez Yahoo. Il y a un même sur le site un “manifeste” anti-pub. Comment Facebook va-t-il pouvoir concilier cela ?

  • WhatsApp est un modèle freemium avec un principe de licence payable par l’utilisateur pour un cout dérisoire de 1$ par an. Il s’agit donc d’un modèle différent pour Facebook auquel il n’est pas habitué.

  • Le marché Boursier réagit plutôt de manière négative (baisse de 6.5% de l’action de Facebook) et ce rachat va clairement plomber les résultats financiers de Facebook, ce qui ne va pas permettre aux actionnaires d’espérer une forte rentabilité sur les 12 / 24 mois.

  • La stratégie de Facebook est en partie défensive face à un futur potentiel concurrent (rappelez-vous l’échec de rachat de Twitter à l’époque où Facebook n’avait pas su/voulu aligner une somme plus importante). Sauf que demain si Facebook doit racheter tous ses concurrents potentiels, cela sera une course sans fin, tant les barrières à l’entrée apparaissent faible, même si se créer une très importante audience est une autre histoire.

8 commentaires pour “Pourquoi Facebook achète WhatsApp pour 16 milliards de dollars ?”

  1. Posté par IFDP a dit : le

    Bonjour,

    Quand on connaît la difficulté de se créer une très forte audience, mieux vaut peut-être laisser les barrières faibles pour ne pas brider les inventions les plus créatives qui permettront de générer davantage de profits une fois rachetées ;)

  2. Posté par Fred Cavazza a dit : le

    La principale raison de la réaction négative des marchés financiers est très certainement l’incompatibilité des deux modèles économique : pub ciblée vs. freemium. Certains pourraient même penser que c’est un aveu de double échec : incapacité à racheter Snapchat et fragilité d’ un modèle économique qui ne repose quasiment que sur de la PIB (même mobile).

  3. Posté par Laurent a dit : le

    Avant, un compte FB pouvait rester un avatar. En faisant un lien avec le téléphone, FB rentre un peu plus dans la vie réelle donnant ainsi plus de valeur aux données collectées.

  4. Posté par Elie a dit : le

    Bonjour ,

    Je trouve que 16 (Ou 19) Milliards ce n’est pas si choquant si on fait un ratio du nombre d’utilisateurs sur 16Milliards on arrive à 40$ / Utilisateur , c’est ce que Windows a payé par utilisateur lors du rachat d’hotmail en 2000.
    Donc bon c’est qu’une question de point de vue.

    Merci pour l’article.

  5. Posté par Talha Mansoor a dit : le

    Nice post, I totally agree with you, it really only once per week to blog writing is better to get an article published in-depth and just write every day than the informative posts.

  6. Posté par Eco-astuce N°5: déconnecter | Blog d'in-fuseon a dit : le

    […] Medias sociaux.fr: Pourquoi Facebook rachète WhatsApp? […]

  7. Posté par mikael lothode a dit : le

    Sans oublier le PR de cette achat. Pour FB et WhatsApp c’est une campagne de pub gratuite pour les deux plateformes et elle vaut des centaines de millions..
    Un utilisateur WhatsApp a une valeur assez faible de 3/4 euros.. mais ajoute une valeur marketing énorme à FB grâce au recoupement des données..
    C’est malgré tout acheté principalement avec de l’argent virtuel. Et donc la bourse finance tout car le nombre d’actions fb dans la balance est enorme.
    En vrai cache il paye que 4milliard ce qui fait que le prix utilisateur acheté est bien moindre mais qd même assez cher.. mais proche du marché vue que la boite devrait générer un milloard par ans ss 2ans si son succès se confirme

  8. Posté par Daniel a dit : le

    Bonjour,

    tout dépend après des parts rachetées dans la société.
    Il est logique par exemple que Compaq n’ait été racheté que 25Milliards alors qu’il en générait plus de 40, si jamais les parts rachetées sont faibles pour laisser tout de même un pourcentage aux dirigeants.

    Enfin, ça fait tout de même de belles sommes !