Et si Twitter diminuait la portée naturelle de vos tweets ?

On sait que Twitter regarde de très près toutes les nouveautés de Facebook et vice et versa. Le principe des hashtags que l’on retrouve aujourd’hui sur Facebook est directement hérité de Twitter, tout comme la possibilité de pouvoir simplement s’abonner à une personne (relation unilatérale) plutôt que de devoir être amis (relation bilatérale) pour recevoir des actualités de cette personne dans son flux d’actualités. A l’inverse, la nouvelle interface de votre profil sur Twitter fait étrangement penser à Facebook.

En effet, Twitter face à des taux d’utilisation réels toujours bas de son service (seulement 25% des inscrits serait des utilisateurs actifs mensuels qui publieraient). Twitter se doit donc de réagir pour développer l’usage réel de son service (Des chiffres inquiétants pour Twitter). Le renouvellement fréquent de l’interface utilisateur est une nécessité.

Sauf que pendant les travaux, la boutique reste ouverte… et suite à son entrée en Bourse en fin d’année dernière, Twitter se doit clairement d’accélérer sa stratégie de monétisation, notamment au vue des dernières semaines où son cours de Bourse à sévèrement dégringolé. Pour ce faire, Twitter travaille activement dans différentes directions.

  • Le E-commerce :  ce n’est pas une surprise mais la plupart des plateformes sociales voient dans le e-commerce des développements importants. Pinterest semble avoir trouvé une partie de l’équation, Facebook continue à la chercher après l’avortement de Facebook Collection et le travail long sur Facebook Graph Search. Twitter (et Amazon aussi) ont su frapper un grand coup avec #AmazonCart il y a quelques jours en annonçant la possibilité d’ajouter directement un produit à son panier sur Amazon en passant par Twitter et son principe des hashtags. Si vous voulez tout comprendre au mécanisme, je vous l’explique dans Des nouveautés e-commerce chez Amazon : AmazonCart, Amazon Dash, Colis Privé.
  • La Télévision : depuis déjà un certain temps, Facebook et Twitter bataillent dans le domaine de la domaine de la Social TV (La Social TV : nouveau champs de bataille entre Twitter et Facebook ? publié en février 2013). Twitter semble (semblait ?) avoir pris une bonne longueur d’avance sur ce créneau mais Facebook a su ces derniers mois multiplier les partenariats avec des chaînes et diffuseurs. Néanmoins, les rachats récents par Twitter de services tiers basés sur la Télévision et la plateforme de microblogging (SecondSync et Mesagraph rachetés en avril 2014, Bluefin Labs racheté début 2013) semblent indiquer que la Télévision est un objectif plus que prioritaire.
  • Les applications mobiles : là encore ils sont plusieurs réseaux sociaux à voir dans le téléchargement d’applications mobiles une manne potentielle importante. Sur ces marchés largement contrôlés par les systèmes d’exploitation (Apple et Google), Facebook et Twitter veulent se présenter comme des solutions alternatives vous recommandant les applications mobiles pertinentes à télécharger en fonction de vos usages mobiles (que Facebook peut tracer notamment via Facebook Home) mais également de votre activité et centres d’intérêts sur ces plateformes sociales au delà des activités de vos amis / abonnés.

L’autre piste qui pourrait être envisagée par Twitter (supposition) mais sur laquelle ce dernier semble avancer très doucement est le principe de EdgeRank que l’on connaît très bien maintenant chez Facebook. Le principe est simple et il est encore une fois de s’inspirer de ce qui marche chez les autres. Pour faire simple, le EdgeRank est un algorithme propre aujourd’hui à Facebook qui lui permet de définir la portée naturelle de vos publications que vous soyez une personne (qui donc posté depuis un profil) ou une entreprise (qui posté a priori depuis une page). Aujourd’hui, la dépendance de quantité d’entreprises est tellement forte que ces dernières se retrouvent obliger de payer pour sponsoriser leur publication si elles veulent qu’une audience suffisante et pertinente voit et interagisse sur leurs contenus. La course aux fans se retourne donc directement contre les marques, qui, plus elles ont agrégé de fans, plus ça peut leur coûter cher d’entretenir ces bases. La logique de fan devient désormais clairement caduque sur Facebook et l’enjeu demeure celui de la visibilité qu’elle soit faite auprès de fans ou de non fans malheureusement le coût publicitaire n’évoluera que peu (pour creuser le sujet : Faut-il continuer à être présent sur Facebook via une page ?).

La croissance des revenus publicitaires de Facebook s’est clairement faite grâce à ce principe de posts sponsorisés. Sauf que pour mettre cela en place (sinon Twitter, LinkedIn, … l’auraient déjà mis en place), il faut avoir une audience de marques suffisamment captives qui seraient enclin à payer pour réadresser leur population d’abonnés. Twitter n’a donc pas aujourd’hui intérêt d’avancer trop vite sur cette voie et de se mettre ses annonceurs à dos. Néanmoins, deux / trois indices indiquent clairement que Twitter pose les premiers jalons pour travailler à moyen terme dans cette voie :

  • La fonction Mute : annoncée officiellement hier, il s’agit d’une fonctionnalité classique qui vous permet de masquer un utilisateur dans votre flux. En effet, jusqu’alors, lorsque vous n’êtes plus intéressés par un utilisateur, la solution était de se désabonner de ce dernier. Sauf que cela au final n’est pas bon sur Twitter. Le but étant de montrer le dynamisme de la plateforme, plus vous avez d’abonnés, plus vous êtes enclin à utiliser Twitter fréquemment pour partager vos actualités, opinions et lectures auprès de ces derniers. Or, hors mis être une personnalité ou un expert reconnu, il est plus compliqué d’avoir des abonnés sur Twitter que des amis sur Facebook, puisque à la base (avant toute notion Facebookienne) vous avez déjà nombre d’amis ou de connaissances dans vos différents cercles personnels et professionnels, actuels ou passés. La fonction de se désabonner est pratique du point de vue l’utilisateur mais une façon de se tirer un peu une balle dans le pied pour Twitter. C’est également pour cette raison que, par exemple sur LinkedIn, il est assez compliqué de trouver l’endroit pour ne plus être en relation professionnelle avec quelqu’un de son réseau. La fonction Mute ambitionne donc de proposer le même bénéfice pour l’utilisateur (ne plus voir les tweets d’une personne à laquelle vous êtes abonné) sans pour autant nuire à la mise en relation. L’autre principe de la fonction Mute est également un moyen pour Twitter de mieux savoir qui parmi vos abonnements sont des personnes que vous trouverez vraiment pertinentes. Comme encore trop peu d’utilisateurs sur Twitter utilisent la fonction RT pour montrer leur accord et intérêt pour le tweet précédent d’un utilisateur, et comme il n’y pas de fonctionnalité « Like », le mute est un moyen pour Twitter de mieux comprendre votre liste d’abonnements.
La nouvelle interface de Twitter avec la mise en avant de tweets
La nouvelle interface de Twitter avec la mise en avant de tweets
  • La visibilité différenciée de vos tweets en fonction du niveau d’engagement : comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous, la taille des tweets affichés sur un profil est différencié. Plus un tweet a généré d’interactions (RT et favoris), plus il aura une taille importante visuellement. L’idée ici est à la fois de guider les nouveaux utilisateurs à comprendre l’information essentielle et surtout à mettre en avant visuellement pour une personne l’engagement qu’il a généré (et ainsi lui donner de continuer à partager sur Twitter). En effet, si vous ne parlez à personne sur Twitter (pas d’abonnés) et que vos tweets ne semblent intéresser personne (pas de RT), une lassitude peut arriver et du coup un abandon du service. Le but de Twitter est donc de lutter contre cette lassitude potentielle. Mais il s’agit encore une fois de commencer également l’internaute à l’habituer à des différenciations dans les tweets pour par exemple demain lui proposer deux flux par défaut, l’un avec les top tweets de ses abonnements et un autre sur l’intégralité. Ca ne vous rappelle rien ? C’était le principe qui était en vogue chez Facebook avant que le EdgeRank ne soit mis en place. Vous aviez deux flux d’actualités différenciés sur votre flux d’actualité. Twitter selon toute  vraisemblance devrait récupérer ce principe et ainsi faire un pas de plus pour habituer l’internaute à voir en priorité les tweets qui générent le plus d’engagement.
  • La possibilité de mettre des tweets en avant : lié au point précédent, et encore une fois à l’instar de Facebook, vous pouvez « epinglé » un tweet pour le faire remonter en premier sur votre profil quand bien même il n’est pas le plus récent. Là encore le principe pour Twitter est de mieux connaître ce que vous aimez, et comprendre ce que vous postez, pour commencer à définir quels sont les tweets à privilégier dans leur mise en avant

Le but de Twitter est de commencer à mieux comprendre ce qui intéresse un abonné Twitter dans son flux de contenu au delà de ses abonnements et de ses Retweets. En effet, comme Twitter a moins de fonctionnalités d’engagement que Facebook (le like de Facebook n’a pas d’équivalent chez Twitter puisque sur Twitter le Retweet est plus proche du partage que du like et que la mise en favori est celui du bookmarking), il doit trouver des alternatives. Alors bientôt un EdgeRank sur Twitter ?

9 commentaires pour “Et si Twitter diminuait la portée naturelle de vos tweets ?”

  1. Posté par Cyrille Gandolfo a dit : le

    Bonjour Cédric et merci pour cet excellent article.

    Pour perdurer, il est évident que Twitter doit faire évoluer son modèle économique. Néanmoins, j’ai le sentiment que le réseau social avance à tâtons et ne sait pas trop dans quelle direction se tourner.

    Pour moi, adopter un système de EdgeRank similaire à Facebook serait du suicide. C’est justement le fait de pouvoir être vu de tous qui fait le succès de Twitter. Cela serait donc contre-productif. Attendons maintenant de voir quelles évolutions vont voir le jour. Nous serons à même de poser un regard plus précis sur l’avenir de Twitter!

    A bientôt!

  2. Posté par p_1001145 a dit : le

    attention les fautes d’orthographes quand même…

  3. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @p_1001145 C’est mon côté Samir Nasri… même si je n’ai pas son talent footballistique ;-)

  4. Posté par Jonathan Dubled a dit : le

    Bonjour,

    Ou avez vous eu l’information sur la possibilité pour Twitter de recourir à un type de edgerank ? Merci ;)

  5. Posté par Cédric DENIAUD a dit : le

    @Jonathan Avez-vous lu l’article ? Ce dernier est une analyse et des pistes évoquées au vue du contexte et des actions entreprises par Twitter.

  6. Posté par Mikael Witwer a dit : le

    Merci pour cet article très intéressant qui traite une nouvelle fois d’une actualité avec un développement plus poussé (que la plupart des blogs) et un sens critique intéressant.

    Je pense personnellement que Twitter sera dans l’obligation de faire évoluer le système de classement du fil d’actualités des utilisateurs, tout simplement dans une logique de lisibilité. Il suffit de suivre une centaine de personnes actives pour se sentir « inondé » de tweets et être obligé d’en laisser filer. Pour ma part avec plus de 900 abonnements je dois réussir à lire qu’une part infime des messages diffusés et pourtant je loupe peut-être les plus intéressants…

    Alors un système inspiré de l’Edge Rank de Facebook je dis oui, après tout se joue dans la qualité de l’algorithme qui ne doit pas être trop « agressif » dans la limitation de l’exposition naturelle des tweets.

    Il ne nous reste plus qu’à attendre pour voir sortir les prochaines nouveautés, mais cela ne devrait pas être très long vu le rythme qu’il y a en ce moment ! ;-)

  7. Posté par Twitter continue d’enrichir ses fonctionnalités | Cédric Deniaud a dit : le

    […] rumeur que Twitter ne souhaite pas confirmer pour le moment (et comme nous l’avancions dans Et si Twitter diminuait la portée de vos tweets ?), Twitter travaille à simplifier le flux d’informations pour ses […]

  8. Posté par Twitter continue d’enrichir ses fonctionnalités | Cédric DENIAUD | Stratégie et transformation digitale a dit : le

    […] rumeur que Twitter ne souhaite pas confirmer pour le moment (et comme nous l’avancions dans Et si Twitter diminuait la portée de vos tweets ?), Twitter travaille à simplifier le flux d’informations pour ses […]

  9. Posté par Facebook renforce (enfin) ses passerelles avec Instagram | Cédric DENIAUD | Stratégie et transformation digitale a dit : le

    […] Tout comme Twitter qui testerait le filtrage des tweets que vous voyez apparaître dans votre flux (Et si Twitter diminuait la portée naturelle de vos tweets ?), Facebook, sur Instagram, serait en train de réaliser les mêmes tests, même si officiellement […]