Tout reste à faire en social commerce

Le social commerce est une espèce de serpent de mer : tout le monde en parle, sans réellement l’avoir vu, et chacun à sa propre définition. Il en résulte beaucoup de cacophonie et des nécessaires recadrages (Mythes et réalités du social commerce). Le problème est que les pratiques de commerce en ligne et les médias sociaux eux-mêmes évoluent énormément. Du coup, le social commerce est un sujet pour le moins instable. Je vous propose de faire le point en cette rentrée sur les tendances et les dernières actus.

Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous recommande cette étude très instructive de Kenshoo et DataPop : Search and Social Commerce Index Report. Cette publication repose sur une analyse de 40 distributeurs et d’une base de près de 3 M de produits. Il en ressort les enseignements suivants :

  • En moyenne seul 1,7% des produits sont visibles sur les médias sociaux (Facebook, Pinterest, Polyvore, TheFancy…), 7,2% des produits dans l’habillement et la décoration ;
  • 70% des publications ne sont pas optimisées pour les médias sociaux (choix du nom ou descriptions).

Je reformule pour celles et ceux qui n’auraient pas bien lu : 9 produits sur 10 ne sont pas exposés sur les médias sociaux. Cela laisse donc une énorme marge de progression pour les marques et distributeurs. De même, cette histoire d’optimisation me travaille, car il y a pourtant de nombreuses options disponibles pour valoriser les publications en utilisant les bons marqueurs et surtout analyser leur impact.

Possibilités offertes par les différentes plateformes sociales
Possibilités offertes par les différentes plateformes sociales

Ce rapport nous montre surtout qu’il y a une vie en dehors de Facebook et que les médias sociaux sont également un bon moyen d’améliorer le référencement et la visibilité globale des produits.

Une autre étude nous apprend que les Facebook Offers peuvent être un levier puissant, du moment qu’elles sont correctement exploitées : 84 Percent Claim Facebook Offers Can Influence a Purchasing Decision. Et puisque l’on parle du loup, la période estivale a été l’occasion pour Facebook de retirer sa fonction de cadeaux (Facebook Is Shutting Down Gifts To Focus On Its Buy Button And Commerce Platform) et de lancer ses boutons d’achat direct : Facebook Tests Buy Button To Let You Purchase Stuff Without Leaving Facebook.

Le bouton d'achat direct sur Facebook
Le bouton d’achat direct sur Facebook

La fonction d’achat intégrée à Facebook est donc accolée aux publications et messages sponsorisés. L’implémentation est visiblement plutôt simple (Testing a New Way for People to Discover and Buy Products on Facebook). Certes, le lancement de cette fonctionnalité est une grosse annonce, mais ne vous leurrez pas sur son réel impact : elle ne concernera que des achats d’impulsion auprès des tranches de population les plus aisées. Cette interview publiée sur InsideFacebook nous rappelle à juste titre que seuls 15% des habitants possèdent une carte bancaire (obligatoire dans le processus d’achat sur Facebook) : Facebook’s Buy button and the future of global commerce. Déjà que les membres ne font globalement pas confiance à Facebook en ce qui concerne la confidentialité de leurs données personnelles (Do you trust Facebook with your personal information?), imaginez ce que ça pourrait donner avec des transactions en ligne et le stockage de numéro de cartes bancaires !

Ceci étant dit, personne ne peut reprocher à Facebook de lancer cette fonctionnalité, car elle était attendue de longue date. Idem pour Twitter qui n’en finit plus de tester son offre marchande : “Buy Now” Buttons Start Appearing in Tweets. Is Twitter Shopping Finally Here?.

La fonction d'achat sur Twitter
La fonction d’achat sur Twitter

Outre Facebook et Twitter, les choses sont en train de bouger sur les autres plateformes sociales, notamment Instagram à travers l’offre Like2Buy de Curalate : Target, Nordstrom make Instagram shoppable. Grâce à cette offre, des distributeurs comme Nordstrom ou Target peuvent exporter une partie de leur catalogue sur Instagram. En cliquant sur le lien, les visiteurs sont amenés dans une boutique en ligne où les produits disponibles sont affichés de la même façon que sur Instagram.

Exemple de boutique en ligne liée à un compte Instagram
Exemple de boutique en ligne liée à un compte Instagram

Nous ne parlons pas ici d’une fonctionnalité d’achat intégrée, mais plutôt d’un service permettant de facilement vendre des produits en exploitant Instagram. Ceci implique nécessairement une sélection rigoureuse des produits affichés.

Comme vous pouvez le constater, les pratiques de social commerce évoluent dans le temps, en fonction du comportement et des attentes des utilisateurs. Dans tous les cas de figure, l’important est de retenir n’est pas que les clients achètent sur les médias sociaux, mais que leur parcours client a été irrémédiablement modifié et que les médias sociaux en sont une composante essentielle (Meet Generation C, a new generation of connected customers). Cela fait plusieurs années que je vous parle de social commerce et le sujet est loin d’être clôt. Les comportements évoluent, les pratiques et outils à disposition des distributeurs s’enrichissent, et l’environnement légal s’affine (Un avis de consommateurs sur 2 publié sur internet est faux). Autant de bonnes raisons de bien penser en amont sa présence sur les médias sociaux et l’utilisation qui peut en être faite dans un cadre marchand. Ne vous précipitiez pas, car les écueils sont nombreux. Tout est question de préparation, de planification et d’anticipation.

7 commentaires pour “Tout reste à faire en social commerce”

  1. Posté par Tout reste à faire en social commerce a dit : le

    […] Lire l’article complet sur MediasSociaux.fr […]

  2. Posté par Tout reste à faire en social commerce - ... a dit : le

    […] Le social commerce est une espèce de serpent de mer : tout le monde en parle, sans réellement l’avoir vu, et chacun à sa propre définition. Il en résulte beaucoup de cacophonie et des nécessaires recadrages… Lire la suite  […]

  3. Posté par DDL Island a dit : le

    Plus le temps passe et plus l’évolution de la publicité (présente partout, mais vraiment partout) me rappel ce bon vieux film assez barge « 99 franc » qui à l’époque me faisait rêver.

    La publicité est tellement présente dans nos vies et sur la plupart des plateforme que nous utilisons qu’elle en devient étouffante.

    Mais le pari est réussi ! Grandir avec l’image du « parfait » ça donne envi ! Nous sommes éduquons les futurs générations à la consommations massives

  4. Posté par call center Madagascar a dit : le

    Une chose est sûre en effet, c’est que le social commerce est une très grande tendance actuellement. Pourtant il s’agit d’une notion qui n’est pas toujours maîtrisée par beaucoup de monde. Pour moi, le social commerce est une de ces rares connaissances qui se vendent à prix élevé.

  5. Posté par référencement google a dit : le

    Pour moi, le social commerce est ce monde immense que l’on n’arrivera certainement pas à cerner en une journée, tellement elle est très vaste. Chaque jour apporte avec lui un petit nouveau. Donc, n’étonnons-nous pas quand il est dit que tout reste encore à faire!

  6. Posté par Call Center a dit : le

    Quand les marques veulent exploiter les réseaux sociaux, la majorité se rue vers Facebook. Et oui, vous avez raison, il y a des plateformes sociales à exploiter en dehors de Facebook. Mais bien sûr, le choix du média social doit être fonction de ses objectifs. Et justement, beaucoup veulent optimiser leur visibilité sur les réseaux sociaux mais ne savent pas comment choisir le réseau le plus efficace pour leurs sites.

  7. Posté par Les 40 articles indispensables en e-commerce - été 2014 a dit : le

    […] Fred Cavazza met son grain de sel avec délice comme toujours avec un article sur le « Tout reste à faire en social commerce« . Il nous explique que 9 produits sur 10 ne sont pas exposés sur les médias sociaux […]