Le marketing conversationnel : une vidéo et une présentation pour mieux comprendre

Lorsque l’on parle de médias sociaux, on parle nécessairement de conversation, d’échange, de dialogue. Il est aujourd’hui alors primordial pour les marques de comprendre l’enjeu de ces “conversations” afin d’être en mesure de pouvoir y participer efficacement. Ceci implique, culturellement pour les entreprises, un nécessaire passage de l’ère du mass-media et “tout publicitaire”, à celle du vrai relationnel guidée par l’écoute, le dialogue et la participation.

Ce passage nécessite la compréhension des enjeux liés au marketing conversationnel, mais aussi une utilisation pertinente et cohérente des outils à disposition aujourd’hui sur Internet.

Je vous recommande donc de regarder cette vidéo de l’agence Sholz & Friends et cette présentation de Greg Verdino, qui chacune par un biais différent tente d’exprimer la même idée : le passage de l’ère de la publicité à celle de la conversation permettant d’engager de vrais relations durables avec et entre les consommateurs.

4 tendances fortes issues des médias sociaux

On peut aujourd’hui ressortir sortir 4 tendances importantes et précises qui les utilisateurs trouvent désormais de plus en plus naturelles de retrouver. Attention donc à ne pas rater la vague :

  • Réagir sur du contenu : la tendance issue des blogs et forums qui permet à tout internaute, via les commentaires de réagir par rappor t à du contenu précédemment laissé par d’autres internautes ou un auteur précis est aujourd’hui commune sur de nombreux types de site. En effet, que ce soit par exemple sur des plateformes de partage de contenu comme Youtube ou FlickR, sur des plateformes d’agrégation de contenus (comme Friendfeed) ou dans aujourd’hui dans les fonctionnalités de mini-feed de Facebook. L’idée est de permettre à tout internaute de pouvoir réagir sur tous les contenus laissés… Les systèmes de votes comme Digg ou Wikio sont à intégrer dans cette tendance. En effet, Digg avait ouvert la tendance : chaque internaute par son vote définit la pertinence et l’intérêt d’un article. La communauté fait donc naturellement le tri dans l’information pour mettre en avant l’information la plus naturelle. ce système de notation est de plus en plus courant et on le retrouve aujourd’hui sur de nombreux sites e-commerce, sur les plateformes de suggestion en ligne où le vote permet de mettre en avant les idées qui font le plus l’unanimité, sur les blogs et certains sites médias où les lecteurs sont invités à donner une note à l’article…

  • S’exprimer librement : l’expression libre est aujourd’hui courante… l’utilisateur recherche ce même type de principe aujourd’hui dans les échanges qu’il veut avoir avec la marque : pouvoir dire ce qu’il souhaite (co-création), pouvoir donner son feedback, pouvoir échanger avec d’autres clients, pouvoir poser des questions à des experts de la marque… bref entrer en dialogue avec la marque. L’internaute est près à participer et à dialoguer avec une marque encore faut-il lui donner les bons outils pour le faire. En ce sens, par exemple, la seule mise en place d’un blog comme stratégie de dialogue avec la communauté sur Internet me semble loin d’être suffisant l’internaute ne pouvant que se placer dans la réaction par rapport à un sujet précis.

  • Agréger facilement tout son contenu : Facebook, à la base simple réseau social, tend de plus en plus à se positionner comme le service permettant d’y agréger tout son contenu et activité (grâce notamment à Facebook Connect). Il en de même pour les marques. Agréger du contenu pour une marque permet de présenter une vision plus claire et plus complète de la vie d’une marque sur Internet. On comprend alors l’utilisation de services comme Netvibes Universe ou encore l’exemple de société comme Jeep qui présente dans une rubrique sur son site sa présence sur différents médias sociaux, ou de Virgin (VirginEye, visionner le buzz autour de la marque Virgin) ou Nike (Nike met en avant la chaîne communautaire des blogs).

  • Des fonctionnalités sociales partout : aujourd’hui vous connaissez Facebook, LinkedIn, Bebo mais aujourd’hui les fonctionnalités sociales sont présentes sur de nombreux sites. En effet, puisque on vous propose souvent de vous inscrire et de vous créer un compte / profil pour accéder à tel ou tel service / site, on peut très bien imaginer rendre ses profils consultables par les autres utilisateurs et que les gens puissent se regrouper entre eux. En somme des fonctionnalités propres aux réseaux sociaux que l’on tend à retrouver sur de nombreux services…

Posterous: votre blog automatique par email

J’ai découvert aujourd’hui Posterous, par l’intermédiaire d’un flux twitt de Garr Reynolds qui semble l’utiliser depuis peu…et je dois dire que je suis assez scotché.

Posterous c’est quoi ?

Je dirais que c’est un peu le chaînon manquant entre le blog, le microblog, et l’email.

Le tout dans une ergonomie ultra simple, puisque pour poster un contenu  quelqu’il soit, il suffit d’envoyer un email à l’adresse post@posterous.com

That’s all…Posterous se charge du reste, et votre blog/flux est automatiquement mis à jour.

Même pas la peine de se créer un compte pour le premier post…La page est crée automatiquement à partir de l’envoi de votre premier email.

posterous HP

- Vous envoyez un lien vers une video Youtube ? Posterous vous l’embed directement.
- Vous envoyez un présentation powerpoint ?elle est immédiatement transformé en format slideshare et embedé dans votre blog
- Vous envoyez une photo depuis votre mobile ? Elle est automatiquement mis en lignea avec votre commentaire.

Mieux encore Posterous communique avec vos autres medias sociaux, et peut publier automatiquement vos contenus envoyez par email sur votre flux twitter, votre page Facebook, votre espace Flickr et même votre blog…

posterous autopost

Enfin, il est toujours possible de manager vos contenus publiés, à postériori, via une interface d’administration de type wordpress. Ce qui par exemple permet d’envoyer à la volé une photo, une video dans un premier temps, puis d’en faire un article plus complet dans un second temps.

Le service a été lancé au mois de Juin dernier (il s’agit d’une start-up californienne), je ne sais pas si le succès est au rendez-vous, mais je trouve l’approche vraiment interessante, car elle part de l’usage le plus passé dans les moeurs: celui d’envoyer un email, pour inciter les gens à entrer dans une démarche “sociale” de blog.

J’ai crée mon blog posterous pour tester l’appli et je me demande si je ne vais continuer de l’alimenter en complément de mes contributions sur ce blog, tellement l’utilisation en est simple ;-)

le blog Posterus de Bruno CLEMENT

Et vous, que pensez-vous de cette application ?

NBA + TNT + Facebook = Live conversation platform

facebook_nba_tnt.jpg

Non je ne vais par vous parler ici de ma passion pour le basket américain mais bien du troisième exemple que Facebook peut être utilisé de manière événementielle pour permettre à ses membres de réagir et d’échanger en “live” lors d’un événement précis. J’avais déjà eu l’occasion de vous parler du premier cas de l’utilisation “détournée” des statuts de Facebook pour, à la manière de Twitter, de relayer en live un événement et de pouvoir le communiquer auprès de son réseau. Le dispositif CNN.com Live Facebook avait été effectivement un formidable succès lors de la cérémonie d’investiture de Barack Obama (voir Facebook vs Twitter : qui sera la Live Conversation Platform ?).

Nouvel exemple ce week-end pour un événement moins politique : le All Star Game du championnat de basket US ou le match des étoiles entre les meilleurs joueurs du championnat NBA, qui est retransmis outre-Atlantique sur la chaîne TNT. NBA.com et TNT ont donc choisi Facebook comme partenaire pour couvrir le All Star Game en direct sur un réseau social (NBA.com partners with Facebook for All Star coverage) : TNT montre ainsi que, au même titre que CNN, sur le domaine politique, elle sait mettre un dispositif online pertinent et NBA.com prouve qu’en matière d’utilisation des outils Internet, il reste toujours l’organisation sportive qui sait le mieux utiliser toutes les possibilités qui lui sont offertes.

Il faut donc reconnaître que sur ces dernières semaines Facebook tente d’investir le terrain de Twitter sur la partie Conversation en direct, alors que Twitter avait refusé en automne dernier la proposition de rachat de Facebook. Cette nouvelle “concurrence” pour Twitter fait sans nul doute partie des raisons pour lesquelles Twitter, malgré sa nouvelle levée de fonds (35 millions de $ pour Twitter), ne restera qu’une fonctionnalité qui n’a de sens que si elle n’est intégrée dans un produit global : les 5 raisons pour lesquelles Twitter ne deviendra jamais grand public.

De plus, il y a quelques jours, l’ouverture de l’API des statuts aux développeurs (Facebook ouvre ses statuts aux développeurs)  a justement eu pour but de permettre au plus grand nombre de partenaires / entreprises / service Internet d’utiliser la force des statuts de Facebook pour leurs applications.

Quoiqu’il en soit si vous êtes fan de basket, je vous invite à vous connecter sur la page TNT NBA All Star Live Facebook ou alors à retrouver certains joueurs phares du championnat NBA sur Twitter comme Dwight Howard ou Shaquille O’Neal.

The Cell Experience by Zaoza: 5 jours enfermés en live

The Cell Experience, est une campagne de Buzz assez orginale orchestré pour Zaoza, qui mixe des éléments de télé-réalité type “Loft Story” ou “big Brother” et l’interaction des medias sociaux: flux Twitter, pages Facebook et mobile.

Une sorte de Justin TV promotionnel…

Le principe est simple:

Un homme est enfermé dans une cellule pendant 5 jours avec pour seule compagnie un téléphone portable.

Diffusé en direct 24h/24, vous devrez le faire craquer pour qu’il sorte avant la fin de l’épreuve.

Si j’ai bien compris l’objectif est de faire émerger les services de Zazoa et booster les inscriptions.

Reste à savoir si l’orginalité paiera.

Les commentaires sont fermés

Case study: The Barack Obama Social Media Marketing Strategy

J’avais déjà publié, il y a quelques temps un post qui décrivait les ingrédients de la Social Media Stratégie de Barack Obama, je vous propose de découvrir ce cas très complet publié il y quelques jours par l’agence SocialMedia8, basée à Amsterdam qui retrace de manière très complète la stratégie mise en place par l’équipe d’Obama sur les medias sociaux.
Un très bon travail de compilation et d’analyse.
A consommer sans modération.
Enjoy :-)

Case Study: The Barack Obama Strategy
Les commentaires sont fermés

Le Social Media Marketing expliqué en 3 min.

Je viens de découvrir cette video expliquant l’intérêt et les différentes techniques & moyens de diffusions d’un contenu aux travers des médias sociaux.

Cette video est l’oeuvre de  Thumb Digital pour le portail RealWire, dont je salut le réel effort de pédagogie.


The Online Media from RealWire on Vimeo.

Les commentaires au centre de votre graph social ?

Vous connaissiez les blogs, vous connaissiez les commentaires, mais connaissiez-vous les plateformes sociales de commentaires ? Pour faire simple, il s’agit de systèmes permettant de centraliser votre production de commentaires sur la blogosphère.

Les champions de cette catégorie sont des services comme CoComment, Disqus ou encore IntenseDebate (très récemment racheté par Automattic l’éditeur de WordPress). Mais la bataille pour le contrôle des commentaires va bien au-delà puisque l’on retrouve également des acteurs beaucoup plus gros comme Google (avec son Friend Connect) et Facebook (avec son Connect) qui propose des systèmes d’authentification simplifiés.

Pourquoi une telle concurrence ? Tout simplement parce que les commentaires sont un ingrédient essentiel de la discussion et parce qu’ils vous permettent de rayonner sur les médias sociaux.

Les avantages d’une centralisation des commentaires sont nombreux :

  • pour pouvoir suivre les différentes discussions dans lesquelles vous êtes engagé ;
  • pour ne pas avoir à s’identifier à chaque fois ;
  • pour maîtriser l’image et les traces que vous laissez (limitant ainsi le vol d’identité et les petits malins qui s’amusent à parler en votre nom) ;
  • pour vous donner encore plus de visibilité.

Le but de ces plateformes est de pouvoir facilement lier un nom (le commentateur) à un profil (avec ou sans blog) et à un historique (les dernières discussions). Même si l’idée est bonne, l’implémentation de ces systèmes est contraignante puisqu’il faut remplacer la fonction de commentaires et donc choisir entre l’une des solutions précitées.

Heureusement est arrivé Backtype qui propose une approche intéressante car elle repose sur une authentification “douce” (à l’aide de votre email). L’idée est que vous précisez le pseudo ou email que vous utilisez ainsi que la liste des plateformes sociales sur lesquelles vous avez vos habitudes et le service se charge de les parcourir pour rapatrier tous vos commentaires (ici les commentaires de Robert Scoble) :

La liste des commentaires de Robert Scoble
La liste des commentaires de Robert Scoble

Ce principe est malin car il permet d’agréger beaucoup plus de plateformes et de ne pas nécessité d’installation technique. Certes l’authentification est moins rigoureuse (car ne reposant que sur l’email) mais elle a déjà fait ses preuves sur d’autres systèmes comme les Gravatars. Les autres plateformes de discussions sont d’ailleurs en train de faire évoluer leur offre à l’image de CoComment qui propose maintenant une extension pour Firefox.

Voici donc un pas de plus franchi dans la re-socialisation des internautes en leur proposant un nouvel espace de centralisation (pour ceux qui rechignent à ouvrir un blog ou un profil Facebook) qui risque d’être très convoité par les pourvoyeurs de solutions d’authentification et de profils (Facebook, Google, Yahoo…) qui pourraient bien y voir un intérêt.

Après le lifestream, le placestream ?

Si vous lisez ce blog régulièrement alors vous connaissez déjà le principe de lifestream, ces flux qui agrégent l’activité d’un individu et permettent de le suivre dans son quotidien numérique.

Mélanger ce principe de lifestream avec celui des réseaux sociaux locaux et vous obtenez les placestreams : un flux d’activité de tous les individus et évènements pour un lieu donné. Prenons l’exemple d’un quartier ou d’une rue, le placestream listera les personnes qui sont passées dans le coin, ce qu’elles ont fait sur place ainsi que les différents événements (travaux, ouverture de restaurant / bar, spectacles en cours…).

Illustration avec Brightkite qui propose ce concept (ici pour la ville de New-York) :

Le placestream de la ville de New-York
Le placestream de la ville de New-York

Pour le moment l’activité est plutôt faible (car il n’y a pas des millions d’utilisateurs) mais à mesure que ces services vont prendre de l’ampleur nous pouvons tout à fait imaginer une granularité plus fine pour descendre au niveau du quartier voir d’une rue (d’un carrefour ?).

Les possibilités de monétisation de ce type de service sont évidentes :

  • Promotions en cours des commerçants du quartier ;
  • Annonces immobilières ;
  • Services de rencontres (amoureuses ou non) ;
  • Messages officiels de la municipalité…

Bref, les idées ne manquent pas et les annuaires locaux “sociaux” (DisMoiOù, Webcity, Peuplade…) ne devraient pas mettre longtemps à implémenter cette fonctionnalité.

Les réseaux sociaux pour les seniors s’organisent

Sur le segment très convoité des seniors, ceux qui ont (théoriquement) du temps et de l’argent, les médias sociaux apportent une proposition tout à fait adaptée aux particularités de la cible : rester en contact avec ces amis, s’informer sur les autres et maintenir une présence sociale pur lutter contre l’isolement (pour plus d’infos sur cette niche c’est ici : Les silver surfers : la nouvelle mine d’or du web !). C’est donc tout naturellement vers ce créneau que ce sont tournés des services comme Eons. Précurseur, ce réseau social proposait déjà des fonctions avancées comme l’alerte en cas de décès d’un de ces membres. Malheureusement ce service est en parte de vitesse et connaît des difficultés de financement.

Qu’à cela ne tienne, d’autres lui emboitent le pas avec une approche encore plus novatrice à l’exemple de Grandparents Network, un service australien qui propose une panoplie complète de modules sociaux (blogs, forums, groupes, sondages, quizz…) à destination du troisième âge :

La page d'accueil de Grandparents Networks

Un soin particulier a visiblement été donné à l’ergonomie du site pour pouvoir faciliter sa prise en main par un public à la vue et la dextérité réduite. Vous noterez également le look&feel un peu désuet (à l’opposé d’un MySpace ou d’un MTV). Le plus agé des membres aurait dépassé les 90 ans, chapeau ! (via Amesia Blog)

Autre exemple encore plus radical avec Jive, une plateforme sociale qui apporte des innovations tout à fait convaincante au niveau hardware avec un étonnant système de badges équipés de puces RFID qui renferment les informations du profil du membre :

Le dispositif de Jive

Le dispositif est composé d’un boîtier (à droite de la photo) qui sert de routeur et d’un écran qui permet d’afficher des informations et d’interagir avec la plateforme. Quand deux membres se rencontrent, ils s’échangent une sorte de carte de visite numérique qu’il faut glisser dans les fentes disponibles sous l’écran pour pouvoir envoyer un message ou partager une photo.

Ce dispositif est pour le moment à l’état de prototype (plus d’infos Wikinomics) mais il semblerait que Philips soit en train de le matérialiser : Perch, computer for the olders.

Le concept Perch de Philips
Le concept Perch de Philips

Signalons enfin un concept similaire chez i-Pocarte, une alternatives aux souris et claviers :

Le concept sans souris ni clavier d'i-Pocarte
Le concept sans souris ni clavier d'i-Pocarte

Bref, les idées sont là, maintenant il va falloir accompagner tous ces seniors dans leur apprentissage du réseautage social et pourquoi pas dans l’élaboration de leur page perso. Côté annonceur c’est la même chose, il va leur falloir composer avec les contraintes de cette cible (vue parfois déficiante, maîtrise approximative de l’outil informatique, gros freins psychologiques concernant les données personnelles ou le paiment en ligne…). À quand des senior community managers ?