Sélectionner une page
string(405) ""
Autres Sujets

Néobanque : une menace pour la banque en ligne ?

13 Août 2018

Récemment apparues en France, les néobanques (que l’on appelle également banque mobile, ou banque digitale) rencontrent un véritable succès auprès du grand public. Et pour cause : en proposant un compte bancaire innovant, gratuit et accessible à tous, ces fintechs ont tout pour plaire ! De quoi faire grincer les dents des acteurs bancaires déjà établis… Les néobanques sont-elles en passe de remplacer les banques en ligne, comme beaucoup le pensent ?

Qu’est-ce qu’une banque mobile ?

Un compte bancaire nouvelle génération

Une banque mobile est un compte bancaire entièrement gérable depuis un smartphone. Avec elle, pas d’agence physique ni de conseiller dédié : simplement une application mobile à télécharger, qui vous permet d’ouvrir ou de clôturer un compte en quelques minutes, de gérer l’ensemble des opérations et de consulter vos comptes.

Pour résumer, voici ce que propose une néobanque :

  1. Un compte courant, comme chez n’importe quelle banque classique. Vous pouvez y déposer de l’argent et l’utiliser quand vous le souhaitez. Il s’agit généralement d’un compte prépayé, sans possibilité de découvert.
  2. Une carte bancaire, associée au compte courant. Elle vous permet d’effectuer des opérations de paiement : achat en ligne, paiement sur terminal, retrait de billets.
  3. Une application mobile, qui est la véritable valeur ajoutée des néobanques. Elle vous permet de gérer le compte bancaire et la carte bleue, mais propose aussi des fonctionnalités innovantes comme la visualisation en temps réel de votre compte bancaire, la gestion des dispositifs de sécurité et des plafonds de paiement/retrait, le blocage/déblocage temporaire de la carte bancaire, la possibilité d’effectuer des virements bancaires sans IBAN, à l’aide d’un numéro de téléphone
  4. Un compte bancaire sans condition de revenus, à des prix attractifs. Un compte néobanque s’ouvre sans avoir à justifier ses revenus, une simple validation d’identité suffit. Les tarifs pratiqués sont les plus bas du marché (voire gratuits dans le cas d’une utilisation normale)

Les 4 points que nous venons d’évoquer synthétisent l’offre standard, qui est commune à toutes les néobanques. Notez toutefois que certaines se différencient en proposant des offres et services supplémentaires : des assurances voyages, des crédits à la consommation, etc.

Les acteurs disponibles en France

Apparues aux Etats-Unis en 2009, il a fallu attendre quelques années avant que les premières banques mobiles ne s’implantent dans l’hexagone. On recense aujourd’hui 3 principaux acteurs : N26, Orange Bank et Revolut.

N26 est une néobanque allemande, commercialisée en France fin 2016. Elle a séduit plus de 150 000 clients français seulement 1 an après son arrivée ! Son succès vient de son application mobile réputée pour être des plus innovantes et de ses tarifs très concurrentiels qui en font une excellente banque du quotidien.

Orange Bank est la banque digitale du célèbre opérateur français. Elle se distingue de ses concurrents car elle dispose de 140 espaces physiques (dans les boutiques Orange) et 900 vendeurs spécialisés pour accueillir et renseigner les clients. De plus, c’est la seule qui permet d’encaisser des chèques ! Malheureusement Orange Bank rencontre de sérieuses difficultés depuis son lancement (application qui ne marche pas, compte bancaire bloqué, retours clients catastrophiques…) ce qui a quelque peu ternis son image.

Revolut est une néobanque britannique, présente en France depuis 2017 où elle a conquis près de 200 000 clients. Grande rivale de N26, elle est réputée pour son offre adaptée aux voyageurs et à ses tarifs imbattables pour transférer de l’argent à l’étranger. Revolut est également la première banque mobile qui permet d’investir dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum, Litecoin, etc.).

Banque digitale : moins une menace qu’une source d’innovation

Les banques mobiles ne révolutionnent pas le secteur bancaire…

Beaucoup voient dans ces nouvelles fintechs la métamorphose logique du secteur bancaire, qui est d’abord passé de la banque classique à la banque en ligne, puis maintenant de la banque en ligne à la banque digitale. Ce constat a amené certains (dont des journalistes) à conclure la fin imminente et irrémédiable des banques en ligne.

En réalité, la banque en ligne est loin d’être enterrée ! En effet, la principale valeur ajoutée d’une banque mobile est d’offrir une commodité et une réactivité dans la gestion de ses dépenses, ce qui en fait une excellente banque du quotidien. En revanche, leur offre est encore limitée au compte courant… Même si certaines fintechs tentent d’étoffer leur offre (crédits à la consommation chez N26, assurances voyage chez Revolut et N26…) elles ne proposent pas la plupart des offres et services bancaires indispensables pour les épargnants, tels que :

  • Les livrets d’épargne (livret A, LDD, PEL…)
  • Des solutions d’épargne de projet, comme des assurance vie
  • Des solutions de crédit immobilier
  • Des services de courtage en ligne
  • La possibilité de déposer des chéquiers

A l’inverse, les banques en ligne n’ont certes pas d’application aussi innovantes, mais elles donnent accès à davantage de produits et services bancaires. C’est pourquoi nous pensons que les banques mobiles sont complémentaires avec les banques en ligne, mais elles ne les remplacent pas.

… mais incitent les banques à innover

Depuis leur arrivée en France, les banques mobiles rencontrent un véritable engouement auprès du grand public. Fin 2017, plus de 500 000 français auraient ouverts un compte chez l’une d’elles. Et le succès ne semble pas faiblir : N26 par exemple ouvre chaque semaine 5 000 nouveaux comptes et espère atteindre 1 million de clients d’ici 2020.

Face à ce succès, les banques déjà établies, qu’elles soient en ligne ou traditionnelles, sont fortement incitées à développer ou mettre à jour leur offre digitale. A titre d’exemple :

  • Des banques en ligne comme Boursorama ou BforBank permettent aujourd’hui de bloquer temporairement la carte bancaire, un service qui n’existait pas avant l’arrivée des néobanques
  • Crédit Agricole a lancé Eko, un compte bancaire nouvelle génération associé à une application mobile, et qui donne accès aux conseillers du Crédit Agricole
  • Monabanq a dévoilé, en avril dernier, un nouvel espace client plus ergonomique et 100% responsive (c’est-à-dire qui s’adapte parfaitement à la taille d’un écran de smartphone, comme s’il s’agissait d’une application)

Nous constatons que les banques en ligne développent leurs offres digitales pour rattraper leur retard face aux néobanques. Ces dernières quant à elles cherchent à étoffer leur gamme de produits et de services qui leur fait cruellement défaut. Nous pensons donc qu’a termes, banques en ligne et banque mobile tendront à se rejoindre et proposeront des offres similaires dans le futur. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant que des banques en ligne se renforcent en rachetant quelques banques digitales !