Sélectionner une page
string(388) ""
Réseaux Sociaux

Est-ce que développer une communauté Facebook est encore une bonne stratégie ?

31 Août 2018

Ajouter une dimension sociale à son site Web, c’est ce qui intéresse les marques avec Facebook dont le succès auprès du public n’est plus à démontrer. Qui n’aimerait pas avoir sa communauté de fans ? La question est de savoir si les fans sur Facebook peuvent être qualifiés de tels.

Sauter sur le train en marche

Dans un monde du tout connecté où on partage tout et où on commente tout, les marques sont dans l’obligation de prendre en considération la dimension sociale de leur communication. Dans ce sens, les chiffres de Facebook ont de quoi faire rêver n’importe quel marketeur. Au premier trimestre 2018, la plateforme revendique 2.2 milliards d’actifs mensuels dans le monde, dont 377 millions en Europe, 33 millions en France. L’utilisation de Facebook est entrée dans les habitudes des consommateurs, de nombreuses personnes ne passent pas une journée sans consulter leur profil.

Elles sont au nombre de 1.45 milliards dans le monde, dont 22 millions en France. Facebook s’impose ainsi comme la plateforme pour générer des interactions sociales avec ses prospects, c’est la raison pour laquelle les marques lancent des pages dans le but de récolter un maximum de fans.

L’exposition est réelle et rapide. Les fans répondent-ils cependant à cette définition d’une vraie communauté ?

Pour répondre à cette question, il faut définir ce que c’est exactement. Par définition, il s’agit d’un groupe de personnes qui interagissent entre elles et qui partagent entre autres des centres d’intérêts communs. La notion d’appartenance et la notion de stabilité sont importantes dans une communauté, mais force est de constater qu’elles ne se rencontrent pas tant que cela dans les communautés de fans sur Facebook avec des membres trop volatiles.

Il faut dire qu’on assiste actuellement à une véritable ruée de la part des marques sur le réseau social, engendrant une âpre concurrence. Devant les nombreuses sollicitations, les utilisateurs peuvent passer d’une page à une autre … sans le moindre scrupule.

La volatilité des utilisateurs

En d’autres termes, les fans sur Facebook n’appartiennent à aucune marque. On ne peut donc considérer un utilisateur qui « aime » une page comme faisant partie de sa communauté. Quoi qu’il en soit, il revient à chaque marque de trouver la bonne stratégie Facebook pour interagir avec cette audience, car elle ne demande qu’à être capitalisée. Il est par exemple envisageable de faire basculer progressivement ses fans de Facebook sur des supports qu’on maitrise mieux comme un espace membre de son site par exemple.

D’un autre côté, il faut savoir que l’affichage des notifications d’une marque vers ses fans n’est pas systématique. En effet, dans le but d’améliorer l’expérience de ses utilisateurs, Facebook prend en compte la proximité sociale qui est définie comme la probabilité qu’un fan interagisse avec les contenus de la page. C’est la raison pour laquelle seul un fan sur trois reçoit les publications d’une marque sur son mur.

Cela montre une nouvelle fois la grande volatilité des fans sur le réseau social et leur caractère incontrôlable.  En somme, il est faux de penser qu’avoir des milliers de « j’aime » sur sa page est un gage d’adhésion.

Abandonner Facebook serait par contre une erreur stratégique, car malgré tout, la plateforme est « the place to be » pour les marketeurs de par son caractère incontournable.