Sélectionner une page
string(404) "
MédiasSociaux.fr Le blog de MediasSociaux.fr Inbound Marketing Facebook vers l’évolution ou la chute ?
"
Réseaux Sociaux
MédiasSociaux.fr Le blog de MediasSociaux.fr Inbound Marketing Facebook vers l’évolution ou la chute ?

Facebook vers l’évolution ou la chute ?

12 Oct 2018

En matière de réseau social, Facebook a réussi à s’imposer comme le maître absolu. Comptabilisant aujourd’hui plus de 2 milliards d’utilisateurs, il est la référence. Et pourtant, très peu misaient à ses débuts au succès de la plateforme. Chaque année même, des études, des rapports, annonçaient sa fin prochaine, la chute du mastodonte. 

Et chaque année, l’équipe de Zuckerberg nous prouve le contraire, luttant contre vents et marées. A raison ou à tort, peut-on croire au potentiel financier de Facebook ? Aujourd’hui l’entreprise génère un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards de dollars.

Un modèle en perpétuelle évolution

Si on connait un tant soit peu les réseaux sociaux, on sait pertinemment que rien n’est jamais gravé. De changements mineurs à refonte complète de leur plateforme, ils se réinventent aussi souvent que possible et Facebook n’échappe pas à la règle.

A ses débuts, il ne devait servir qu’à établir des liens entre les étudiants. D’abord lancé à Harvard puis étendu à d’autres universités, le réseau social a ensuite ratissé plus large. En septembre 2006, il ouvre ses portes aux autres internautes et intègre des fonctions inédites comme le bouton « Like ».

La plateforme s’ouvre également aux widgets et aux applications, ce qui en fait un lieu de rencontre inédit pour se retrouver entre amis et membres. Misant sur les profils des membres et leurs interactions, la société a su attirer le chaland pour devenir aujourd’hui le numéro 1 des réseaux sociaux. Un véritable succès qui a su se construire au fil des années.

Autre recette de ce succès, la place qu’elle occupe désormais dans le paysage de la communication. Incontournable, la plupart des marques et entreprises, grandes comme petites, possèdent au moins une ou plusieurs pages sur la plateforme. S’il n’y a pas encore longtemps le fonctionnement était basé sur le Earned Media, beaucoup s’y sont prêtés et ont pu y trouver leur compte. En effet, pour être visible il suffisait de susciter suffisamment d’intérêt. Une technique mise à l’épreuve qui aujourd’hui pourtant n’est plus à l’ordre du jour.

Ce modèle économique basé sur la vente d’espace publicitaire pour générer du trafic sur une page ou sur une application semble être arrivé aujourd’hui à maturité. Il faut dire que le trafic actuel sur la plateforme justifie l’investissement de moyens à la hauteur. Toutefois, au vu des limites actuelles posées par l’entreprise, ce modèle s’essouffle, une raison qui a certainement poussé le réseau social à envisager une autre manière de travailler.

Une plateforme plus adaptée

Depuis le début 2018, Facebook privilégie avant tout les interactions entre utilisateur. Pourquoi ? Tout simplement comme depuis ses débuts : pousser les internautes à passer le plus de temps possible sur la plateforme.

Dès le début également, à l’apparition des profils professionnels, elle a poussé les annonceurs et éditeurs de pages à mettre l’accent sur la qualité des contenus. Sauf que jusqu’à la fin de l’année 2017, il suffisait de générer du trafic sur sa page pour rester visible. Aujourd’hui, l’audience est limitée à moins que les publications ne poussent à l’interaction, c Ce qui entraîne une conséquence des plus logiques, le modèle Earned Media s’est transformé en PaidMedia.

C’est-à-dire qu’au-delà de l’engagement, si on souhaite continuer à être visible sur Facebook il faudra payer

La réévaluation de la manière de communiquer sur Facebook tourne la réflexion vers l’objectif final de l’entreprise. Celui de devenir la destination de référence des internautes, au point qu’ils pourraient désormais se passer des autres alternatives. Cette volonté de la société avait déjà été clairement annoncée il y a quelques années. On se souvient encore du jour où la plateforme a lancé le mail @facebook.com pour concurrencer des services comme Gmail ou Outlook.

Au final le modèle économique s’est basé sur la grande échelle, la croissance importante et les marges élevées. Trois éléments essentiels qui ont assuré le succès de l’entreprise et qui lui permettent aujourd’hui de générer plus de 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires avec une croissance de 50% par an.

La chute pour bientôt ?

En 2018, beaucoup se posent encore la question de savoir si Facebook va durer dans le temps ou pas ? Peut-être un peu moins qu’il y a encore quelques années. Il faut dire qu’ils ont été nombreux ceux qui comme le réseau social promettaient monts et merveilles. AOL, Yahoo, MSN ou encore Spray sont autant d’exemples de réussite qui se sont finalement transformés en échec.

En cause, cette volonté de vouloir devenir un média à part entière, l’absence d’un moteur de recherche performant, l’absence de lutte contre le phénomène de banalisation et enfin la volonté de ne pas capitaliser sur le profil des membres. Autant d’élément qui concordent avec Facebook et qui pourrait laisser croire sa chute prochaine.

Mais pour autant, le réseau social est une suite de chiffres impressionnants. 1.59 milliards d’utilisateurs y sont actifs tous les mois. Un milliard sont connectés tous les jours. 100 millions d’heures de vidéo y sont regardées chaque jour. Présent sur autant de domaines que possible que ce soit les vidéos, les live, les informations, les blogs, la version professionnelle, les recommandations de commerce, la réalité virtuelle, l’entreprise de Menlo Park a bien compris une chose : la diversification.

C’est en occupant tous les terrains et en y plaçant ses pions qu’elle espère bien continuer à vivre et surtout prospérer !

Demande d'infos