Sélectionner une page
string(432) "
MédiasSociaux.fr Le blog de MediasSociaux.fr Inbound Marketing 2011, année transitoire pour les réseaux sociaux
"
Réseaux Sociaux
MédiasSociaux.fr Le blog de MediasSociaux.fr Inbound Marketing 2011, année transitoire pour les réseaux sociaux

La période transitoire pour les réseaux sociaux

7 Sep 2018

Les réseaux sociaux sont au cœur de la révolution Internet de ce début de XXIème siècle. C’est une période bénie où il y a encore beaucoup à découvrir, même si ces plateformes n’ont pas fini de nous surprendre.

Rien de tel qu’une rétrospective pour comprendre comment ils ont évolué au fil des années et surtout pourquoi 2011 a été une année particulièrement importante dans notre manière de les utiliser. Comme chaque année, ce sont les différentes infographies qui font autorité dans ce domaine.

La prédominance du réseau social américain

Depuis son lancement auprès du grand public, Facebook a été considéré comme le précurseur du genre. Il faut dire qu’il a toujours su se placer au sommet. Ainsi, déjà en 2011, le réseau comptabilisait plus de 310 millions de visites uniques par jour. À l’époque, évidemment il n’était pas seul et était suivi par d’autres plateformes. Orkut, Ozone, StumbleUpon lui succédèrent dans le classement. Si la plupart d’entre eux ont aujourd’hui disparu, Facebook aura continué à grandir et même à devenir incontournable.

La même année, le géant des réseaux sociaux comptait plus de membres inscrits aux États-Unis qu’en Europe dans un pays comme la France. C’est logique, puisqu’il est né aux États-Unis, mais aussi parce que le pays compte beaucoup plus d’habitants que la France. En 2011, 48,79% de la population américaine était inscrite sur Facebook. En France, ils n’étaient que 22 millions, représentant 35% de la population.

Facebook déjà en perte de vitesse

Dès 2011, l’utilisation de Facebook connaissait déjà de fortes baisses, notamment chez les jeunes des pays développés. La vague bleue a rapidement décru en nombre d’utilisateurs et même dans des pays comme l’Inde. La saturation est une raison à cela puisque déjà plus de 90 % de la population jeune était inscrite sur le réseau social.

En seulement 5 ans, le taux de pénétration a été très important, jusqu’à atteindre un phénomène d’ajustement mécanique. Une réalité qui touche tout nouveau produit des nouvelles technologies, tout comme cela s’est passé dans les blogs. Non seulement le nombre d’utilisateurs a décru, mais aussi le nombre d’heures d’utilisation pour ensuite être suivi par leur disparition prématurée. On se rappelle ainsi de plateformes du même genre comme MySpace qui était pourtant très populaire à l’époque.

Les usages ont également évolué du côté des marques. Désormais, les membres préfèrent des contenus plus adaptés à leurs besoins. Ils ne veulent pas crouler par exemple sur un nombre trop important de publications ou encore des messages pas assez pertinents. Une réalité toujours d’actualité car assurer sa présence sur les réseaux sociaux, c’est aussi s’investir un minimum dans du contenu de qualité.

En 2011, les marques hésitaient à s’investir sur les réseaux sociaux. Selon l’étude de Forrester, 40 % des professionnels de l’époque n’ont pas du tout voulu s’y investir. En cause, la taille des outils, mais aussi des éléments comme le manque de compétence, le manque d’outils de mesure fiable ou encore l’absence de garantie de succès.

Il est intéressant de faire cette rétrospective d’un autre genre, puisque cela permet de voir comment tout cela a évolué, mais aussi et surtout comment chacun de son côté s’est adapté à cette nouvelle notion de réseau social.

Et les autres plateformes ?

En 2011, le petit oiseau bleu, Twitter, était un des concurrents directs de Facebook. Les chiffres de l’époque étaient déjà assez impressionnants avec plus de 100 millions d’utilisateurs actifs, dont la moitié se connectait tous les jours.

On notait une utilisation massive depuis des terminaux mobiles ainsi que des utilisateurs actifs à 40 % qui préféraient lire, mais ne publiaient pas. Telles étaient les spécificités de Twitter à l’époque.

Aujourd’hui encore, le blogging est un phénomène qu’on pense « dépassé par la mode ». Mais pour autant, des plateformes comme TumblR ont su tirer leur épingle du jeu. A l’époque, Tumblr passait de 1 milliard de posts à 10 milliards et ce, en seulement un an. A l’heure actuelle, cette plateforme se tourne vers un public plus mature et spécialisé parfois dans un domaine précis.

Une chute annoncée qui n’arrivera pas !

À seulement quelques années du développement et de l’explosion de l’utilisation des réseaux sociaux, beaucoup en prédisaient déjà la fin.

On parlait d’une bulle au caractère éphémère qui se verra accentuée au fil des années. Et pourtant, aujourd’hui en 2018, ils sont toujours présents et occupent une place de plus en plus centrale dans la communication. Les réseaux sociaux ont en effet su s’adapter, une obligation qui montre la volubilité des ingénieurs qui ont toujours tenté de surprendre leur public.

Dès 2011, il ressortait trois grandes tendances marquant les réseaux sociaux. La multiplication des terminaux mobiles a largement contribué à leur utilisation au quotidien, accompagné par l’évolution technologique des pays émergents.

Ensuite, tendance moins positive, les nouveaux inscrits se lassent plus vite. Et enfin, les marques redoutaient encore ce nouveau moyen de communication.

Si aujourd’hui il n’en est plus de même, il reste toutefois important de parfaitement maîtriser sa communication sur ces plates-formes. En effet, Leur utilisation ne correspond pas aux supports de communication habituels.