Sélectionner une page
string(448) "
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud Autres polémiques Doit-on vraiment laisser entrer les assistants vocaux dans nos foyers ?
"
Réseaux Sociaux
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud Autres polémiques Doit-on vraiment laisser entrer les assistants vocaux dans nos foyers ?

Doit-on vraiment laisser entrer les assistants vocaux dans nos foyers ?

16 Oct 2018

De nos jours, le proverbe « les murs ont des oreilles » n’a jamais sonné aussi vrai…

Avec l’arrivée massive des assistants vocaux, on n’a jamais été aussi proche de ce que décrivait Georges Orwell dans son roman « Big Brother » en 1984.

Petite mise en situation : vous vous plaignez à votre femme de votre mal de crâne quand s’affiche soudain sur votre écran de télévision une pub pour un nouveau médicament contre les migraines…

Ce scénario relève de moins en moins de la science-fiction !

Les micros de nos assistants vocaux et autres dispositifs du genre peuvent-ils nous faire du mal ? À coup sûr.

Comment les assistants vocaux s’y prennent-ils pour nous espionner ?

En fuitant nos données personnelles et professionnelles. Rappelez-vous toujours que si c’est gratuit, c’est vous le produit !

Bien que les fabricants assurent que leurs produits « n’écoutent » que lorsque le mot magique est prononcé, de plus en plus de doutes s’installent…

Il semblerait qu’il y ait une possibilité que les assistants vocaux écoutent en permanence ce qui se dit dans votre maison…

John Simpson, directeur du projet « Consumer Watchdog » portant sur la protection de la vie privée et la technologie, a déclaré à l’époque :

 » Les dirigeants de Google et d’Amazon veulent que vous pensiez que Google Home et Amazon Écho sont là pour vous assister et vous aider.

En fait, il s’agit de vous espionner dans votre maison, vous et votre famille et de recueillir autant d’informations que possible sur vos activités.

Alors oui, vous les trouverez peut-être utiles parfois, mais pensez à ce que vous révélez sur vous-même et votre famille et à la façon dont cette information pourrait être utilisée à l’avenir.

Au lieu de vous faire payer ces appareils de surveillance, Google et Amazon devraient vous payer pour en prendre un chez vous. »

Ce qui semble donc grave, c’est que ces dispositifs qui semblent écouter même lorsqu’on ne le leur demande pas, peuvent intercepter des informations sensibles comme la lecture des numéros de votre carte bancaire…du pain bénit pour des hackers mal intentionnés.

Comment les objets du quotidien récoltent-ils nos données ?

Pour ça, ils sont bien entrainés les bougres ! Les tests montrent que même dans un environnement bruyant, ils parviennent à capter parfaitement ce que vous dites.

Nos objets connectés recueillent donc :

  • Les conversations et vont même plus loin en analysant le volume de la voix, l’intensité, les pleurs, la fréquence respiratoire, l’essoufflement quand vous faites votre sport à la maison, la toux, les éternuements et certains mots déclencheurs « haine, amour »
  • L’humeur et l’état de santé (voir leurs effets personnels) de l’utilisateur via les caméras
  • Les données utilisateurs comme les antécédents médicaux, les préférences sexuelles, les infidélités, etc.. via par exemple des hubs wifi publics grâce aux voitures google street (wi spy)

Imaginez un peu la puissance de ces informations de santé dans les mains de publicitaires mal intentionnés…

Et que peuvent-ils faire de ces précieuses informations ?

  • Cibler la publicité en fonction des données, servir vos données sur un plateau d’argent pour les annonceurs
  • Découvrir comment est votre vie à la maison, pour que les entreprises puissent mieux cibler leurs discours de ventes
  • Transmettre soigneusement ces informations aux serveurs de Mountain View, ce qui implique qu’elles sont sans doute enregistrées…
  • La collecte illégale de données n’est que le début du problème de l’utilisation des données personnelles par les entreprises.

On sait pertinemment que des sociétés comme Google donnent aux annonceurs l’accès aux utilisateurs sur la base des données personnelles qu’ils contrôlent.

Malheureusement beaucoup de ces annonceurs ciblent des individus avec l’intention explicite de les arnaquer, de leur vendre des produits et de les appauvrir.

L’industrie financière demeure le fondement des revenus publicitaires de Google et les trois catégories de recherche par mot-clé les plus coûteuses en termes de CPC (coût par clic) sont les assurances, les prêts et les hypothèques…

Comment se prémunir de tous risques ?

En janvier, au CES 2017 de Las Vegas, presque tous les objets connectés présentés, des voitures aux réfrigérateurs, étaient équipés d’un assistant virtuel.

C’est LA grosse tendance qui va sans aucun doute créer de nouveaux risques pour la vie privée et la sécurité de l’utilisateur.

Voici quelques recommandations à appliquer pour votre sécurité :

  • Ne laissez jamais entrer un tel dispositif chez vous
  • Essayez de limiter vos conversations au téléphone
  • N’utilisez pas de kits tels que les home pod d’Apple (eux aussi soumis à la controverse)
  • Utilisez un moteur de recherche qui respecte la vie privée à l’instar de Qwant
  • Éteignez le micro de vos assistants Amazon ou Google autant que possible

Vos informations de santé et celles de votre famille sont précieuses, préservez-les.

Des processus destructeurs du web marchand

Il est très clair que tout ceci s’inscrit dans un processus de changement de notre civilisation. L’internet a apporté des avancées énormes à notre mode de vie, mais il a aussi des limites, des dangers qu’il faut dénoncer.

A lire : L’Internet marchand, ami ou ennemi de l’homme ?