Sélectionner une page
string(408) "
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud E-commerce Le Web Marchand, ce sont 3 milliards d'importations par an
"
Polémiques
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud E-commerce Le Web Marchand, ce sont 3 milliards d'importations par an

Le principal danger du Web Marchand et du E-commerce, c’est la fuite des capitaux

26 Août 2018

Le principal danger du Web marchand et du E-commerce est gravissime pour la France, c’est la fuite massive de 3 milliards d’euros par an vers l’étranger.

Le processus est très simple : Nous remplaçons une activité économique gérée en France par une offre internet gérée à l’étranger et payée en Carte Bancaire sur un compte bancaire à l’étranger

L’import-export fait partie intégrante du commerce depuis des centaines d’années. Mais là, cet argent n’est comptabilisé nulle part, il n’y a aucun droit de douane, aucune taxe, aucune trace, aucune statistique des douanes, aucune ligne comptable dans les comptes de la nation, car ce sont des paiements par Carte Bancaire à l’étranger.

Le problème est l’ampleur du phénomène

Comparons les phénomènes qui se passaient avant l’arrivée du Cloud et depuis

1- Avant le Cloud

Le consommateur final achetait des Biens et Services en France à une entreprise qui avait un numéro de SIRET en France. Si elle importait une partie de sa production, une partie du Chiffre d’Affaires quittait la France sous forme d’achat de produits. Si elle était la filiale d’une entreprise étrangère, des royalties, dividendes, frais de holding ou autre quittaient la France.

Jamais la totalité du Chiffre d’Affaires ne quittait la France, c’était presque techniquement impossible dans un modèle B to C. Dans tous les cas, l’activité économique générait des emplois et des taxes en France qui permettaient à notre pays de prospérer.

Quand nous achetons à un producteur enregistré en France, l’argent reste en France, génère des emplois en France, des flux financiers et des taxes

2- Avec le Cloud

On surfe sur la toile et quand on repère un Bien ou un Service intéressant à acheter, on sort sa Carte Bancaire et on se fait livrer par colis postal, par téléchargement, sous forme de service Cloud ou en streaming. Si le vendeur est basé à l’étranger, la facture est éditée par une société étrangère. Il n’y a pas de TVA ni de droits de douane et la totalité du Chiffre d’Affaires quitte instantanément la France pour ne jamais y revenir. La facilité de transférer de l’argent à l’étranger est la principale caractéristique du Web Marchand.

Quand nous achetons sur le net à une entreprise basée à l’étranger, nous générons des emplois à l’étranger et nous envoyons la totalité du Chiffre d’Affaires à l’étranger par un simple paiement par Carte Bancaire

N’oublions pas que la trésorerie est le carburant de l’économie. Quand un particulier n’a plus de revenu, qu’il n’a plus d’épargne et qu’il ne peut plus emprunter, il devient SDF. Quand une entreprise est attaquée sur sa rentabilité et qu’elle n’a plus de trésorerie pour financer son BFR, sa croissance ou ses investissements, elle dépose le bilan. Quand la balance des paiements d’un Etat est structurellement négative, qu’il doit emprunter pour financer ses dépenses à court terme, il arrivera un jour où il sera en défaut de paiement et tous les problèmes graves commenceront. C’est se masquer la vérité que de véhiculer des idées contraires.

Le problème majeur pour la France est que nous sommes passés sans nous en rendre compte d’une ancienne économie qui créait de l’emploi en France à une nouvelle économie basée sur le Cloud, qui crée de l’emploi et de la richesse dans la Silicon Valley et en Chine, mais pas en France

Le pire est que c’est la trésorerie des ménages et des entreprises qui s’échappe. Cette évaporation de nos liquidités n’apparaît en jamais dans la comptabilité publique. Nos dirigeants politiques ne le voient pas !

Cela fait une bonne dizaine d’années que ce modèle économique prend de l’ampleur et va tuer notre économie si nous laissons les choses en l’état. Et ce n’est rien comparé à ce que va nous faire Alibaba si nous le laissons implanter des entrepôts sur le sol Français.

Lire l’article : Alibaba va détruire notre économie avant la fin de 2022

Prenons 4 exemples :

Tous les secteurs du Web sont touchés, mais prenons des exemples dans 4 thématiques différentes pour que chacun puisse analyser lui même ses propres achats sur le web.

1/ La location de films

Il y a 15 ans, on louait une k7 ou un DVD chez vidéo futur. Aujourd’hui, on s’abonne à Netflix. Dans ce nouveau modèle économique, le consommateur est totalement satisfait, ce qui explique le succès.

Video Futur était une franchise Française, qui avait un modèle économique traditionnel, c’est à dire que les magasins payaient des droits de franchise au franchiseur, payaient des loyers, employaient des salariés, payaient des redevances en France, la TVA, les charges et taxes, etc.

Aujourd’hui, quand vous vous abonnez à Netflix, il n’y a aucune activité économique en France. A part la pub, il n’y a aucun loyer, aucun salaire, aucun droit de franchise qui reste en France. Tout est géré aux Etats Unis, la facturation est hors taxe et vous payez sur un compte bancaire dans les Caraïbes, sans payer de droits de douane ou de taxes pour financer notre modèle social.

Qu’est ce que ça veut dire ? Tout simplement que 100% du prix payé par le consommateur quitte la France et part instantanément à l’étranger

Le groupe CFPK, le franchiseur de la marque Video Futur, faisait environ 80 millions d’euros de Chiffre d’Affaires il y a 15 ans. Cet argent restait en France et contribuait à faire tourner l’économie Française.

Aujourd’hui, en répondant au même besoin des consommateurs et en y apportant une valeur supplémentaire, c’est 100% des 80 millions d’euros du Chiffre d’Affaires estimé de Netflix en France qui quittent notre pays chaque année

2/ La communication

Il y a 15 ans, si vous étiez artisan, consultant ou commerçant et que vous faisiez de la publicité, vous faisiez travailler une agence de communication locale, un graphiste, un imprimeur et des étudiants qui allaient poser des flyers sur les pares brises des voitures et dans les boites aux lettres.

Aujourd’hui, vous ouvrez un compte chez Google Irlande, vous achetez des annonces aux enchères et vous êtes prélevé sur votre Carte Bancaire en hors taxes, car c’est une vente de services à l’export.

Le programme Google Adwords, ce sont 2 milliards d’euros qui quittent la France chaque année pour aller dans les caisses de Google Irlande

Argumentation chiffrée :

  • 1 000 entreprises en France dépensent plus de 100 000 euros ht / mois dans le programme Google Adwords. Ce sont les comparateurs de prix, les agences de voyage en ligne, les « gros » sites de E-commerce, les compagnies d’assurance, les jeux en ligne, le porno, les paris sportifs et tous les autres marchés très concurrentiels
    1 000 entreprises x 100 000 euros / mois x 10 mois = 1 milliard d’euros ht
  • 10 000 entreprises en France dépensent plus de 5 000 euros ht / mois dans le programme Google Adwords. Ce sont des artisans, des « petits » sites E-commerce, tous les sites qui réalisent un CA important sur la toile
    10 000 entreprises x 5 000 euros / mois x 10 mois = 500 millions d’euros ht
  • A ces entreprises, il faut ajouter toutes celles qui investissement entre 200 et 1 000 euros ht / mois. Au bout d’un an, on doit certainement arriver à 500 millions d’euros

Et la cerise sur le gâteau, vous savez tous que Google paye 1% d’impôts sur les sociétés en Irlande au lieu de 33% payés par n’importe quelle petite SARL franco française. Malheureusement, on ne parle que des impôts en Irlande dans les médias, mais c’est un problème secondaire par rapport à la fuite du Chiffre d’Affaires.

Personne ne voit que toute la trésorerie quitte la France sans laisser de valeur ajoutée dans notre pays. Une étude de 2013 estimait que le programme Google Adwords, la publicité dans les résultats de recherche, faisait 2 milliards d’euros de Chiffre d’Affaires en France chaque année. C’est probablement beaucoup plus en 2018.

Aujourd’hui, 100% des 2 milliards d’euros du programme Google Adwords quitte la France par Carte Bancaire chaque année vers Google Irlande, sans payer un seul Euro de charge sociale, de TVA ou de droit de douane.

Mais surtout, cet argent ne passe pas dans les statistiques et n’est comptabilisé nulle part dans la comptabilité nationale

3/ L’édition de logiciel, les jeux, les réseaux sociaux, les services informatiques sur le Cloud

Il y a 15 ans, une entreprise qui avait besoin d’un logiciel l’achetait et le faisait maintenir en France, un amateur de jeux vidéo achetait un DVD ou une PS dans un hypermarché en France, les réseaux sociaux et youtube n’existaient pas. Tout cela contribuait à faire tourner l’économie Française en faisant circuler l’argent à l’intérieur de la France, pas de la France vers la Silicon Valley.

Aujourd’hui, on cherche sur Google et lorsqu’on trouve son bonheur, on sort sa Carte Bancaire pour s’abonner à un service en ligne géré depuis l’étranger.

C’est très simple pour l’utilisateur, mais très souvent la facture est éditée depuis les Etats Unis, l’Irlande, le Canada, la Chine ou les Seychelles et le paiement se fait en Carte Bancaire, sans payer de droits de douane.

Et le processus est le même : Des offres commerciales qui étaient produites en France et qui faisaient tourner l’économie Française, disparaissent de France et sont remplacées les Services inventés, gérés et facturés depuis l’étranger et payés directement à l’étranger par Carte Bancaire

Exemple d’un responsable informatique qui a besoin d’un nouveau serveur

  • En l’an 2000, il achetait un serveur qu’il installait dans son entreprise
  • En 2018, il achète le même service 30 euros ht / mois chez OVH, mais il peut aussi l’acheter tout aussi simplement 30 dollars chez TeleHouse aux USA

S’il achète chez OVH, le Chiffre d’Affaires reste en France, s’il achète chez TeleHouse, la totalité du Chiffre d’Affaires part aux Etats Unis, pour un service qui est globalement identique.

Exemple d’un responsable internet qui a besoin d’un logiciel de crawl et d’analyse de site web

  • En 2018, il achète 30 à 200 euros / mois ce service Cloud chez Majestic SEO ou SemRush, des entreprises américaines ou chez Yooda, une PME toulousaine

Dans le premier cas, le Chiffre d’Affaires quitte la France, dans le second cas, le Chiffre d’Affaires reste en France et permet à Yooda de se développer

Les exemples sont très nombreux, en voici quelques uns

  • Un joueur achète des bonus par CB sur Candy Crush, l’argent part en Angleterre
  • Un joueur télécharge gratuitement un jeu, mais il faut acheter des mises à jour à l’éditeur basé à l’étranger
  • Un particulier achète 10 euros de Skype Out (des appels téléphoniques), il les paye aux Etats Unis
  • Une entreprise achète de la pub sur Facebook, elle paye directement facebook Irlande ou Facebook USA
  • Le propriétaire d’un logement rétrocède sa commission à RB and B directement aux Etats Unis
  • Un curieux clique en France sur une pub sur YouTube, le coût de la pub est facturé et payé en Irlande

Le constat est dramatique, la France importe maintenant une très importante partie de notre consommation de Services, alors que 100% était produite en France il y a 15 ans

Faisons un petit calcul tout simple

Imaginons le budget d’une famille Française pour ses achats de services en ligne achetés sur un site internet situé hors de France

  • Netflix (168 euros par an)
  • Le téléchargement de musique (20 euros par an)
  • Le téléchargement de films (50 euros / an)
  • Le paiement de jeux d’argent (50 euros par an)
  • L’abonnement à un site de rencontre qui facture depuis l’étranger (20 euros par an)
  • Etc.

Ce budget est dans mon exemple proche de 300 euros, mais retenons simplement 100 euros par an. Imaginons que 10 millions de Français dépensent 100 euros par an en achat de services sur Internet, ça fait 1 milliard d’euros qui quittent chaque année les économies des Français par simple paiement en Carte Bancaire pour partir en Californie ou dans les Bahamas.

Imaginons les dépenses d’une PME Française pour ses achats de services en ligne achetés sur internet (hors Google adwords)

  • Un logiciel de trésorerie en mode SAAS (600 euros par an)
  • Un abonnement à une banque de données (240 euros par an)
  • Le téléchargement d’une application métier (20 euros par an)
  • Etc.

Imaginons que 500 000 PME Françaises achètent pour 500 euros par an de services internet à l’étranger (hors Google Adwords). Là aussi, les sommes qui quittent la France sont énormes : C’est entre 250 millions et 1 milliard d’euros qui quittent la trésorerie des PME chaque année, ce qui affaiblit encore davantage nos entreprises.

4/ Amazon

Il y a 20 ans, Jeff Bezos a eu l’intuition que le succès du commerce en ligne était la logistique. Et donc, alors que tous ses concurrents investissaient dans d’énormes sites internet, il achetait des entrepôts pour livrer rapidement. L’histoire lui a donné raison, c’est aujourd’hui le leader incontesté du E-commerce dans le monde occidental.

Le processus est le même que mes 3 exemples précédents : On pense ce qu’on veut des dégâts de la grande distribution sur le petit commerce, des techniques d’achat hyper agressives, des politiques sociales peu sociales, mais au moins la grande distribution génère de l’activité en France, créée des emplois, paye de la TVA, des impôts, des taxes, etc.

A ce jour, Amazon exploite 7 entrepôts en France, dont un géant à Bretigny sur Orge dans lequel 1000 CDI ont été créés, c’est super pur eux.

Mais attardons nous un peu sur les processus cachés d’Amazon

Rappelons nous le processus universel de la guerre commerciale : Il faut acheter moins cher que son concurrent, avoir des coûts de distribution inférieurs à lui pour détruire sa rentabilité et asphyxier sa trésorerie afin de lui faire déposer le bilan.

Comparons Carrefour et Amazon

Ces deux enseignes achètent aux mêmes fournisseurs, aux mêmes prix. Il n’y a pas de différence concurrentielle notable sur ce critère. Par contre, Carrefour finance d’énormes centres commerciaux, des salaires, des entrepôts, une logistique … et un site E-commerce

Amazon finance un site E-commerce et une place de marché, des entrepôts géants et un service de livraison rapide au client final. Rappelez vous qu’Amazon est capable de livrer en moins de 2 heures dans toute la ville de Paris.

Chaque entrepôt d’Amazon emploie quelques centaines de salariés, utilise l’intelligence artificielle et la robotique à grande échelle et n’a pas besoin de financer de centres commerciaux, n’a pas besoin d’employer autant de salariés.

Comme le Prix de Revient d’Amazon est plus bas que celui de la Grande Distribution, Amazon est moins cher.

La grande distribution est devenue la proie et Amazon son super prédateur

Le processus s’est enclenché le jour où Amazon a inauguré son premier entrepôt en France en 2007 : Ce que vivent Carrefour et ses concurrents au quotidien, c’est attaque sur les prix de vente, effondrement de la rentabilité, affaiblissement de la trésorerie et à terme dépôt de bilan ou rachat par le plus fort, c’est à dire Amazon.

Est ce que j’ai raison ou tord ? Pour trouver un élément de réponse, demandez vous pourquoi ToysRus a été liquidé aux Etats Unis à l’automne 2017.

En conclusion, Amazon va faire à la distribution Française ce que la grande distribution a fait au petit commerce : La mise à mort sans aucun état d’âme

Et comment réagit la distribution Française ? C’est une grande question

Connaissez vous le concept de proie naïve ? C’est le comportement de proies qui n’ont plus de prédateurs sur leur territoire depuis de nombreuses générations. Leur comportement n’est plus du tout orienté vers la survie et vers la peur de mourir.

Ce sont par exemple des grands cervidés dans un parc national qui vivent sans la peur du loup pendant 50 ans. Le jour où on réintroduit une horde de loups, les premières attaques réussissent toutes à 100%, car les proies n’ont pas peur du prédateur et elles ne fuient pas !

Puis elles réapprennent à avoir peur et à fuir devant lui. En quelques semaines, l’instinct de survie redevient le plus fort et les loups ne tuent que les malades et les vieux, comme partout dans le monde animal.

Et bien, c’est la même chose pour la Grande Distribution. Aucune enseigne dans le monde, Française ou pas, n’a pensé qu’un gamin de 25 ans dans son garage aux Etats Unis allait les tuer

Tous, depuis les dirigeants jusqu’aux employés les plus modestes, se sont crus invincibles et donc n’ont pas voulu s’adapter à l’environnement qui changeait. Tous se sont comportés comme des proies naïves. Tous ont oublié Darwin.

Rappelez vous les dirigeants de Kodak qui n’ont pas pu, pas su ou pas voulu faire bouger les résistances internes pour passer du chimique au numérique. Ca a coûté très cher à l’entreprise, elle a été liquidée.

20 ans plus tard, les dirigeants de la Grande Distribution Française font la même erreur. Ils sont restés sur leurs avantages acquis, sur leurs positions dominantes, ont refusé de remettre en question leur modèle économique, ont voulu préserver leurs carrières plutôt que l’intérêt de leur entreprise. Ils ont refusé en bloc la réalité du marché et vont tous disparaître, ou presque, pour n’avoir pas pu ou voulu suivre la réalité de la loi de l’évolution naturelle.

Mais je pense aussi que même s’il avaient tenté une grande réforme vers le E-commerce à la manière d’Amazon, les résistances internes bien Françaises auraient été très fortes et très pénalisantes pour leur mise en place.

Conclusion

Le Web est la révolution technologique qui modifie en profondeur le monde depuis 20 ans. Les processus économiques, les flux financiers, les modes d’achat, le rapport au travail et au droit du travail, tout est différent. La France et l’Europe n’ont pas compris certaines des règles du web marchand, du E-commerce, du Cloud. Les Etats Unis ont les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), la Chine a a les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi), l’Europe n’a rien, même pas une seule des 4 offres.

Il est trop tard pour refuser ce nouveau monde, au risque de se renfermer sur soi même et d’être totalement marginalisé.

La première des choses à faire est de bien faire attention avant d’acheter. N’achetez que si le fournisseur facture en France, n’achetez jamais si c’est facturé depuis l’étranger.

N’achetez jamais sur Amazon ou sur Alibaba, arrêtez votre abonnement Netflix, stoppez les achats de bonus Candy Crush, ne participez pas aux campagnes google Adwords, mais surtout, encouragez nos dirigeants à promouvoir des concurrents aux GAFA ou aux BATX. Notre seul salut sur le long terme est que la France et l’Europe puissent proposer ces services innovants

Est-il trop tard ? Probablement pas si nous avons assez d’argent pour repartir dans la course. Mais la France ne s’en remettra pas si nous ne trouvons pas une solution pour stopper les 3 milliards d’euros qui quittent la France chaque année à cause du Web marchand et des 500 milliards d’euros que vont nous coûter l’arrivée d’Alibaba en France.

A lire aussi : Comment Alibaba va détruire l’économie Française avant 2022

Demande d'infos

Auteur de l'article : Jean François Boscher

Directeur Général MediasSociaux.fr

Jean-François Boscher
Jean François Boscher est expert en référencement naturel