Sélectionner une page
string(407) "
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud E-commerce Du miracle au mirage économique Français
"
Polémiques
MédiasSociaux.fr Dangers du Cloud E-commerce Du miracle au mirage économique Français

Du miracle au mirage économique Français

18 Jan 2020

On met souvent le partage des richesses comme point d’entrée du raisonnement économique. Le débat dérive alors systématiquement vers le bien (c’est moi) et le mal (c’est l’autre) … Moi et l’Autre au sens Freudien du terme.

L’écoute entre les parties est alors totalement impossible parce que l’un est le Bien et l’Autre le Mal absolu, le second étant prêt à détruire le premier par égoïsme et besoin d’accumuler des richesses.

Evidemment que l’égoïsme sans aucune culpabilité est une réalité pour certains, mais est-ce la cause unique de la crise économique ? Est-ce que le monde économique est structuré autour d’une notion de bien et de mal ? Est-ce que l’investisseur égoïste est le seul prédateur au centre de tous les maux de la planète ?

La réponse est non.

En ce qui me concerne, je mets au centre de mes actions quotidiennes les processus commerciaux qui créent les richesses. Je raisonne « sciences économiques et mathématiques » et je réfléchis toujours en relatif, jamais en absolu. En économie, la vérité est toujours un ensemble de petites ou grandes choses, la cause n’est jamais unique.

Ca fait 30 ans que j’observe le fonctionnement du commerce en analysant des ratios de gestion et des courbes de vente, que j’estime les risques de non paiement de mes clients en analysant les signaux faibles qu’ils ne veulent pas me montrer, que je développe des capacités d’empathie pour comprendre les Besoins de mes clients afin d’essayer de leur vendre quelque chose.

Ca fait 10-15 ans que je vois de nombreux signaux faibles devenir très négatifs, très puissants et généralisés à toutes les entreprises, petites et grandes.

Ma conclusion est dramatique : Le dépôt de bilan de l’Europe ne fait plus aucun doute, il va se produire dans les 2 à 10 ans qui viennent, on ne parlera plus de partage des richesses, mais de survie. Les classes moyennes actuelles vont disparaitre, car leur existence même est basée sur un mirage économique que tout le monde refuse de voir.

Et s’ajouteront aussi les problèmes écologiques …

Le ratio le plus important est le taux d’équipement des ménages

Toutes les courbes et ratios de gestion qui en découlent sur le plan sociétal, économique, création et partage des richesse, immigration, etc. démarrent toujours d’un potentiel commercial sur un marché donné. Le potentiel commercial est le seul point d’entrée de la création de richesse.

Dit autrement, quand il n’y a pas de Demande solvable, il n’y a pas de marché, donc pas de vente ni de création de richesse et encore moins de partage de richesse.

Voici un article que j’ai rédigé sur le thème « les consommateurs sont aussi dans les salles de classe ». A priori, ça n’a rien à voir avec le partage inégal des richesses, mais c’est faux car les causes profondes sont exactement les mêmes

https://www.mediassociaux.fr/polemiques/e-commerce/professeur-prestaire/

Pour comprendre comment je raisonne, essayez de trouver la solution à ce tout petit problème très représentatif de ce qui se passe aujourd’hui :

  • Je possède une belle cravate bleue en soie
  • J’en ai 5 identiques dans ma penderie
  • 10 commerçants veulent m’en vendre une autre identique
  • Question : Quel est le seul facteur déclencheur de l’achat ?
  • Réponse : Le prix
  • Dans un marché où la demande est saturée, où l’offre est saturée, le seul facteur qui déclenche un achat inutile est le prix très bas

Dit autrement : « Comment vendre quelque chose d’inutile à des consommateurs qui en ont déjà beaucoup trop ? »

Poussez maintenant votre raisonnement à l’étape d’après :

  • Des 10 commerçants qui veulent me vendre une belle cravate bleue en soie, un seul va m’en vendre une, celui qui arrive à me la vendre très très peu cher, car je n’en n’ai pas besoin
  • Les 9 autres commerçants vont mourir, car je suis le seul à vouloir acheter. Les autres consommateurs potentiels ont déjà suffisamment de cravates dans leur penderie et même à un prix symbolique, ils n’en veulent pas. Il n’y a plus aucun potentiel de vente pour les 9 autres commerçants qui n’ont plus de clients

NB : Changez les cravates par des produits hi tech et vous comprendrez les raisons profondes de l’obsolescence programmée.

Imaginons que vous soyez un de ces 10 commerçants

Quelle stratégie mettez vous en œuvre pour survivre ?

  1. Vous mettez en place une belle politique sociale pour satisfaire tes salariés, abaisser le temps de travail, augmenter les salaires et les avantages sociaux
  2. Vous limitez les charges fixes au maximum et vous externalisez votre production en Chine pour avoir le prix de revient le plus bas possible et donc pouvoir proposer le prix de vente très très bas que le client est seulement prêt à payer pour ma cravate

L’arme de destruction massive de l’économie mondialisée est très active, c’est la guerre de la rentabilité et la mort des entreprises par l’assèchement de la trésorerie qui en découle.

Depuis 200 ans, toute la concentration des entreprises à taille humaine en entreprises multinationales de plus en plus puissantes est basée sur cette arme.

A la fin, comme au Monopoly, il n’en restera qu’une seule et la partie s’arrêtera.

Elle sera Chinoise ou Américaine, certainement pas Européenne.

Pour ouvrir une réflexion personnelle, pensiez vous il y a 5 ans seulement qu’Ariane Espace allait se faire voler de grosses parts de marché par une star du web ?

En toute objectivité, je ne l’aurais jamais parié.

Comment Space X s’y est-il pris ? : Ariane facture 70 millions d’euros un lancement quand Space X le facture 42 grâce à l’invention d’une technologie alternative. Pour le client, le résultat est le même, son satellite est en orbite. Il est satisfait de son fournisseur et va laisser tomber Ariane, car Ariane est devenu trop cher.

Attaque sur la rentabilité, assèchement de la trésorerie et dépôt de bilan quand il n’y a plus de trésorerie disponible pour faire tourner l’activité (le fameux Fonds de Roulement)

C’est comme ça que le commerce fonctionne depuis que l’homme a inventé le troc il y a 100 000 ans, mais ça a pris des proportions incontrôlées il y a 35 ans quand le consommateur occidental s’est mis à vouloir acheter sans aucune retenue et au prix le plus bas possible des téléphones, ordinateurs, vêtements, maisons, loisirs, voitures, services, vacances à l’autre bout de la planète et tout un tas d’autres choses pas indispensables qui définissent la société de consommation occidentale actuelle.

Et bien évidemment tous les commerçants de la planète veulent satisfaire les désirs de ces consommateurs pathologiques qui envahissent nos salles de classe pour reprendre le thème de mon autre article.

Ce n’est pas l’un contre l’autre, c’est chacun à sa place et chacun avance pour soi même : Le consommateur veut consommer, le vendeur veut vendre, le salarié veut un salaire, l’investisseur un retour sur investissement, le pauvre veut partager les richesses du riche et le riche veut les garder pour lui même, le politique veut être réélu et l’Africain commencer à consommer comme nous. Chacun voit son unique intérêt dans un équilibre instable, mais qui se déséquilibre dangereusement depuis 10-15 ans.

Aujourd’hui, le taux d’équipement de tous les marchés est partout de 100% ou même davantage.

Il n’y a plus rien de nouveau à vendre. On cherche partout à vendre des choses inutiles à des consommateurs qui n’en veulent pas, car ils en ont déjà trop en stock.

C’est un énorme signal faible qui annonce une crise terrible ! Les gilets jaunes ne sont que le début de la mise en évidence de la pauvreté Française.

Et je ne vous parle pas de la toute dernière étape de la mondialisation qui va devenir très visible entre cette année et l’an prochain, où tous les E commerçants Chinois vont faire de la vente directe en France depuis la Chine, avec livraison en 12 heures grâce aux entrepôts d’Alibaba installés aux portes des grandes métropoles Européennes. La route de la soie, c’est faire entrer le prédateur à notre porte ! Mais l’Europe est devenue une « proie naïve » gérée par des bureaucrates et des politiciens qui n’ont qu’une vague idée de ce que je raconte, ce qui va causer la perte des Européens.

Les E commerçants Chinois vont tous vendre à la moitié du prix vendu chez Carrefour ou ailleurs, tout en multipliant par 3 à 10 leur rentabilité. Ca va donner temporairement un énorme coup de boost à la consommation intérieure en Europe, mais en contrepartie toute la trésorerie des ménages va partir en Chine, tous les distributeurs et marques de produits de grande consommation en France et en Europe vont souffrir à en mourir à cause de cette concurrence déloyale acceptée par les bureaucrates de Bruxelles. Lisez cet article que j’ai publié https://www.mediassociaux.fr/polemiques/e-commerce/alibaba/

Regardez les licenciements promis chez Auchan, ça a déjà commencé.

J’ai passé 10 ans à gérer des réseaux de distribution en B2B, ça se passe toujours comme ça quand un vendeur veut se passer de ses distributeurs pour vendre en direct. C’est extrême simple : le fabriquant vend en direct au consommateur final au même prix qu’il vend à son distributeur qui ne peut pas s’aligner sur le prix.

Au final, le distributeur perd dans 100% des cas, car sa rentabilité s’effondre et il brule sa trésorerie, contrairement au fabriquant qui a une marge plus importante, qui survit et qui se développe en concurrence face aux autres fabriquants.

Ca sera le coup de frein final à l’Europe, sans aucun retour possible, faute de trésorerie disponible et de capacité d’emprunt pour repartir.

Je ne suis ni pessimiste, ni mondialiste, ni communiste, ni extrémiste, ni adepte du libre échange déréglementé, ni adepte d’un partage inégal des richesses, mais j’ai juste 30 ans d’expérience à analyser les processus commerciaux et à tenter de mettre en lumière les potentiels de vente.

Je sais que j’ai raison, quoiqu’en dise Mélanchon ou tous les décideurs politiques qui ne regardent pas la crise avec le bon angle.

Et si on regarde uniquement les problèmes de bien et de mal autour de la redistribution des richesses, on en revient forcément au point de départ de mon texte : Je suis un salaud de patron égoïste qui veut s’accaparer les richesses créées par les gentils salariés contraints par moi à un travail pas assez payé. Et comme les juifs, les homos, les communistes, les noirs, les francs maçons il y a 90 ans, je serai pointé du doigt et je finirai au centre de toutes les haines quand la crise sera trop forte. L’histoire se répète toujours.

Auteur de l'article : Jean François Boscher

Directeur Général MediasSociaux.fr

Jean-François Boscher
Jean François Boscher est expert en référencement naturel